XALIMANEWS : Aujourd’hui  xalima s’intéresse au nouveau khalife général des mourides, Serigne Mountakha Mbacké.
D’une humilité qui dépasse l’ordinaire, le nouveau khalife incarne le prototype d’un véritable mouride, amoureux des khassidas de Serigne Touba et grand travailleur.

C’est une présence discrète mais toujours reconnaissable dans les grandes cérémonies de la confrérie soufie des mourides. Un collier de barbe blanche surmonté parfois de lunettes qui cachent deux épais sourcils d’un blanc éclatant eux aussi. Serigne Mountakha Bassirou Mbacké a été nommé officiellement, mercredi 10 janvier, huitième calife général des mourides, prenant la place de Serigne Sidy Mokhtar Mbacké, mort mardi dans la ville sainte de Touba, au Sénégal.

Si la devise du mouridisme est :  » Travaille comme si tu ne devais jamais mourir, et prie comme si tu devais mourir demain « , Serigne Mountakha Mbacké incarne bien cela.

A 88 ans, celui que l’on surnomme déjà « le calife de la continuité » est une personnalité consensuelle habituée des prêches d’union et des prières mortuaires solennelles. Un religieux « détaché des mondanités et doté d’un franc-parler exceptionnel », selon le journal Enquête. L’« intendant des mystères de Serigne Touba » est surtout le plus âgé des petits-fils du fondateur de la confrérie, Cheikh Ahmadou Bamba, dit Serigne Touba, mort en 1927.
Serigne Mountakha a occupé les rôles de bras droit, d’homme de confiance et d’émissaire sous les magistères de plusieurs califes généraux. Il hérite ainsi à son tour de la plus haute fonction religieuse de cette confrérie islamique considérée comme la plus importante du Sénégal avec 3 millions de fidèles estimés et une influence certaine sur la vie publique comme les affaires politiques du pays.
Mercredi, au lendemain de la mort du septième calife général dont le règne a duré sept ans et sept mois, le président Macky Sall s’est rendu à Touba, ville-Etat de la confrérie, présenter les condoléances de la nation à la communauté mouride. Puis, vêtu d’un boubou immaculé, il s’est dépêché à Darou Miname pour faire les éloges du huitième calife, où l’émotion de certains fidèles a créé des bousculades jusqu’à la résidence de Serigne Mountakha
« Nous avons la foi que le nouveau calife pourra, avec l’aide de Dieu, bâtir de grandes choses pour l’islam et le mouridisme », a clamé le chef de l’Etat, assurant son engagement « à poursuivre les efforts de l’Etat auprès de la communauté mouride dont l’œuvre sera préservée et entretenue. »
Considéré comme un homme de dialogue, cultivé, rassembleur et respectueux de l’orthodoxie mouride, Serigne Mountakha Bassirou Mbacké a grandi dans l’ombre de ses frères. Il a étudié le Coran et les préceptes de son grand-père, fondateur de la confrérie, d’abord sous l’égide de son père Serigne Bassirou, puis en Mauritanie. Le 30 août 2007, il sort de sa retraite religieuse et se fait connaître des fidèles lorsqu’il reprend le titre de calife du fief familial de Darou Miname à la suite de la mort de son frère Serigne Moustapha Bassirou Mbacké. Une fonction qu’il a assurée pendant dix ans.

Au fil des années, il entre dans la sphère des dignitaires de Touba, devenant le bras droit du calife général Serigne Sidi Mokhtar Mbacké qui le charge alors des inaugurations de mosquées. Ce dernier lui accorde sa confiance dans la conduite des affaires religieuses de la cité de Touba, jusqu’à lui laisser l’honneur, en novembre 2017, de l’inauguration du Magal, la plus grande fête religieuse du Sénégal qui commémore le départ en exil du fondateur de la confrérie. Respecté par ses pairs pour son humilité et sa piété, il devient « un élément incontournable dans la marche de la cité religieuse », selon le quotidien Sud. Grand propriétaire terrien, il contribue pour 72 millions de francs CFA (110 000 euros) à la construction de la mosquée de son village. Outre sa résidence, il possède des champs à Darou Salam Typ, où il a créé une daara(école coranique) et enseigne à de nombreux disciples les enseignements de son grand-père.
Lors de son allocution mercredi, il a tendu la main aux guides des autres confréries islamiques du Sénégal (un pays où la population est à 90 % musulmane) comme aux autres religions, poursuivant ainsi l’héritage de concorde religieuse et de pacification instituée par ses prédécesseurs. Il a assuré que sa démarche resterait fidèle aux préceptes mouridiques : adoration de Dieu et culte du travail.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here