Ceux qui ont lu la déclaration récente de Mbaye Ndiaye sur l’affaire Khalifa Sall ont dû se dire ceci :soit c’est la vérité, soit Mbaye Ndiaye est politiquement nul.

Non! ce n’est ni l’un, ni l’autre. C’est plutôt fait à dessein. Mbaye Ndiaye cherche à attirer l’attention sur sa personne. Sinon comment comprendre que quelqu’un qui a passé toute sa vie dans la politique ; ancien maire, ancien directeur des élections du PDS, ancien ministre de l’Intérieur, directeur des structures de l’APR, et surtout ministre d’Etat auprès du Président de la République, puisse tenir, à cette période, des propos du genre :
« Le Président Macky Sall a les moyens de combattre quiconque veut le combattre. Lorsque quelqu’un s’oppose à lui, il a le devoir de répliquer et de faire face. Il ne faut pas avoir honte de dire que Macky Sall a des moyens légitimes d’investiguer, d’auditer les affaires de la République. Il peut l’exercer sur tout dépositaire d’un mandat public, en particulier ceux qui s’opposent à lui. »

Et il rajoute :
« Un homme (Khalifa Sall) a décidé de renier tout cela alors que le mandat du Président n’est pas terminé. On a voulu tout faire pour le diaboliser et hisser le maire de Dakar au même niveau que l’institution suprême de la République. A partir de ce moment, tout coup donné doit recevoir une réplique. »
« Tous les maires de Dakar étaient avec la mouvance politique sauf Khalifa Sall qui a décidé de lutter contre le pouvoir. A partir de ce moment, nous n’accepterons plus aucune insulte à l’endroit du Président. »

Pour finir, il fait dans la menace :
« L’affaire Khalifa Sall doit servir de leçon aux jeunes. »  

En quoi ces propos sont-ils utiles au président de la République ? En rien! Bien au contraire.

Je persiste, c’est fait exprès. Derrière ces propos de Mbaye Ndiaye, il n’y a que du chantage. Sachez que Mbaye Ndiaye a convoité pendant plus de 4 ans le poste de Vice-Président de la République (au point que le fait de l’interpeller par ce titre dans les coulisses était un sésame). Il a usé de tous les moyens pour l’obtenir… en vain.

Donc récemment, dans sa quête de mieux-être, il a encore jeté son dévolu sur le poste de futur Président de l’Assemblée Nationale, c’est pourquoi, vu les délais, il use du sabotage pour faire du chantage par presse interposée. Mais cela ne passera pas ; ni pour lui, ni pour les autres, car il n’est pas seul.

En effet, dans l’entourage du Président Macky Sall, il existe un groupuscule de responsables de l’APR qui soutiennent en coulisse qu’ils sont laissés en rade au profit des alliés de Benno Bokk Yaakaar, pourtant dès 2012, le Président a donné à chacun d’entre eux, sa chance dans l’appareil de l’Etat et on a vu le résultat. Pourtant, au sujet des alliances, il auraient dû tirer une bonne leçon de l’histoire politique récente.

Mbaye Ndiaye lui-même avait catégoriquement refusé toute alliance aux locales de 2009, arguant au Président qu’il pouvait gagner seul. Résultat : il s’est fait laminer. C’est aussi le cas d’un de ses « collègues » originaire de Ndiarème qui avait rejeté l’alliance avec une dame lors des dernières élections locales. Résultat : la brave dame est maire, lui il erre.

Que font ils de l’engagement ferme du Président qui consiste à gagner ensemble et gouverner ensemble ?

Pour mener leur combat, ces responsables aux ambitions démesurées passent leur temps à faire du dénigrement en coulisses, à distiller de fausses informations dans la presse ou à monter des militants frustrés pour se faire entendre, juste pour leur poche. Ce n’est pas étonnant, venant de quelqu’un qui osé exiger puis empocher 40 mois de salaire de député (52 millions de FCFA), 12000 litres de carburant (300L par mois), une 4X4, pour une fonction qu’il n’a pas exercé (de janvier 2009 à juin 2012).

Ces gens n’auraient certainement pas hésité à prendre leur base politique comme outil de chantage, mais il se trouve que, trait commun, leur cote de popularité dans leur localité d’origine est tellement basse qu’elle ne le leur permettait nullement, alors il ne leur reste que la presse et autres combines, mais c’est peine perdue. Donc de grâce arrêtons ces manœuvres et mettons-nous au travail autour du Président pour l’amélioration du quotidien de nos concitoyens.
C’est ça le combat !

Abdoul Aziz MBAYE
Membre fondateur de l’APR
Secrétaire National chargé de l’Image et des Systèmes d’Information

PARTAGER

Repondre