Plus qu’une rengaine, la problématique du bouclage du budget est devenue une habitude chez les organisateurs du festival de jazz de Saint-Louis. La 25e édition prévue la semaine prochaine n’échappe pas à la règle.

Du 24 avril au 1er mai, Saint-Louis va être le point de rendez-vous des férus du jazz. Ce sera à l’occasion de la 25e édition du Festival international de jazz de la vieille ville. A quelques jours de son ouverture, les organisateurs peinent à boucler le budget estimé à 270 millions de F Cfa. En effet, le président de l’Association Saint-Louis jazz, Me Ibrahima Diop, a fait face à la presse hier et a informé qu’à ce jour, seuls 40% du budget prévu ont été recouvrés. ‘’Les partenaires tardent à venir’’, a-t-il prétexté. Toutefois, il espère que le chef de l’Etat fera un geste à l’endroit de sa structure.

‘’Le Président Macky Sall a décrété 2017 année de la Culture. Nous espérons que, ne serait-ce que pour cela, il va nous donner un appui conséquent d’autant plus qu’on en est à l’organisation de la 25e édition’’, a-t-il déclaré. Pour lui le Festival a existé jusque-là grâce à la confiance que leur accordent certains de leurs partenaires dont la BICIS qui a toujours accompagné l’organisation. De même, il a tenu à saluer la collaboration nouée avec la mairie de Saint-Louis dont l’édile Mansour Faye s’est bien impliqué pour cette édition 2017.

Revenant sur le problème de la sécurité qui a été un obstacle pour l’édition précédente, Me Ibrahima Diop a soutenu que les autorités administratives ont pris toutes les dispositions nécessaires pour cette présente édition afin que les lieux soient bien gardés. ‘’Nous osons dire sans risque de nous tromper que 2017 ne va pas frôler l’interdiction jusqu’à gâter l’événement’’, a-t-il dit. S’agissant de la programmation, Me Diop soutient qu’il n’y a pas de tête d’affiche car, à l’en croire, cette édition sera l’occasion de poser le pont culturel entre le Sénégal et la Gambie en attendant le pont physique. D’ailleurs, le musicien et choriste gambien Jaliba Kouyateh est invité à monter sur le podium prévu pour les concerts IN.

Par ailleurs, 15 musiciens et 13 orchestres d’anthologie feront revivre la grande tradition du jazz. Des improvisations et des parades musicales surprises entre autres sont prévues. Le secret réside dans la variété des concerts proposés, mais il s’agit plutôt d’un défi artistique avec un programme renouvelé et enrichi.

Le plateau artistique sera exceptionnel avec Marcus Miller bien sûr, mais également avec Lokua Kanza, Kyle Eastwood, Monty Alexander, Lisa Simone, Hervé Samb, Diknu Schneeberger, Nakodjé, Nancy Murillo, Jacky Terrason, Stanley Clark band, Alune Wade et Lucky Peterson, Cheikh Lô, Baba Maal et Wasis Diop. La programmation proposée fait ainsi une large place à des artistes confirmés de la scène jazzy internationale. De nombreuses formations émergentes sont également programmées en fonction de leur originalité, leur créativité.

Dans la continuité de l’action menée par Saint-Louis Jazz depuis vingt-cinq ans, une Fondation est en train d’être érigée pour poursuivre ainsi l’engagement en faveur de la promotion du jazz, de l’émergence de nouveaux talents et de la création de projets inédits.

Source: Enqueteplus.com

PARTAGER

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here