En janvier 2000, je rendais publique la tribune suivante intitulée : « NE PAS HURLER AVEC LES LOUPS. »Aujourd’hui, quinze années, après je sens comme un devoir impérieux de la publier à nouveau sans y changer une virgule ! Je ressens la même indignation et une grande peine face au traitement irrespectueux que l’on fait subir à l’ancien Chef de l’Etat Tchadien, hôte du Sénégal, qui vient de le livrer pieds et poings liés à une « Justice internationale » qui a oublié de juger les criminels de l’apartheid pour ne citer que ceux-là ? Parce qu’ils sont blancs ? La question mérite d’être posée et nous la posons. Jusqu’en 2000 mes chroniques étaient tout simplement signées Amadou Tidiane Wone dit Baba… Même si j’ai occupé entre temps des fonctions gouvernementales et diplomatiques, je garde intacte la flamme des engagements primordiaux.
Faut-il juger les bourreaux ou les absoudre ? Cette interrogation de Maitre Sidiki KABA, Président de l’ONDH dans l’édition de MATIN du Jeudi 27 janvier 2000 sonne comme une interpellation lancinante, une invite à une réflexion profonde, sérieuse et dépassionnée. En raison des enjeux, qui sont souvent une vie d’homme que réclament pour le rachat de leur honneur bafoué des survivants meurtris dans leur cœur et dans leur chair, la prudence, la rigueur intellectuelle et morale, tout autant que le courage d’exprimer et de défendre une opinion éventuellement différente sont de mise. Par égard pour les survivants, car les morts n’invoquent pas la justice des hommes, ils attendent celle de Dieu, il faut manipuler avec prudence les sentiments, ne pas laisser les rancœurs et les haines fonder une « justice »qui ne serait que vengeance. Les vivants ont la charge de parler, juger et condamner au nom des morts. C’est en cela que rendre la justice est une prise de responsabilité terrifiante. Je m’interrogerais d’abord sur la question de l’opportunité de la plainte déposée « auprès du Doyen des juges du tribunal correctionnel hors classe de Dakar contre Hissène HABRE ancien Chef de l’état du Tchad du 7 Juin 1982 au 1er Décembre 1984, actuellement réfugié au Sénégal pour crimes contre l’Humanité et actes de tortures. »
S’interroger sur la question de l’opportunité c’est se demander si, les procédures initiées, notamment contre Pinochet et Habré qui ne sont plus au pouvoir depuis longtemps, ne constituent pas une diversion, un dérivatif, un exutoire commode à l’exigence humaine de plus en plus pressante de l’avènement d’un monde plus juste. Traquer des vieillards, malades et presque séniles tels Maurice Papon ou Klaus Barbie et quelques autres « nazillons » réfugiés sous les tropiques, leur imposer, au nom de principes certes généreux, de comparaître devant des juges qui parfois n’étaient pas nés au moment des faits, demande de pousser la réflexion et de ne pas céder sous le rouleau compresseur des médias qui relaient puissamment la vision occidentale du Monde. Je ne parle pas encore de la culpabilité ou non de tous ceux que l’on attrait devant les juridictions des Droits de l’Homme sous le prétexte moralisateur de rendre justice à des morts alors que des vivants sévissent sous nos yeux. Tiens donc, au demeurant, parlons du fils Duvalier, Bébé Doc, dont tout le monde sait qu’il vit quelque part en France. Qu’attend-on pour aller le quérir et le juger ? Qu’attend-on pour interpeller Valéry Giscard d’Estaing pour complicité avec l’empereur de triste mémoire Bokassa, bourreau d’enfants et raccourci caricatural de l’image que veut garder une certaine France de l’Afrique et des Africains ? Car il faut le dire, aucun des tyrans africains n’a pu sévir sans la complicité, à tout le moins passive de la tutelle occidentale qui, du moment que ses intérêts et ses ressortissants sont saufs, est prête à tout laisser passer. Qui, jusqu’au bout, a soutenu à bout de bras Mobutu et qui laisse faire Kabila tant que le diamant et les richesses insolentes du sous- sol congolais pourront être pillés dans une sorte de « no man’s land » juridique et réglementaire qui fait l’affaire de compagnies minières et financières occidentales sans scrupules qui foulent du pied les droits de l’homme congolais à bénéficier des retombées de l’exploitation des ressources de son sol ? Qui laisse la Sierra Leone taillée en pièces par des bandes de hors la loi tout juste bons à laisser le commerce du diamant ne profiter qu’à des honorables banquiers et hommes d’affaires d’Anvers et d’ailleurs ? Juger à posteriori au Rwanda pour se donner bonne conscience alors que là aussi on a laissé faire, refuser de faire la lumière sur l’assassinat de Thomas Sankara et fréquenter Compaoré comme si de rien n’était rend vaines les procédures initiées par sa veuve et ses enfants contre X . Puisque M. Kaba parle de Nuremberg, parlons de « l’autre crime contre l’humanité» tel que le rappelle un autre avocat, Maître Jean Pierre M’BEMBA constitué par Klaus Barbie : Y a t-il plus grand crime contre l’humanité que l’esclavage ? Puisqu’il s’agit de juger au nom de valeurs humanistes, il faut mettre dans le box des accusés la civilisation occidentale dont l’expansion et le rayonnement se sont faits au prix du ravalement d’une partie de l’humanité au rang de bétail ! Ne nous laissons pas distraire ! La culpabilité d’un homme seul, jugé, condamné et qui sait, exécuté ne changera en rien l’ordre inique du Monde. Au secours Césaire : « Une civilisation qui ruse avec ses principes est une civilisation moribonde »(Discours sur le Colonialisme, Ed. Présence Africaine P. 7). Merci.Le temps est venu d’ouvrir grand les yeux et de dire tout haut que l’universalité des Droits de l’Homme ne saurait se réduire à l’aune d’une indignation sélective qui estime, jauge et décrète ce qui est humainement acceptable au prisme de ses intérêts et de son confort moral. Et ne voilà t-il pas que la dernière édition de Jeune Afrique nous apprend que Edward HOOPER, ancien correspondant de la BBC, en Afrique « émet l’hypothèse que l’épidémie (du sida) a pour origine des essais vaccinaux réalisés en Afrique centrale dans les années cinquante» (JA n°2037 du 25 au 31 Janvier 2000. P 22). Même à l’état d’hypothèse, si cette attitude n’est pas criminelle, comment la qualifier ? On y apprend que « de 1957 à 1960, les docteurs blancs ont « vacciné »- par voie orale- près de 1 Million d’Africains à qui on avait fait croire qu’on allait leur donner des « bonbons ».Les organisations des Droit de l’Homme ont suffisamment à faire et à dire sur les conséquences désastreuses des rapports inégaux et dominateurs qui depuis plus trois siècles président les rapports entre l’Occident, l’Afrique et le reste du Monde avec, à son actif, rien que pour le 20éme siècle, une traite des esclaves, un holocauste, des guerres coloniales criminelles, deux guerres mondiales, et la mise au point d’armes atomiques et nucléaires dont la barbarie n’a rien de comparable dans toute l’Histoire de l’Humanité. Au rang des comptabilités sordides de corps efflanqués au regard hagard et d’hécatombes honteuses, j’appelle la guerre du Vietnam et les pluies de napalm déversées par la première puissance économique du Monde pour sanctionner l’ardent désir de vivre libre d’un peuple indomptable. S’il faut revisiter le passé et réveiller les blessures à peine refermées alors n’oublions rien et reprenons tout depuis le début !
Revenons à Hissène HABRE. Ce que je retiens, comme citoyen sénégalais, c’est que depuis une dizaine d’années qu’il a reçu l’asile chez nous il n’a jamais outrepassé son devoir de réserve et je n’ai pas souvenance d’une déclaration qu’il aurait faite ni de troupes qu’il aurait levé pour renverser son successeur. Ce qui n’est pas le cas de Denis Sassou N’GUESSO, dont les accointances avec la compagnie pétrolière française Elf sont établies, qui a renversé un président de la République démocratiquement élu, à la suite d’une guérilla urbaine retransmise en léger différé. Et Monsieur N’GUESSO parade de sommet en sommet, embrassant goulûment les dirigeants des pays prétendument des « Droits de l’Homme », avec ses gourmettes en or et ses pochettes en soie de mauvais goût. On me rétorquera que son dossier est en cours, je parie que l’on se pressera lentement pour le boucler. Tous ceux qui ont des intérêts à Elf Congo y veilleront. Je retiens aussi que Hissène HABRE a tenu tête à la France, comme rebelle et comme Chef de l’état, les historiens devraient témoigner sur l’histoire récente du Tchad et sur les enjeux géopolitiques qui font de cette région une zone de tensions. Cela permettrait d’avoir une meilleure visibilité sur les relations tendues entre Paris et NDjaména sous HABRE. Cela expliquera peut-être pourquoi selon une dépêche de l’AFP publiée dans l’édition du quotidien Le Matin « la France est favorable à l’action en cours au Sénégal. »Ah ! Douce France, qui tient à faire rendre gorge tous ceux qui ont eu un jour des velléités de s’opposer à son diktat, quitte à l’enrober d’un juridisme suspect et à instrumenter des organisations humanitaires qui, sous le couvert de beaux principes perpétuent une conception de l’humanisme que nous ne partageons pas. Ces deux points justifient à mes yeux un refus de hurler avec les loups et de condamner sans appel un homme au nom de principes dont l’universalité sélective mérite un débat approfondi. Je ne dis pas que Hissène HABRE n’est pas coupable des crimes qu’ont lui impute, je dis que dans l’ordre des priorités qu’ en tant qu’africain je compte porter au tribunal de l’Histoire, il fait figure de lampiste. D’autant que l’historien Thierry Lemoine spécialiste du Tchad et cité par une autre dépêche de l’Agence France Presse déclare que « c’est devenu un réflexe du régime actuel du Président Idriss Déby. Il utilise Hissène HABRE comme dérivatif dès qu’il se trouve en difficulté. Or, en ce moment, il est plutôt instable avec la rébellion signalée dans le Tibesti. » Cela laisse songeur si l’on sait que Idriss Déby est présumé membre de certaines fraternités occultes…
Je terminerais par l’Afrique du Sud en écho à l’exclamation de Maître Sidiki KABA, « Que non ! Le pardon n’est pas l’oubli. ». Ce pays symbole de la barbarie légalisée panse ses blessures sous le sceau du pardon et de la réconciliation. Car, si le pardon n’est pas l’oubli, il est le préalable à toute réconciliation. Je rappelle Aimé Césaire à la barre : « La malédiction la plus commune (…) est d’être la dupe de bonne foi d’une hypocrisie collective, habile à mal poser les problèmes pour mieux légitimer les odieuses solutions qu’on leur apporte »(idem op.cit P.8) . Est-il question de réconciliation lorsque l’on s’apprête à traduire Hissene HABRE devant la justice sénégalaise ? Cela ressemble plutôt à un exercice d’évaluation grandeur nature des dernières trouvailles juridiques « La justice sénégalaise aura à se prononcer sur cette procédure inédite au regard de la compétence universelle découlant de la convention internationale du 10 Décembre 1984 qui a été signée et ratifiée par le Sénégal. Le traitement de cette affaire servira donc de jurisprudence aux juridictions africaines » dit Maître KABA qui a du mal à cacher son excitation à la pensée des effets de manches et des joutes oratoires qui opposeront les puristes de la plaidoirie bien amenée. Cela n’ébranle pas maconviction, qu’à coté des urgences de l’heure, l’opportunité et la pertinence de la procédure m’échappe. Que l’on n’aille pas me rappeler le nombre de victimes dont je comprends la douleur et la partage. Comme celle des millions d’africains balancés par dessus bord lors de la traversée de l’Atlantique, comme celle de David DIOP qui « pense au vietnamien couché dans la rizière, au forçat du Congo, frère du lynché d’Atlanta. Je pense à Soweto et à Sharpeville, je pense à Poutine écrasant la Tchetchénie. Pensant à tout cela, je me refuse de faire d’un homme seul, dans le dernier versant de sa vie, la victime expiatoire de tant de déraison dont-il fut certainement à un moment de sa vie une illustration. Cela est en porte à faux avec « nos valeurs traditionnelles d’humanité » qu’invoque Maître KABA. A cet égard, le pays de la Téranga qui a accordé l’asile à un homme dont rien de ce qu’on lui reproche aujourd’hui n’est nouveau, va-t-il arracher à l’affection de petits enfants en compagnie desquels parfois on m’a dit l’apercevoir dans quelques endroits de la capitale, au face à face torturant avec lui-même dans l’attente du rendez-vous ultime avec Dieu, seul juge digne de ce nom, et vers qui nous nous retournerons tous un jour ? Perdre le pouvoir n’est-il pas déjà une certaine forme de justice rendue aux victimes ? Vivre en exil loin de son pays qu’il aime sûrement à sa manière n’en est-il pas une autre ? Que cherche t-on de plus ? Même si on l’écartelait sur la place publique cela rendrait-il pour autant justice aux milliers de morts qu’on lui prête ?
Non. Vus d’Afrique, les Droits de l’Homme, c’est se battre pour dénoncer les rapports inégaux, iniques, injustes et de plus en plus insupportables que l’Occident impose au reste du Monde. C’est dénoncer la problématique biaisée de la dette dans laquelle nous enserrent des états dont l’opulence s’est bâtie sur notre sueur et sur notre sang. C’est traquer les tyrans en exercice et les mettre hors d’état de nuire. C’est ne pas attendre qu’ils soient à la retraite, malades, et presque inoffensifs pour aller exhiber des cranes et des ossements, organiser un show médiatique planétaire pour donner bonne conscience à une civilisation décadente et justifier auprès des généreux donateurs les billets d’avions en première et les séjours en hôtels de luxe pour aller farfouiller dans la misère des autres.
Vus d’Afrique, les Droits de l’Homme c’est le droit à mieux vivre dans un Monde de plus en plus juste, repu et paisible.

