Ses souteneurs qui commencent à découvrir la vraie face de cet homme d’une arrogance inouïe, sont en train de lui tourner le dos.
Si pour certains, son reniement, après avoir declaré que tous les présidents du Sénégal  méritaient d’être fusillés, était une erreur de jeunesse politique pardonnable; pour la majorité d’entre eux, l’oubli du nom de son cabinet lors d’une émission avec Pape Ale Niang le 02 janvier dernier dans l’affaire des 94 milliards et son voyage récent en Casamance,  sont des fautes politiques d’une extrême gravité. Pour le premier , il s’est agi ni plus, ni moins, d’un grand mensonge volontaire, puisque personne ne peut oublier le nom de sa société, ni même oublier le nom de son enfant, et ce quelle que soit la fatigue, pretexte qu’il avait invoquée pour se justifier. Pour le deuxième, il s’agit par ce voyage en Casamance et cet appel régionaliste et identitaire, d’une tentative de remise en cause de l’unité nationale sur laquelle repose ce pays depuis l’indépendance. Sonko ne sait pas que la question de la casamance est sensible et le sang de toute la nation y est versée, pas celui des diolas seulement…, celui des séréres par exemple, s’y est abondamment versé,  et que l’on ne s’amuse surtout pas avec ce dossier.
Sonko vient d’administrer au peuple , à la sagesse populaire et à l’intelligentsia, son immaturité, son incapacité, son incompétence mais aussi et surtout son indignité même à parler au nom d’un groupe politique, à fortiori aspirer à gouverner notre pays. Jamais de mémoire de politique, l’on a joué avec l’unité nationale et la cohésion sociale.  Depuis 1982, l’Etat du Sénégal consent de nombreux efforts en Casamance au détriment des autres régions,  pour sauvegarder cette unité nationale, si chère à tous les sénégalais. Tous les efforts qui sont consentis avant que Sonko ne naisse jusqu’à présent, avec le pôle Casamance érigé et les politiques de développement entreprises ainsi que ceux pour la paix, ne peuvent certainement être annihilés par cet homme qui a fini de s’auto liquider par la multiplication de ses bourdes dignes d’un ado.
<< Le pouvoir cherche à m’empêcher de participer à des élections >>, voilà la dernière déclaration politicienne que cet objet politique nous a servi dans un dossier qu’il a lui même soulevé. Le Président de la République Macky SALL n’a pas de pouvoir constutionnel d’empêcher à quiconque de participer à une élection au Sénégal ou de jouir de ses droits civils et politiques. En l’espèce, c’est la justice qui est compétente, éclairée par la constitution et le code électoral. Ce délinquant financier pris la main dans le sac dans cette affaire de titre foncier n°1451, veut déplacer le débat de son champ de bonne gouvernance à celui de la politique politicienne.
Accuser un sénégalais de soustraire à la comptabilité publique, 94 mille millions de FCFA, dans un pays qui prône la gouvernance vertueuse, est suffisamment grave pour etre ignoré. On doit définitivement mettre fin aux accusations faciles pour simple effet de buzz à un certain niveau de responsabilité. La sagesse populaire ne peut se permettre de tels écarts, à fortiori notre élite. 

4 Commentaires

  1. C’est qui ce nullard encore ? Vraiment d’illustres incompétents pensent qu’ils peuvent se faire voir par le Chef en écrivant sur Sonko. Sonko n’est pas votre alter ego. Quant à la Casamance, elle fait partie du Sénégal. Vous ne respectez certes pas les Casamançais au point de dénier à Sonko le droit d’y tenir une conférence de presse. Pour vous la Casamance ne fait point partie du Sénégal ? Sonko ne devrait pas y tenir une conférence de presse ? Nom de Dieu ces gens sont malades. La conférence de presse s’est bien déroulée, et les Ziguinchorois, bien que cela ne fut pas un meeting (il faut le rappeler car ces idiots n’ont rien compris), étaient massivement présents pour écouter la personne qui représente l’espoir d’un nombre croissant de Sénégalais. Parlez plutôt du démontage en règle, lors de cette conférence de presse, des arguments de la soit disant commission d’enquête parlementaire. En quelques minutes Sonko réduit à néant leur tentative de dédouaner Mamour Diallo and co. Est ce le rôle du parlement d’essayer par tous les moyens de disculper un justiciable comme tout autre ? C’est la question qu’il faut se poser ? Ces gens qui nous gouvernent sont dangereux. Pour une question d’intérêts personnels et d’intérêts de classe, ils sont capables d’impliquer ce qui nous appartient tous. Sûrement, parce que les implications sur ces 94 milliards concernent des sommités de l’APR. Mais ne vous en faites pas, les Sénégalais ne sont pas dupes. Utilisez la force tant que vous êtes au pouvoir. 4 ou 5 ans, ça passe vite. C’est vrai, entre temps nous sommes obligés de subir les propos de tous ces médiocres comme ce Cheikh Ndiaye, mais c’est la vie. La Justice sera établi tôt ou tard. Quand à Sonko, ne vous en faites pas non plus. Il n’a pas votre temps. Il tiendra conférence où bon lui semble, en Casamance ou ailleurs. Et il sera partout suivi et écouté. Je viens des Kalounayes, c’est clair que sa conférence de presse depuis Zig y a été pleinement suivi. Les gens le respectent davantage. Donc vous pouvez manquer de respect aux Casamançais comme bon vous semble, car ce n’est pas la première fois qu’on entend ou lit des gens qui veulent exclure la Casamance du Sénégal. Avec Sonko les Casamançais disent niet ! La Casamance est et restera Sénégalaise ! Et comme tout autre endroit du Sénégal, mérite beaucoup de considération. Merci à Sonko de lui donner cette considération que vous n’arrivez pas à comprendre. Maintenant dites à ces voleurs de rendre notre argent. Au fait, on oublie pas Prodac, Bigtogo, nos 52 milliards pour des cartes d’identité bidons (surfacturation !), le building administratif (autre surfacturation),etc. On oublie surtout pas notre pétrole et notre gaz. Faites votre cinéma, c’est votre heure, mais le film tire à sa fin.
    Abaraka !

  2. Monsieur SIONKO, a parlé depuis la Casamance des problèmes du Sénégal et du Sénégal seulement De grâce arrêtez de faire du cinéma, car le film va bientôt prendre fin comme le dirait l’autre

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here