Karim Wade et ses co-accusés, dans le cadre de l’affaire de la traque des biens mal acquis, doivent certainement être en train de rire dans leur coin.

Et pour cause, les avocats qui plaidaient leur culpabilité pour le compte de l’État du Sénégal sont en train de se déchirer avec leur client. Pour des questions d’honoraires.

Selon Les Échos, d’après le contrat qui les lie au gouvernement, signé dans le bureau d’Aminata Touré, alors ministre de la Justice, les 11 robes noires concernées devaient toucher individuellement 2% des avoirs recouvrés, le cas échéant.

Les montants recouvrés dans le cadre de la procédure étant de 60 milliards, chacun des avocats a droit à 1,2 milliard, selon les termes de l’accord initial. Mais les choses ne se passeront pas comme prévu.

D’après toujours Les Échos, au cours d’une réunion de conciliation au Palais, alors que les avocats rouspétaient pour le retard du paiement de leurs honoraires, Macky Sall fait remarquer à ces derniers que le montant qui leur est dû est exorbitant, que les Sénégalais ne comprendraient pas le versement de telles sommes. Comme contreproposition, renseigne le journal, le chef de l’État tend à chacun 750 millions.

Les Échos rapporte que certains concernés ont acquiescé tandis que d’autres ont refusé l’offre faite devant l’agent judiciaire de l’État et l’ex-ministre de la Justice, Sidiki Kaba.

Les jours passent et, surprise, les avocats apprennent que l’État a finalement décidé de ne payer à chacun que la somme de 200 millions.

Inacceptable selon les robes noires, d’après Les Échos. Qui informe que ces dernières ont décidé d’en découdre avec leur client et le pousser à respecter ses engagements.

rewmi.com

PARTAGER

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here