Amadou Tidiane WONE dit Baba
Ancien Ministre, Ancien Ambassadeur
[email protected]

PARTAGER

51 Commentaires

  1. M. le Ministre, j’apprécie particulièrement la pertinence de votre analyse et la rigueur de votre raisonnement qui s’appuie sur des faits historiques avérés. Merci de la contribution

    • Merci Mr El Hadji Macoumba Seck! -Je partage entièrement votre commentaire sur cette lumineuse contribution de Mr l’ Ancien Ambassadeur, Son Excellence Amadou Tidiane WONE.

  2. Si l’on suit l’argumentaire de M. Wone alors comment rendre justice à nouveau? Un homme qui en assassine un autre peut très bien plaider la même chose. Pourquoi condamner quelqu’un alors l’esclavage reste impuni? Pourquoi arrêter un voleur alors que des grosses compagnies pillent les pays les plus démunis?

    Que Habré soit un bon grand-père, un homme impliqué dans sa communauté, un bon investisseur au Sénégal ne change absolument rien. Le fait est que sa responsabilité de dirigeant doit être questionnée devant la justice. Les familles des victime répondront peu importe la justice dans le monde actuel ce qu’il leur faut c’est celle pour leurs parents perdus.

    Alors M. Wone si vous partagiez cette douleur cette article ne verrait même pas le jour et vous l’aurai certainement pas exhumer de nouveau.

    • Il faut la rendre en dehors des dictées de l’Occident. C’est aussi simple que cela. Personne n’a dit autre chose. C’est d’ailleurs votre extrême limite intellectuelle qui fait que vous ne pouvez voir rien d’autre que ce que vous montre l’Occident. Et il ne vous montre que l’avilissement de l’Afrique.

      • L’argument de la machination, du patriotisme (d’un patriote qui tue ses compatriotes), impérialisme, traîtrise, mascarade, procès politique, justice partielle, manipulée et dirigée, acharnement sur une personne, ce sont là les chants de diversion des partisans de Habré qui n’ont aucun regard pour les victimes, ni un mot. C’est Habré et c’est tout.
        Ils n’ont pas changé, en dépit du temps. Hissein lui aussi n’a pas changé. Mais seul importe le fait que le temps a changé et c’est ça qui compte.
        La stratégie des habreistes est qu’en parlant de ces sujets sortis de leur contexte, on ne parle pas de Habré, ni de ce qu’il a fait. C’est petit voire naïf. C’est se duper en pariant que les autres en face sont des dupes.
        Au premier jour de son procès, Habré lui-même, bien enturbanné s’est autorisé un spectacle auquel il a ajouté »Allah Akbar ». Je me suis dis que l’enceinte de la justice sénégalaise l’a certainement sauvé car aujourd’hui à NDjamena, Il serait déjà mort et enterré depuis longtemps. Condamné à mort au Tchad, Habré doit s’estimer heureux d’être au Sénégal.
        Le lion Habré n’a pas rugi une seule fois. Il est devenu homme et a crié, comme beaucoup de ses victimes par le passé. Il a crié et les siens ont pleuré. J’avoue que je ne suis pas resté indifférent. “Nous n’avons pas le goût de la revanche, c’est comme ça.”, disent les victimes.
        La revanche ? Non. La justice, c’est mieux parce qu’il semble que c’est ce que toutes les victimes recherchent. C’est la vie. Apprenez, mais apprenez bien!

