Un livret de famille, un jugement rectificatif et un certificat de mariage se trouvent au cœur du bras de fer entre Aminata Diack et Abdoul Mbaye renvoyé en correctionnel pour faux et usage de faux.

Comme l’a révélé en exclusivité Libération, c’est feue Ndèye Khady Diagne Ngom alors présidente du Tribunal départemental de Dakar, qui avait transmis au parquet de Dakar une lettre de dénonciation après avoir détecté ce qu’elle considérait comme du faux présumé dans la procédure de divorce opposant Abdoul Mbaye demandeur par requête en date du 06 Août 2014 et Aminata Diack.

Face à la presse vendredi dernier, le Procureur de la République qui a intenté des poursuites, a précisé que son parquet n’avait d’autre choix que d’ouvrir une requête puisqu’il se trouvait en face de deux documents différents pour un même mariage.

Libération a pris connaissance de toutes les pièces annexées à la lettre de dénonciation ainsi que des éléments découvert par le tribunal et, ensuite, par la Division des investigations criminelles (Dic) saisie pour enquête.

En déposant sa requête, le leader de l’Alliance pour la citoyenneté et le travail a versé un livret de famille datant de 1982 et qui porte le numéro 2. Le registre initial soulignait qu’Abdoul Mbaye et Aminata Diack étaient mariés sous le régime de la communauté des biens. Mais cette donne a été changée par une mention opposée en bas du livret par Adama Thiam alors officier d’Etat-civil de l’hôpital Principal de Dakar. ” Ordonnance rectificative Abdoul Mbaye et Aminata Diack du TDD (Ndlr, tribunal départemental de Dakar) le régime communauté des biens est désormais supprimé et remplacé par “Séparation des biens”, peut-on y lire.

Seulement, le certificat de mariage déposé par Aminata Diack en cours de procédure, et qui est daté du 25 juillet 2014, donc plus récent, précise que les époux ont contracté un mariage entre eux selon la coutume, “le quatre décembre mille neuf cent quatre vingt et un (option : la monogamie) et le régime de la communauté des biens. Ce mariage a été enregistré par leur demande, le vingt-trois janvier au C.S HPD. En foi de quoi, nous avons délivré ce présent pour servir et valoir ce que droit.” Le document a été délivré à Aminata Diack par… Adama Thiam, poursuivi dans le cadre de la même affaire.

Un fait qui avait intrigué l’ancienne présidente du Tribunal. Qui plus est, sur l’acte de mariage déposé par l’ancien Premier, le même officier d’Etat-civil rajoute à la main que les mentions ” Monogamie” et ” Communauté des biens” ont été supprimées suite au jugement cité plus haut.

Convoqué par la défunte juge, Adama Thiam avait reconnu cette violation de la loi avant de sortir son stylo pour rayer ce qu’il avait écrit avant d’ajouter : ” Communauté des biens”.

Pour le Tribunal, le jugement en question n’a jamais existé. Ce que conteste Abdoul Mbaye qui a soutenu à la Dic, que cette décision a été prise d’accord partie avec son ex-femme et que, par conséquent, les accusations portées contre sa personne ne tiennent pas la route.

D’ailleurs, les enquêteurs de la Dic avait convoqué l’ancien greffier du magistrat qui aurait signé le jugement. Ce dernier a été incapable de sortir le jugement tout comme Adama Thiam qui jure avoir respecté une instruction venant du magistrat ayant rendu le jugement en question.

Dans tous les cas, Abdoul Mbaye nie les faits qui lui sont reprochés et pense plutôt que c’est son ex-femme qui a usé de faux comme il le soutient dans sa plainte déposée il y a quelques jours au parquet de Dakar. Qui des deux parties possèdent les bons…. ACT?

(Source: Libération)

PARTAGER

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here