XALIMANEWS – Depuis l’application du Décret n° 2016-1536 du 29 septembre 2016 portant application de la loi n° 2016-09 du 14 mars 2016 instituant une carte d’identité biométrique CEDEAO pour les citoyens Sénégalais, tous les électeurs déjà inscrits sur les listes électorales sont tenus de confirmer physiquement leur inscription. Officiellement, la carte d’électeur est couplée à la carte d’identité biométrique valable dans l’espace de la communauté des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO). Un couplage qui risque de présenter des inconvénients lors des élections. Par ailleurs, à la différence de la carte nationale d’identité, la pièce communautaire pourrait servir de carte de santé, de permis de conduire, ou même de carte bancaire etc. grâce à sa puce électronique multi application. Il faut préciser que la biométrie permet d’identifier la personne de manière unique.

Mais à peine la sortie du nouveau document biométrique CEDEAO, la polémique autour de la fiabilité du document enfle au Sénégal et attire l’attention des observateurs.
En effet, la sortie de certaines pièces a révélé de graves erreurs d’enregistrement, il s’y ajoute aussi les nombreux sénégalais qui ne retrouvent pas leur noms. Selon des informations reçues, beaucoup de sénégalais se plaignent des irrégularités notées avec ces nouvelles cartes biométriques. Une source révèle que plus de 10.000 Sénégalais ne sont pas reconduits, convenablement, sur ce nouveau fichier biométrique et d’aucuns risquent d’être en détention de “faux papiers”. De l’avis d’un spécialiste des systèmes d’informations, les incohérences sur les cartes biométriques pourraient être justifiées par le fait que le ministère de l’Intérieur avec la Direction de l’Automatisation du fichier, dans sa démarche de mise en place des nouvelles cartes biométriques, n’est pas parti d’un fichier existant qui avait déjà donné, naturellement, à la plupart des Sénégalais, une identification propre. Il faut rappeler que le Sénégal a procédé à la refonte totale de son fichier. Au moment où des témoignages rapportent que les citoyens, à la recherche de cette carte biométrique, sont enregistrés à partir de leurs seules pièces d’état civil ou de leurs anciennes pièces d’identité nationale non sans aucune autre vérification. Une démarche qui, pour le moins, créent la confusion chez les Sénégalais.

Au regard de toutes ces considérations, certains acteurs disent émettre un doute sur la sincérité et la transparence des élections législatives vers lesquelles le Sénégal s’achemine si l’on sait que les dites cartes sont corollaires avec le fichier électoral. Ainsi, ils invitent le ministère de l’Intérieur à se prononcer sur cette situation à un peu moins de deux mois des élections.

PARTAGER

8 Commentaires

    • c le but recherché par l’ autorité … il faut que la masse n’ y comprenne que dalle!!! ya bon komssa.

  1. PRENEZ LE TEMPS DE SAVOURER CHAQUE INSTANT DE VOTRE VIE EN ARRENTANT LE TEMPS.
    JUSTE UN MOMENT…LE TEMPS D’UN MASSAGE… 785181012 708539287
    LE MASSAGE EST UN MOMENT MAGIQUE…
    OU LA NOTION DU TEMPS S’ARRÊTE…
    UN MOMENT HORS DU COMMUN QUI VOUS AIDE A VOUS SOULAGER DU STRESS ET DE LA FATIGUE QUOTIDIENNE…

  2. Je ne comprends pas. Je suis à l’extérieur du pays, mon inscription est rejetée par le ministère, et quand j’ai appelé l’ambassade pour mon intégration sur les listes, ils m’ont dit qu’ils n’ont aucun moyen pour communiquer avec le ministère sur le cas. C’est vraiment bizarre. Je ne comprends plus rien.

  3. Mais c’est quoi cet article mensonger qui dit le ministère n’est pas parti d’un fichier existant alors que l’on te demande si tu veux conserver ton inscription sur les listes ou changer les lieux de vote. Si ya pas fichier ou est ce que l’on peut confirmer que l’on garde son mieux de vote. Aussi mensonger soit cet article supposer qu’il ait 100 00 erreurs sur un fichier de presque 7 millions vous ne pensez pas que c’est marginal et que l’on pourrait très rapidement à la correction.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here