      • L’Occident est devenu l’argument ultime pour ceux dont la justice équivaut à laisser Habré tranquille chez lui et à dire comme M. Wone que ”Perdre le pouvoir n’est-il pas déjà une certaine forme de justice rendue aux victimes”.
        Arréter avec ce soi-disant manipulation de l’Occident sur tout ce qui ne vous plait pas.
        La seule ligne de défense de ces soi-disant partisans de la justice est qu’il n’en aie aucune expression de cette dernière.

        • Rendre justice est devenu l’argument des béni oui oui de l’Occident pour qui rendre justice c’est avilir l’Afrique. Et jamais vous n’entendrez ces mes gens demander de rendre justice dans l’autre sens.

          • Et les victime s vous en faites quoi? Des gens à la solde de l’Occident? Il faut arrêter ce discours comme quoi que tout ce qui ce fait sur le continent est dirigé par l’Occident. Le problème avec certains esclaves c’est que même libre ils entendent encore partout des cliquetis de chaines…

        • Dans ce cas-ci les victimes sont fabriquées. il ne faut pas oublier, parce qu’une communication financée a choisi de ne pas en parler, que tout est parti d’une sélection de tchadiens désireux d’émigrer pour leur offrir une nationalité belge pour qu’ils déposent des plaintes contre Habré au tribunal dit de compétence universelle de Belgique. Donc, des belges ont corrompu des tchadiens pour qu’ils portent plaintes contre Habré. Il n’y donc pas de victimes, il y a des corrompus.

          • Ce que tu dis ne correspond pas à la réalité. En 2000 le collectif des victimes a déposé une plainte à Dakar et ce qu’est qu’en 2012 qu’une plainte a été fait en Belgique. Donc la plainte faite au Sénégal précède celle faite en Belgique de ce fait les victimes n’avait pas pour objectif premier cd’émigrer en Belgique. A moins que tu me dise que ceux de Dakar étaient corrompus par les autorités sénégalaises. Tout cela n’a pas de sens. des victimes corrompus, toute la justice africaine sous la coupe de l’Occident. Un Occident qui s’acharne depuis plus de 25 ans sur l’insignifiante personne de Hisséne Habré. D’un côté c’est leur donner plus de pouvoirs qu’ils en ont en leur faisant responsable de tout. D’un autre , c’est les sous-estimer que de croire qu’il aurait pu leur échapper autant de temps s,ils avaient réellement un projet pour l’éliminer.

        • Et tu continues dans tes déformations. De la plainte de 2000 au Sénégal l’aboutissement a été l’incompétence de la justice sénégalaise. D’ailleurs arrêté il avait été libéré. Fin de la plainte de 2000, au Sénégal. Il y en avait une autre auTchad,dans les tribunaux de Déby. Il a été condamné. Pourtant il était plus facile de condamner les membres de l’Arche de Zoé, la justice tchadienne ne l’avait pas fait.
          Ce qui vaut à Habré la torture qu’il vit du pouvoir de Macky Sall est parti d’un groupe de tchadiens désireux d’émigrer, et à qui des belges ont offert la nationalité pour qu’en échange il porte plainte contre Habré au Tchad.

          • Et qu’est-ce que les belges gagneraient avec la condamnation d’un Habré déçu il y a un quart de siècle? Réfléchis, au lieu de te mettre à crier avec les hyènes!

          • Tu confonds l’annulation de la plainte et celle des poursuites. L’union africaine a signé un accord après que les poursuites aient été annulées pour créer la CAE qui elle est compétente pour les poursuites. Ma question est pourquoi doit-il à tout prix s’extraire à la justice. Est-il innocent ? Si oui alors la justice fera son travail et le relâchera si non il mérite une condamnation. Mais dire qu’on doit le laisser tranquille avec tout son argent vivre sans n’être comptable de rien est en soi une forme d’injustice.

  3. Ahmadou tidiane vous avez déjà tout dit peut etre les africains vont bien comprendre avant que ca soit trop tard chaque experience en afrique est une porte ouverte de prosperite pour les occidentaux “wassalam” imaginez le reste

  4. subjugué par la profondeur de vos analyses et la pertinence de votre raisonnement j’aimerai que vous créiez un parti et je me battrai pour que vous soyez président parce qu’il nous manque des hommes comme vous. J’aimerai avoir de nouveau votre numéro que j’ai perdu au Canada. J’espère que macky marionnette vous lira et cessera de vendre notre pays au diable (la france, ptit pigeon qui se prend pour un paon ).

  5. Le Sénégal avili devant ses paires africains par la justice des légionnaires. Une leçon du colon pour les africains que les légionnaires se chargent d’administrer à leurs frères.
    La CPI (Cour Pénale Indigène) est mise en place pour juger les dirigeants africains qui refusent d’être des béni oui oui, qui refusent de céder leurs nations, pieds et poings liés, aux intérêts de l’Occident.
    Le Tribunal dit de compétence universelle, en vérité de compétence africaine, est installé en Belgique pour la même mission que la CPI, la torture des résistants africains.
    Alors, fébrilement, l’Afrique commença à se rebeller. Au sommet d’Ethiopie la CPI est dénoncée au moment où elle met la pression sur le président kényan, et au moment où Ouattara livre Gbagbo et Macky (seul africain à l’anniversaire de la CPI) demande d’élargir la compétence aux crimes économiques (des africains bien sûr). Voilà les deux visages de l’Afrique. Celui de la résistance aux instruments de l’Occident contre l’Afrique se mobilise.
    Qu’à cela ne tienne, l’Occident trouve déjà une alternative à la non opérabilité de la CPI qu’aurait pu engendrer la fronde africaine. Les CAE sont alors nées. Toujours les mêmes buts et les mêmes objectifs: punir des africains qui refusent d’être esclaves par d’autres africains qui acceptent.
    Avec le procès Habré, ils viennent encore dire aux résistants africains: “Ne vous fatiguez pas, vous ne nous échapperez pas”.

  6. Je ne suis pas d’accord avec cette analyse meme si elle se revele pertinente. Au depart c’est avec la première alternance que le cas Habré a été soulevé pour la première fois. Ceci n’est qu’une consequence de votre action entamée sous le magistère de Wade et que Macky continue.

  7. On n’a pas oublié car on n’est pas amnésique.
    En janvier 2002, ce machin dont parlait le Général De Gaulle (ONU), créait par la résolution 1315 le Tribunal spécial pour la Sierra Leone(TSSL). Le Conseil de Sécurité, ce machin truc, dont la mission est de maintenir la domination des cinq grands disposant du droit de véto désigne les juges et le procureur. Les juges du TSSL prêtent serment le 2 décembre et les premiers actes d’accusation sont confirmés en mars 2003. Aucun des juges n’est Sierra Léonais, ni même africain. Le procureur, maitre des poursuite était l’Américain Stephen J. Rapp qui a succédé au Britannique Desmond de Silva C.R., qui a lui-même succédé à l’américain David M. Crane. Aucun de ces procureurs n’était africain.
    Le 4 juin 2007 s’ouvre alors le procès de Charles Taylor à La Haye (Pays-Bas), procès délocalisé de Freetown à La Haye, dans les bâtiments de la Cour pénale internationale (CPI), pour des raisons de sécurité nous disait-on. La Haye, ce n’est pas la Sierra Leone, ni même l’Afrique.
    Un tribunal chargé de juger des africains, pour des crimes commis en Afrique contre des africains, et qui siège en Europe, avec des juges européens et des procureurs européens ou américains ne vous a jamais posé de problèmes. Non, parce que, pour vous, Habré est africain alors que Charles Taylor est Libérien.
    Pour ces Messieurs, Hissène Habré est africain et pour cela, il ne doit pas être jugé pour des crimes présumés par un tribunal Tchadien (Habré est déjà jugé par contumace au Tchad et condamné à mort), ni Africain, car les Chambres africaines extraordinaires sont un tribunal créé par un accord entre l’Union africaine et le Sénégal pour connaître des crimes internationaux commis au Tchad du 7 juin 1982 au 1er décembre 1990.
    Oui, Habré ne doit pas est jugé car c’est un grand patriote. Oui, il ne doit pas être jugé parce qu’il a libéré la bande d’Aouzou grâce aux colonialistes français et leur opération Epervier. Oui, Habré ne doit pas être jugé parce qu’il est africain. On s’en fout de Bosco Ntaganda, de Mathieu Ngudjolo, de Germain Katanga (jugés par la CPI à la Haye) parce qu’ils sont congolais, pas africains et pas patriotes. On s’en fout de Charles Taylor, de Moinina Fofana, de Samuel Hinga Norman (mort en prison le 22 février 2007), de Alieu Kondewa, de Issa Sesay et de Alex Brima (jugés par la CPI, le tribunal des blancs) parce qu’ils ne sont pas africains, ni patriotes, mais simplement libériens. On s’en fout de Laurent Gbagbo, de Charles Blé Goudé et de leurs compagnons (jugés par la CPI, le tribunal des blancs), parce qu’ils ne sont pas patriotes, ni africains, mais simplement ivoiriens. On s’en fout même de Simone Gbagbo, kidnappée par les vainqueurs parce qu’épouse de Laurent.
    Oui, on s’en fout des milliers de victimes au Tchad, au Congo, au Libéria, en Sierra Léone, en Côte-d’Ivoire, parce qu’ils ne sont pas Tchadiens, ni africains. D’ailleurs, pourquoi devrons-nous nous apitoyer sur leur sort ?
    Oui, on s’en fout des autres. C’est Habré qui nous intéresse, pas les autres. Habré, il est africain, patriote et surtout, c’est très important, il est venu au Sénégal avec plusieurs dizaines de milliards de francs CFA du Tchad.
    Et ça, il fallait que quelqu’un le dise !

  8. Etrange!!! Etrange que Baba Wone ne veuille pas qu’on lui rappelle les victimes (presume ou non) de Habre. Et il ose parler de d’africains balancés par dessus bord???? Quel toupet il a ce triste sire!!!

    Qui a oublié les 2000 morts du Joola à cause de la forfaiture de son maitre qui refuse des moteurs de 250 millions pour en repenser 17 milliards pour la renovation de son avion?

    Qui a oublié l’oraison funeste et fumiste de ce meme Baba Wone, alors ministre de la Culture qui n’a pas recule devant l’immoralité de se joncher sur les corps de ces victimes de la cupidité de son maitre pour chanter des éloges concoctees pour faire plaisir a son maitre lors du memorial pour ces memes victimes?

    Qui a oublié le refus toujours inexpliqué de wade de laisser la France intervenir et renflouer l’epave?

    Qui n’est pas outré par l’hypocrisie de ce idiotarien qui admoneste de ne pas “hurler avec les loups” alors que monsieur a vendu son âme pour être dans les couches des loups?

    Le ridicule et la honte ne tuent plus au Senegal

    Cato

  9. Deugue dji elle est pertinante votre analyse , Mais je me pose la question moi de l’utilite de ce jugement . N’oublions pas ce contexte qui prevalait au tchad a l’epoque . C’etait un jeu de chaise le premier qui s’assoit , pour maintenir sa place devait etre vigilant pour ne pas tomber , et cette vigilance faisait appel a une surveillance pour la securite du pays et du regime et tous les moyens etaient bons pour debusquer les comploteurs et les personnes considerees comme potentiellements dangereuses
    Goucouni l’a fait
    Habre l’a fait
    Deby l’a fait
    Kagame l’a fait
    Sassou l’a fait
    Castro l’a fait
    Hassan ii l’a fait
    Diouf l’a fait en casamance
    Mitterand l’a fait en nouvelle caledonie
    Bush , Reagan , Carter et ford l’ont fait en amerique latine
    Tatcher l’a fait en irland
    Botha l’a fait
    Biya l’a fait
    Blaise l’a fait
    Diawara l’a fait en gambie
    Chadli benjedide l’a fait en algerie
    Ben ali en tunisie
    Taya l’a fait
    Castro l’a fait
    Dos santos l’a fait
    Ian smith l’a fait
    Etc
    Loin pour moi de faire l’appologie de l’impunite , mais le context des
    annees quatre vingt avec l’existance des deux blocs et l’influence qu’ils avaient sur certains groupes qui etaient au pouvoir ou en rebellions faisaient qu’il etait quasi impossible en ce temps de voir un etat ou une rebellion qui ne pratiquait pas la repression car tous les moyens etaient bons pour destabilser le pouvoir en place et tous les moyens aussi etaient bon pour reprimer et conserver le pouvoir
    Juger tous les tortionnaires de cette epoque , occidentaux comme du tier monde se revel etre impossible
    Ce qu’il faut dans cette affaire c’est de transformer cette court en une assemblee de Verite et reconciliation car ceux qui se disent victimes sont souvent aussi responsables que habre vu que parmis eux ils y’avaient certains qui etaient des comploteurs et qui agissaient pour ceux que habre considerait comme ennemi
    Combien de personnes supposees appartenir au camp habre ont ete massacre ou execute par la rebellion de goucouni ou de deby
    La seule issue reste le model sud africain mais pour moi ce proces n’est fait que pour satisfaire ces petits droits de l’hommistes africains a la recherche de notoriete nauseabonde et c’est honteux et injuste

  10. ce proces n’est fait que pour satisfaire ces petits droits de l’hommistes africains a la recherche de notoriete nauseabonde et c’est honteux et injuste

    c’est tellement vrai et bien dit, mon cher. Mais je me permets une correction: ces cretins (Gassama, Dilma Ndiaye, Mbodj et autres) ne sont pas des droits de l’hommistes mais plutôt des politiciens encagoulés (dixit wade, avéré dans le cas de Tine) dans une coterie d’avocats a la recherche de gain facile qui sont au service d’un agenda étranger pour affaiblir les fondements de notre société. Ils ne défendent que certains “droits”, ils ont réussi à privatiser la peine de mort (la vie des victimes ne compte pas pour eux, leur objectifs est d’affaiblir notre pouvoir commun de décision et d’action en l’état et la société), ils poussent sans relâche l’agenda homosexuel (pour du xaaliss rek), et participent activement a la transformation sociale de notre société selon l’ideal d’organisations étrangères qui opèrent chez nous sous forme d’ONG.
    Ils faut les combattre farouchement.

    Cato

    • Et quand le jugement de Samba Yela Diop Ya pas d’eau ou de ses héritiers pour qu’ils nous rendent l’argent des contribuables sénégalais qu’il a détourné pour faire voyager TOUS SES REJETONS ET FAMILLE À L’EXTÉRIEUR. Tous nos problèmes d’eau c’est à cause de cet enfant et arriviste de Kanel. VOUS CES REJETONS FERMER LA. Votre père n’est pas un modèle. Surtout toi F. Diop.

    • Pour la première et seule fois, je lis un Cato écrivant quelque chose de sensé. Mais alors,comment éviter d’arriver à l’évidence que c’est Macky Sall qui a accepté d’être au service de ces petits droit de l’hommistes, et pas seulement eux ?

      • Pour que nul n’en ignore, voici la chronologie de l’affaire Hissène Habré
        Décembre 1990 – Le Président tchadien Hissène Habré est chassé du pouvoir et s’enfuit au Sénégal.
        Mai 1992 – Après 17 mois de travail, la Commission nationale d’enquête “sur les crimes et détournements commis par l’ex-Président, ses co-auteurs et/ou complices”, créée par décret en 1990 au Tchad, publie son rapport. La Commission a établi un bilan de 3 806 personnes – dont 26 étrangers – mortes en détention ou exécutées extrajudiciairement pendant la période 1982-1990, et a calculé que le bilan pourrait atteindre les 40 000 morts. Elle a recensé 54 000 détenus (morts et vivants) pendant la même période. La Commission a estimé que le travail qu’elle a effectué ne représentait que 10 % des violations et crimes commis sous Habré.
        26 janvier 2000 – Sept victimes tchadiennes déposent une plainte contre Habré à Dakar.
        3 février 2000 – Le juge sénégalais Demba Kandji inculpe Habré pour complicité de tortures, actes de barbarie et crimes contre l’humanité.
        18 février 2000 – Les avocats de Habré déposent une requête en annulation devant la Cour d’appel de Dakar pour que l’affaire soit abandonnée.
        30 juin 2000 – Le Conseil supérieur de la magistrature, présidé par le chef d’État sénégalais Abdoulaye Wade, mute le juge Kandji, lui retirant l’affaire Habré. Le président de la Cour d’appel de Dakar est promu.
        4 juillet 2000 – La Cour d’appel de Dakar déclare que les tribunaux sénégalais sont incompétents car les crimes auraient été commis en dehors du territoire national. Cette décision et les circonstances qui l’ont entourée ont été vivement critiquées par les Rapporteurs des Nations unies sur l’indépendance des juges et des avocats et sur la torture. Les victimes interjettent appel.
        30 novembre 2000 – Des victimes tchadiennes vivant en Belgique portent plainte contre Habré à Bruxelles.
        20 mars 2001 – La Cour de cassation sénégalaise déclare que Habré ne peut être jugé parce que les crimes dont il est accusé n’ont pas été commis au Sénégal.
        7 avril 2001 – Le président Wade demande à Habré de quitter le Sénégal.
        23 avril 2001 – Le Comité des Nations unies contre la torture (CAT) demande au Sénégal d’empêcher Habré de quitter son territoire.
        Mai 2001 – Après la découverte dans les locaux de l’ancienne Direction de la Documentation et de la Sécurité (DDS) à Ndjamena de milliers de documents constituant les archives de la sinistre police politique de Habré, le gouvernement tchadien a permis à l’AVCRP, assistée de la FIDH et de HRW, de consulter ces documents et de les exploiter librement.
        27 septembre 2001 – Le président Wade accepte de maintenir Habré au Sénégal, le temps que soit examinée une demande d’extradition. « Si un pays, capable d’organiser un procès équitable – on parle de la Belgique – le veut, je n’y verrais aucun obstacle. »
        19 septembre 2005 – Après quatre années d’instruction, ayant donné lieu à une mission au Tchad, un juge belge délivre un mandat d’arrêt international contre Habré pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre et actes de torture. La Belgique demande son extradition au Sénégal.
        15 novembre 2005 – Les autorités sénégalaises arrêtent Hissène Habré.
        24 novembre 2005 – Le procureur de la République demande à la Cour d’appel de Dakar de se déclarer incompétente pour statuer sur la demande d’extradition.
        25 novembre 2005 – La Cour d’appel de Dakar se déclare incompétente pour statuer sur la demande d’extradition. Habré est remis en liberté.
        27 novembre 2005 – Le Sénégal demande au Sommet des Chefs d’État et de Gouvernement de l’Union africaine de désigner “la juridiction compétente pour juger cette affaire”.
        24 janvier 2006 – L’Union africaine crée un « Comité d’Éminents Juristes Africains » (CEJA) chargé d’examiner les options disponibles pour juger Habré.
        18 mai 2006 – Le Comité des Nations unies contre la torture décide que le Sénégal a violé la Convention des Nations unies contre la torture et lui demande d’extrader ou de juger Habré.
        2 juillet 2006 – Sur la base du rapport du CEJA, l’Union africaine demande au Sénégal de juger Habré « au nom de l’Afrique ». Le président Wade accepte d’exécuter cette décision.
        31 janvier 2007 – L’Assemblée nationale sénégalaise adopte une loi qui permet à la justice sénégalaise de connaître des actes de génocide, crimes contre l’humanité, crimes de guerre et actes de torture, quand bien même ils auraient été commis hors du territoire sénégalais. Le Sénégal amendera ensuite sa Constitution.
        Juillet 2007 – Les chefs d’État suisse et français sont les premiers à promettre au Sénégal de l’assister pour instruire et juger cette affaire.
        16 septembre 2008 – Quatorze victimes déposent plainte auprès d’un procureur sénégalais, accusant Habré de crimes contre l’humanité et d’actes de torture.
        2008 – 2010 – Le Sénégal refuse de faire progresser le dossier tant que l’intégralité des fonds nécessaires à la conduite du procès n’aura pas été versée et le président Wade menace d’expulser Habré. L’Union européenne et l’Union africaine envoient plusieurs délégations afin de négocier avec le Sénégal. Ce pays réclame d’abord 66 millions d’euros, puis 27 millions, avant de finalement accepter un budget de 8,6 millions d’euros.
        19 février 2009 – La Belgique demande à la Cour internationale de justice (CIJ) d’ordonner au Sénégal de poursuivre ou d’extrader Habré. Le 28 mai, la CIJ accepte l’engagement solennel du Sénégal d’empêcher Habré de quitter son territoire dans l’attente de sa décision au fond.
        18 novembre 2010 – La Cour de justice de la Communauté Économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) décide que le Sénégal doit juger Habré en créant une juridiction « spéciale ou ad hoc à caractère international ».
        24 novembre 2010 – A l’issue d’une table ronde des bailleurs de fond, 8,6 millions d’euros sont promis, couvrant l’intégralité des estimations budgétaires. Le ministre de la Justice du Sénégal déclare que cette réunion est « le parachèvement d’un long processus devant aboutir au procès juste et équitable ».
        10 décembre 2010 – Le président Wade déclare : « Que l’Union africaine reprenne son dossier… sinon Hissène Habré, je vais le renvoyer quelque part. Moi maintenant, j’en ai assez… je vais m’en débarrasser. Point final. »
        12 janvier 2011 – Le Comité des Nations unies contre la torture réplique à cette déclaration de Wade en rappelant au Sénégal son « obligation » de poursuivre ou extrader Habré.
        13 janvier 2011 – Le président Wade rejette le plan de l’Union africaine pour faire juger Habré par un tribunal composé de juges sénégalais et internationaux sur le modèle du tribunal qui juge les Khmers Rouges au Cambodge.
        31 janvier 2011 – L’Union africaine appelle au commencement « rapide » du procès en prenant en compte ladécision de la CEDEAO.
        4 février 2011 – Le président Wade déclare : « « Et on nous dit maintenant, le Président de la Commission de l’Union africaine, hier, maintenant il faut créer une autre juridiction, fondée sur je ne sais quel principe, pour juger Hissène Habré. J’ai dit, arrêtez ! Là pour moi c’est fini. Je suis dessaisi. Je le remets à la disposition de l’Union africaine. »
        24 mars 2011 – Le Sénégal et l’Union africaine annoncent un accord sur la création d’ « une Cour international ad hoc » pour juger Habré et conviennent de se réunir en avril pour finaliser les Statuts et règles de la Cour.
        30 mai 2011 – Le Sénégal se retire de la réunion qui devait aboutir à la finalisation des Statuts et règles de la Cour.
        11 juillet 2011 – Le Président Wade prend la décision de renvoyer Hissène Habré au Tchad, où il avait été condamné à mort en août 2008 par contumace par une Cour tchadienne à l’issue d’un procès expéditif pour son rôle présumé de soutien aux mouvements rebelles en février 2008. La FIDH et ses organisations membres au Tchad dénoncent cette décision comme contraire au droit sénégalais et aux principes généraux de droit international.
        22 juillet 2011 – Le gouvernement tchadien demande au Sénégal d’extrader Hissène Habré vers la Belgique.
        10 janvier 2012 – La Cour d’appel de Dakar refuse une nouvelle demande d’extradition déposée par la Belgique, justifiant que les documents reçus du gouvernement sénégalais ne sont pas conformes.
        2 avril 2012 – Macky Sall est élu à la présidence du Sénégal.
        20 juillet 2012 – La CIJ ordonne au Sénégal de juger Hissène Habré sans autre délai s’il n’est pas extradé.
        24 juillet 2012 – Le Sénégal donne son accord au projet de l’Union Africaine. Le projet prévoit la création d’une juridiction spéciale au sein du système judiciaire sénégalais composé de juges africains nommés par le l’Union Africaine.
        22 août 2012 – Le Sénégal et l’Union africaine signent un accord créant des Chambres africaines extraordinaires au sein des juridictions sénégalaises. Le Statut des Chambres africaines extraordinaires est adopté en même temps.
        Pour terminer, je rappelle, les propos de Wade en 2011 : « Dès qu’on aura la totalité de l’argent et la personne pour le gérer, on fera le procès (…) Maintenant il faut que cet argent soit réellement et totalement disponible avant que le Sénégal ne s’engage dans ce jugement, parce qu’on peut parfaitement commencer et après nous laisser avec le dossier et ce serait une catastrophe ».
        Macky a hérité du dossier Habré, parce que les bailleurs de fonds avait jugé trop élevé le budget prévisionnel de Wade, un budget d’un montant de 18 milliards de FCFA dont les deux tiers partiraient en frais de fonctionnement.
        C’est ça la vérité. Et il fallait que quelqu’un le dise !

          • Source:
            http://gawlo.net/2015/07/20/chronologie-hissene-habre-rattrape-par-la-justice-apres-plus-de-20-ans-dexil/
            Une seule chose à retenir: ce qui vaut à Habré l’humiliation qu’il vit avec le régime de Macky, et à travers lui tous les patriotes africains, est né d’une nationalité belge offert à des tchadiens pourqu’en contrepartie ils portent plainte contre Habré en Belgique.
            Voici une autre source qui te montre le déroulement d’un autre processus que tu n’aimerais pas qu’il se comprenne.
            http://www.cedroma.usj.edu.lb/pdf/drtsfond/koering.pdf
            Tu y verras, en page 7, qu’en même temps que la plainte contre Habré, lorsque la justice belge s’est déclarée de compétence universelle, il y a eu plainte contre: Sharon, Fidel Castro, Sadam Hussein, George Bush père, Colin Powell, le Général américain Francks, etc.
            Et la compétence universelle de la justice belge voulait dire que n’importe quel citoyen du monde (j’aurai pu dire citoyen de l’Univers pour être mieux compris) pouvait porter plainte contre n’importe quel autre citoyen du monde, la Belgique était compétente et se charge de juger.
            Après ces plaintes, les USA menace la Belgique, pour les pays tel qu’Israël et Cuba, il n’était pas possible de trouver dans ces pays, dans leurs continents, des bénis oui oui qui allaient aider la Belgique à rendre effective sa dite compétence universelle.
            Alors, tout simplement la Belgique révisa sa propre loi dite de compétence universelle. La nouvelle loi dit que ce n’est plus n’importe quel citoyen du monde, mais il faut que ce citoyen ait sa résidence permanente en Belgique ou qu’il ait la nationalité belge. Ainsi, avec cette modification, les plaintes de responsables américains, israélien, cubain, furent classer sans suite. La loi avait changé. Et elle était née avec sa rétroactivité.
            Parler de résidence permanente en Belgique pour de pauvres tchadiens était inenvisageable, il fallait donc leur offrir une nationalité. Voilà ce qui explique la nationalité belge offert à ces tchadiens. La loi a changé pour exclure les autres intouchables, mais il fallait une gymnastique juridique pour avoir Habré. Dès lors, il restait la pression médiatique, diplomatique, pour arriver au résultat que Macky Sall a offert.
            Au vu de tout ce processus, vous admettrez avec moi que s’il y a aujourd’hui ce procès, ici, c’est parce que c’est un pauvre nègre africain qui est visé, et parce que d’autres nègres africains ont accepté de servir de nègres de service.
            Et en plus de toutes ces blessures que subit l’Afrique, venant de ses propres fils qui la dirigent, on trouve encore des fanatisés pour hurler nuit et jour que c’est normal, que c’est une justice, alors que leur compréhension des choses ne dépasse pas ce que les médias financés, pour les orienter, leur répètent.
            Je répète que le procès que voici est né d’une nationalité belge (cadeau empoisonné) offert à de pauvres tchadiens.

        • Source:
          http://gawlo.net/2015/07/20/chronologie-hissene-habre-rattrape-par-la-justice-apres-plus-de-20-ans-dexil/
          Une seule chose à retenir: ce qui vaut à Habré l’humiliation qu’il vit avec le régime de Macky, et à travers lui tous les patriotes africains, est né d’une nationalité belge offert à des tchadiens pourqu’en contre partie ils portent plainte contre Habré en Belgique.
          Voici une autre source qui te montre le déroulement d’un autre processus que tu n’aimerais pas qu’il se comprenne.
          http://www.cedroma.usj.edu.lb/pdf/drtsfond/koering.pdf
          Tu y verras, en page 7, qu’en même temps que la plainte contre Habré, lorsque la justice belges’est déclarée de compétence universelle, il y a eu plainte contre: Sharon, Fidel Castro, Sadam Hussein, George Bush père, Colin Powell, le Général américain Francks, etc.
          Et la compétence universelle de la justice belge voulait dire que n’importe quel citoyen du monde (j’aurai pu dire citoyen de l’Univers pour être mieux compris) pouvait porter plainte contre n’importe quel autre citoyen du monde, la Belgique était compétente et se charge de juger.
          Après ces plaintes, les USA menace la Belgique, pour les pays tel qu’Israël et Cuba, il n’était pas possible de trouver dans ces pays, dans leurs continents, des bénis oui oui qui allaient aider la Belgique à rendre effective sa dite compétence universelle.
          Alors, tout simplement la Belgique révisa sa propre loi dite de compétence universelle. La nouvelle loi dit que ce n’est plus n’importe quel citoyen du monde, mais il faut que ce citoyen ait sa résidence permanente en Belgique ou qu’il ait la nationalité belge. Ainsi, avec cette modification, les plaintes de responsables américains, israélien, cubain, furent classer sans suite. La loi avait changé. Et elle était née avec sa rétroactivité.
          Parler de résidence permanente en Belgique pour de pauvres tchadiens était inenvisageable, il fallait donc leur offrir une nationalité. Voilà ce qui explique la nationalité belge offert à ces tchadiens. La loi a changé pour exclure les autres intouchables, mais il fallait une gymnastique juridique pour avoir Habré. Dés lors, il restait la pression médiatique, diplomatique, pour arriver au résultat que Macky Sall a offert.
          Au vu de tout ce processus, vous admettrez avec moi que s’il y a aujourd’hui ce procès, ici, c’est parce que c’est un pauvre nègre africain qui est visé, et parce que d’autres nègres africains ont accepté de servir de nègres de service.
          Et en plus de toutes ces blessures que subit l’Afrique, venant de ses propres fils qui la dirigent, on trouve encore des fanatisés pour hurler nuit et jour que c’est normal, que c’est une justice, alors que leur compréhension des choses ne dépasse pas ce que les médias financés, pour les orienter, leur répètent.
          Je répète que le procès que voici est né d’une nationalité belge (cadeau empoisonné) offert à de pauvres tchadiens.

        • Source:
          http://gawlo.net/2015/07/20/chronologie-hissene-habre-rattrape-par-la-justice-apres-plus-de-20-ans-dexil/
          Une seule chose à retenir: ce qui vaut à Habré l’humiliation qu’il vit avec le régime de Macky, et à travers lui tous les patriotes africains, est né d’une nationalité belge offert à des tchadiens pourqu’en contrepartie ils portent plainte contre Habré en Belgique.
          Voici une autre source qui te montre le déroulement d’un autre processus que tu n’aimerais pas qu’il se comprenne.
          http://www.cedroma.usj.edu.lb/pdf/drtsfond/koering.pdf
          Tu y verras, en page 7, qu’en même temps que la plainte contre Habré, lorsque la justice belge s’est déclarée de compétence universelle, il y a eu plainte contre: Sharon, Fidel Castro, Sadam Hussein, George Bush père, Colin Powell, le Général américain Francks, etc.
          Et la compétence universelle de la justice belge voulait dire que n’importe quel citoyen du monde (j’aurai pu dire citoyen de l’Univers pour être mieux compris) pouvait porter plainte contre n’importe quel autre citoyen du monde, la Belgique était compétente et se charge de juger.
          Après ces plaintes, les USA menace la Belgique, pour les pays tel qu’Israël et Cuba, il n’était pas possible de trouver dans ces pays, dans leurs continents, des bénis oui oui qui allaient aider la Belgique à rendre effective sa dite compétence universelle.
          Alors, tout simplement la Belgique révisa sa propre loi dite de compétence universelle. La nouvelle loi dit que ce n’est plus n’importe quel citoyen du monde, mais il faut que ce citoyen ait sa résidence permanente en Belgique ou qu’il ait la nationalité belge. Ainsi, avec cette modification, les plaintes de responsables américains, israélien, cubain, furent classer sans suite. La loi avait changé. Et elle était née avec sa rétroactivité.
          Parler de résidence permanente en Belgique pour de pauvres tchadiens était inenvisageable, il fallait donc leur offrir une nationalité. Voilà ce qui explique la nationalité belge offert à ces tchadiens. La loi a changé pour exclure les autres intouchables, mais il fallait une gymnastique juridique pour avoir Habré. Dès lors, il restait la pression médiatique, diplomatique, pour arriver au résultat que Macky Sall a offert.
          Au vu de tout ce processus, vous admettrez avec moi que s’il y a aujourd’hui ce procès, ici, c’est parce que c’est un pauvre nègre africain qui est visé, et parce que d’autres nègres africains ont accepté de servir de nègres de service.
          Et en plus de toutes ces blessures que subit l’Afrique, venant de ses propres fils qui la dirigent, on trouve encore des fanatisés pour hurler nuit et jour que c’est normal, que c’est une justice, alors que leur compréhension des choses ne dépasse pas ce que les médias financés, pour les orienter, leur répètent.
          Je répète que le procès que voici est né d’une nationalité belge (cadeau empoisonné) offert à de pauvres tchadiens.

          • La plainte faite en Belgique a été fait par des résidents tchadiens en Belgique et non pas des citoyens belges. Tu parles comme si la Belgique a changé sa loi pour ne poursuivre que Hisséne Habré sauf que la loi a changé en 1999 et la plainte a été fait en 2000 alors soit les plaignants avaient déjà la résidence belge( car il faut l’avoir 3 ans avant de déposer une plainte). Donc c’est une évidence qu’on n’a pas corrompu de pauvres tchadiens avec une résidence belge. Car les plaignants devaient être résidents avant que la loi soit changée.
            Le procès ne découle pas de la plainte belge mais bien de celle faite a Dakar. Pourquoi le Sénégal n’a pas simplement extradé Habré vers la Belgique comme elle le voulait? Quel est l’intérêt de la Belgique dans cette histoire alors qu’elle n’a pas été impliquée dans l’histoire récente du Tchad?
            Habré a été porté aux pouvoirs par les occidentaux alors ou est son patriotisme.
            Parler du patriotisme de Habré alors qu’il a vidé les coffres de son pays pour s’installer confortablement à Dakar.
            Pour finir tout ceux qui sont pour Habré ne parlent pas de son innocence dans les crimes qui lui sont reprochés mais veulent seulement qu’il ne soit jamais inquiété. Il a payé des avocats pour que ce procès n’ait jamais lieu et aujourd’hui qu’il fait fasse à la justice il joue le patriote.

          • La modification de la loi belge, pour exclure des poursuites les autres, principalement les américains et israélien (il faut noter que le Reed Brody qui s’entête contre Habré et qui orchestre tout ce que vous voyez est israélien), a eu lieu alors que le dossier Habré était dans les médias. HRW (Reed Brody) s’était déjà saisi du dossier. Ta tentative d’inverser la chronologie n’a aucun sens. La loi belge a été modifié pour ne pas poursuivre les américains, et la nationalité a été offerte aux tchadiens pour la plainte contre Habré.
            Le procès actuel découle de la plainte belge. La plainte au Sénégal avait pris fin avec l’incompétence de la justice sénégalaise. Mais de la plainte belge, le Sénégal a refusé de le livrer. Et puisque c’est comme de l’eau à boire pour des belges de manipuler toute l’Afrique, ils ont lancé le thème “Extrader ou juger sur place”. Quelque soit X, il fallait que la plainte en Belgique aboutisse contre le nègre africain, pour les plaintes contre les autres ils avaient trouvé une solution par une gymnastique juridique.
            Et c’est lorsque Macky Sall est arrivé au pouvoir, avec des médias occidentaux qui étaient lancés sur le thème du jugement obligatoire du nègre africain, et les mêmes médias qui ne se privaient jamais de lui poser des questions sur le sujet, qu’il a déclaré: “Je me suis engagé à le juger, je vais le faire”. Il s’était engagé à réduire son mandat, il tergiverse. Un engagement inconnu des sénégalais de juger Habré est tout de suite honoré. Les personnes intelligentes ont compris.

          • Ta propagande mensongère ne peut prospérer ici, à Xalima. Les forumistes de Xalima sont vaccinés. Retourne sur léral ou seneweb!
            A MOINS QUE TU VEUILLES CONTINUER DE HURLER AVEC LES HYENES!

      • @Xeme

        La ou on se sépare est que tu “evites” wade qui s’est escorter par l’aviation militaire de la FRANCE pour faire leur sale besogne a benghazi contre son ex-ami Ghaddafi. Tu parles de Macky (qui le serait dernier de la longue) avec ces mercenaires (faux droits de l’hommasses) alors que c’est wade qui jouait bien leur jeu en abolissant la peine de mort (je n’ai jamais rencontre de Sénégalais qui était pour) et passer cette fumiste loi de la parite (encore pour plaire a ses maitres occidentaux).
        Ton problème est que que tu veuilles ici faire croire que le ciel wadien n’est que rose, alors que la réalité objective est tout autre. Tu peux dire du vrai des autres mais dans la meme phrase tu cherches toujours a encenser la vielle crapule des memes méfaits que tu reproches aux autres. Et c’est cela qui fais de toi un vuvuzela irrémédiablement atteint par la wadolatrie, cette affiliation qui rend amorphe 101% du cerveau et rend la victime en zombie-vvuvuzeleur postant partout dans le net des conneries et se dévoilant comme un fieffé menteur!!!

        Cato

        • Wade est le seul africain à soutenir Khadafi jusqu’à sa mort. Ce n’est la déformation de vos médias qui y changeront quelque chose.

          • Décidément, le ridicule ne tue pas dans ce pays. Avec ta déclaration, le vieux Wade doit être dans ses petits souliers. Et les sénégalais navrés.

            Depuis le voyage de Benghazi, le sénégalais est vu en Afrique et ailleurs comme un traître, celui qui n’hésite pas à sacrifier ses meilleurs amis.
            Qui ne souvient de cette fameuse déclaration de Benghazi, au cours de laquelle le vieux cleptomane disait à Kadhafi le « regarder droit dans les yeux et en lui réaffirmant qu’il n’avait jamais rien fait pour son peuple ni pour les africains, ni pour lui-même », et le traitait de dictateur qui devait quitter le pouvoir. Dans une lettre, le guide libyen, déjà en cavale, reprochait à Wade son comportement sur un ton empreint de politesse cependant : « Il vous est arrivé de prier derrière moi. J’ai été votre imam le temps d’une prière. En musulman, on ne doit pas trahir son imam. Malgré tout ce que vous avez dit, je garde toute l’estime et tout l’amour que j’ai pour vous. »
            Qui ne se souviens de cette fameuse injonction faite au peuple sénégalais par le guide libyen, lui enjoignant de nommer Abdoulaye Wade président à vie, un 4 avril en plus, jour de notre fête de l’indépendance. Ce n’était point à l’époque propos de dictateur qui devait quitter le pouvoir. Mais l’histoire et la complicité de ces deux hommes datent de bien plus longtemps. La petite histoire de notre jeune démocratie nous indique un moment où Kadhafi avait entraîné des hommes à Wade, alors opposant, pour lui permettre d’arriver au pouvoir. Personne n’a oublié l’épisode épique des fameuses « armes libyennes ».
            Le colonel Kadhafi a toujours donné de l’argent à Wade quand il était dans l’opposition, allant jusqu’à lui ouvrir un compte en banque à Paris, en 1978, pour le bénéfice de ses activités politiques. Le vieux cleptomane avait été alors accompagné auprès du guide libyen par Ahmed Khalifa Niasse et Alioune Badara Niang. Plus récemment, le 14 décembre 2010, à l’occasion du Festival mondial des arts nègres que Kadhafi avait soutenu financièrement et logistiquement, les deux hommes, du haut de la tribune, réclamaient l’instauration des Etats Unis d’Afrique.
            Ensuite, le vent a tourné. Wade, qui a coutume de dire que les Etats n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts, a tourné casaque pour des intérêts connus de lui seul et de son mandant de l’époque, Nicolas Sarkozy, qui lui avait prêté avion et protection aérienne pour aller à Canossa, pardon à Benghazi.
            A la vue de ce qu’il a déclaré à Benghazi ce jour funeste, en signifiant que Kadhafi n’avait jamais été son ami, Ahmed Khalifa Niasse, très au fait des relations passées entre le guide libyen et Wade, avait dit sa surprise et affirmé : « Si Kadhafi n’est pas l’ami de Wade, alors Wade n’a pas d’amis. »
            VOILA CELUI QUE WADE A TRAHI. VOICI CELUI DONT WADE A PARTICIPE AU MEURTRE. VOICI CELUI DONT WADE A AIDE A LA CAPTURE ET A L’ASSASSINAT PROCHAIN DE SON FILS.
            ET ÇA, IL FALLAIT QUE QUELQU’UN LE DISE !

          • @@@xeme

            Barké faappess, yow doo nitt!!! A partir d’aujourd’hui je cesse de te prendre au sérieux.
            Trop drôle comme mec, lol.

            Cato

          • tinyurl.com/otwtmry
            tinyurl.com/n6js3j2
            tinyurl.com/q3fa4km
            Wade soutient Khadafi. Maintenant, réfléchissez pour comprendre comment vous vous êtes retrouvés avec le slogan d’un Wade qui a trahi Khadafi.
            Toute personne qui ne comprend pas les médias ne pourra que me traiter de fou.

  11. L’argumentation intellectuelle s’arrête là ou commence la mauvaise foi. Et la tienne s’exprime dans ton obstination a lié la plainte faite en Belgique avec le procès de Dakar. E là tu y ajoutes la patte d’Israël et pourquoi pas des loges maçonniques et des illuminatis. Ridicule.
    Si le Sénégal obéissait à la Belgique pourquoi ne pas avoir extradé Habré? Pourquoi envoyé une mission d’instruction de 19 mois au Tchad et faire d’une instruction faite par la Belgique?
    Ce qui est triste c’est de traiter de nègres des gens qui réclament justice pour eux et pour les leurs.
    Si Mobutu était vivant et dans la même situation il ferait appel à cet même argumentaire oubliant comme Habré que son pouvoir n’a été possible que par l’appui de ceux qu’il traite aujourd’hui de colons.
    Il y’a eu plus de 40 000 victimes et quand bien ils ne serait ”que” 400 la responsabilité de Habré doit être questionné.

    • Il y a le Sénégal de Wade et celui de Macky. Si Macky était au pouvoir au moment de la demande d’extradition de la Belgique, Habré aurait fini d’être jugé en Belgique.

      • @ Xeme.
        Juste arrêtes de commenter tu es ridicule. L’honnêteté intellectuelle n’effleure pas tes post. Maintenant c’est la faute de Macky… Pauvre Afrique avec des énergumènes pareils on n’a pas besoin d’aucun ennemi, d’aucuns colons, d’aucune FrançAfrique. Non à la justice sous aucune forme pour les dictateurs et pire il faut même pas qu’il y aie un procès.
        Commente un peu sur cette vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=f9XVSN9Mlw8

        • Comment tu as fait pour transformer “Non à cette justice” en “Non à la justice sous aucune forme” ? Nous dénonçons une humiliation d’africains voulue, programmée par l’Occident, et qu’il fait exécuter par des africains.
          Et mon commentaire de la vidéo:
          Comment est-on passé d’un Wade qui soutient Khadafi à un Wade qui a trahi Khadafi ? Dans le même journal et peut être du même journaliste. Et mieux, comment est-on passé d’un Khadafi dictateur, assassin, qui tue 6000 citoyens de son pays par des bombardements, et donc qui mérite que la « communauté internationale » se mobilise pour le tuer, à un Khadafi patriote panarficain, qui a perdu la vie parce qu’il a été trahi par Wade ?
          On va procédé par pas à pas, pour que beaucoup de fanatisés comprennent.

  12. @Xeme
    L’argumentation intellectuelle s’arrête là ou commence la mauvaise foi. Et la tienne s’exprime dans ton obstination a lié la plainte faite en Belgique avec le procès de Dakar. E là tu y ajoutes la patte d’Israël et pourquoi pas des loges maçonniques et des illuminatis. Ridicule.
    Si le Sénégal obéissait à la Belgique pourquoi ne pas avoir extradé Habré? Pourquoi envoyé une mission d’instruction de 19 mois au Tchad et faire d’une instruction faite par la Belgique?
    Ce qui est triste c’est de traiter de nègres des gens qui réclament justice pour eux et pour les leurs.
    Si Mobutu était vivant et dans la même situation il ferait appel à cet même argumentaire oubliant comme Habré que son pouvoir n’a été possible que par l’appui de ceux qu’il traite aujourd’hui de colons.
    Il y’a eu plus de 40 000 victimes et quand bien ils ne serait »que » 400 la responsabilité de Habré doit être questionné.
    https://proceshabre.wordpress.com/2015/09/08/hissene-habre-que-dit-lordonnance-de-renvoi/

  13. Moi je prends Xeme comme un alliene parceque les enormites et les contreverites qu’il distille comme un dj qui a perdu le control de son pupitre montre qu’il ne raisonne pas il me donne l’image de omar faye ou ousmane faye
    Vous osez dire que wade a soutenu khadafi mais c’est grave
    Tout le monde sait que pour justifier sa betise en libye l’ignoble sarkhozy a cherche des allies en afrique .
    Le seul allie qu’il a trouvê etait wade car ce dernier cherchait a mettre son fils sur orbitre et l’appui de ce fiefe menteur de sarkhozy et de ces allies americains et britaniques etait une aubaine pour qu’il puisse faire aboutir son projet de se faire remplacer par son fils
    En afrique le seul responsable du chaos libyen est Wade mr Xeme
    Pour le jugement de habre on a rien a reprochê a Macky qui n’a fait que suivre les decisions de l’union africaine de l’onu et de la cdeao . Comme Macky , wade allait faire ce jugement s’il etait reelu .
    Mon probleme dans cet affaire c’est le comportement des droits de l’hommistes
    Ces derniers font semblant d’ignorer le context dans lequel ces evenements ce sont produits . Comme je l’ai dit hier est ce que il faudra juger Deby , Biya , good luck , et le president nigerien dans le futur pour les actions qu’ils sont entrain de mener contre Boko haram
    Par ailleurs les crimes de Deby et de Goucouni en tant que rebels contre les partisans de habre est ce que ils en ont tenu compte et pourtant il y’a eu massacre et pillage de cote aussi avant qu’ils ne prennent le pouvoir
    Militons pour la verite et la reconciliation

    • Grand

      man moom, j’ai arrêté de prendre xeme comme sérieux depuis qu’il a dit que Wade est le seul africain à soutenir Khadafi jusqu’à sa mort. Ce n’est la déformation de vos médias qui y changeront quelque chose..
      Il facile de dire que xeme est délirant, alors que en réalité le monsieur est un grand farceur.
      Je le baptise comé-xeme, pour ne pas insulter les comédiens.

      Cato

      • tinyurl.com/otwtmry
        tinyurl.com/n6js3j2
        tinyurl.com/q3fa4km
        Wade soutient Khadafi. Maintenant, réfléchissez pour comprendre comment vous vous êtes retrouvés avec le slogan d’un Wade qui a trahi Khadafi.
        Toute personne qui ne comprend pas les médias ne pourra que me traiter de fou.

        • Whatever mon grand FOU!!!! Loo wakh rek noonou la….,
          tu postes des articles de seneweb de 2 Fevrier 2011 parlant du soutien de wade a son ami ghaddafi
          et tu “oublies” les titres du 9 juin 2011 montrant wade a benghazi pour trahir son ex-ami Ghaddafi et amorcer le processus de sa mise a mort (et la visite était bien planifie avec des photos de wade distribués aux Bengazites pour faire accueil de negre, BHL l’a bien eu)
          tinyurl.com/pubw2cy
          Regardez bien les photos chers amis, et traitez ce vuvuzela de xeme comme le FOU qu’il appelle.
          NB: mais grand, newou maa la wone que yamba baaxoul???? bayyil euf bi nak!!!! xawi sa sutura rek!!!

          Cato

          • D’où ma question: comment est-on passé d’un Wade qui soutient Khadafi à un Wade qui a trahi Khadafi ? Dans le même journal et peut être du même journaliste. Et mieux, comment est-on passé d’un Khadafi dictateur, assassin, qui tue 6000 citoyens de son pays par des bombardements, et donc qui mérite que la “communauté internationale” se mobilise pour le tuer, à un Khadafi patriote panarficain, qui a perdu la vie parce qu’il a été trahi par Wade ?
            On va procédé par pas à pas, pour que beaucoup de fanatisés comprennent.

  14. C’est l’histoire d’un officier de l’armée française, le Commandant Galopin, pris en otage par dans le désert du Tibesti (Tchad des années 70) par des rebelles. Le Cdt Galopin est mort suite à cette prise d’otages. Il est indéniable que pour la France, le Président Hissène Habré doit “rendre gorge”, comme l’a justement précisé Son Excellence Amadou Tidjane Wone.
    Voilà un fait de l’histoire qui rend lumineux la scène où se joue un théâtre de mauvais goût.
    Un grand merci à son Excellence Amadou T. Wone. Votre contribution est on ne peut plus lumineuse. Bravo!

Repondre