La Commission cellulaire chargée de conduire les travaux de concertation sur le processus électoral de nouveau paralysé par un désaccord. Réunis hier, vendredi 14 juin, les acteurs n’ont pas pu s’accorder sur le moyen de transmission du rapport final au président de la République. L’opposition ne veut pas que le document passe par le ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye.
La Commission cellulaire chargée sous la direction du général à la retraite, Mamadou Niang, de conduire les travaux de concertation sur le processus électoral bute encore sur un nouveau désaccord. En conclave à Dakar hier, vendredi 14 juin,, les acteurs politiques parties prenantes à ces travaux de concertation sur le processus électoral n’ont pas pu trouver de consensus sur le moyen de transmission de leur rapport final au président de la République.

Le pôle de l’opposition conduit par le vice-président du parti Rewmi ne veut pas que ce document passe par les mains du ministre de l’Intérieur pour arriver sur la table du président de la République. Déthie Fall et cie veulent que le général Niang se charge à la fin de leurs travaux de remettre directement son rapport au président de la République. Alors que le pôle de la majorité, estimant que la commission est sous la tutelle du ministre de l’Intérieur qui, non seulement, a procédé à l’installation de ses membres mais aussi fourni les termes de référence de ces concertations, vote la remise de ce document au ministre Aly Ngouille Ndiaye qui se chargera de le remettre à son tour au président de la République.

Interpellé à la sortie de cette rencontre de près de cinq tours d’horloge, Déthié Fall justifiant la demande de l’opposition évoquera le caractère partisan du ministre Aly Ngouille Ndiaye qui, selon lui, «n’a pas droit au chapitre». «Ce qui est fondamental, c’est qu’il y a un contentieux extrêmement profond et lourd entre majorité et opposition né d’une part des conditions d’organisation de la dernière élection présidentielle mais aussi de l’implication du ministre de l’Intérieur, responsable de l’Apr dans le processus électoral. Nous avons dit au niveau de l’opposition que nous ne voulons pas que le rapport final validé par les parties prenantes à ces concertations transite par le ministre de l’Intérieur. Nous voulons qu’il soit remis directement entre les mains du président de la République. Pour nous, il n’a pas droit au chapitre».

 Prenant la parole au nom du camp du pouvoir, Benoît Sambou, coordonnateur du pôle de la majorité s’est gardé de faire des commentaires sur ce nouveau désaccord. S’exprimant devant la presse à la sortie de cette rencontre, l’ancien ministre s’est juste contenté de saluer la reprise des travaux après la suspension notée le mercredi dernier en magnifiant ainsi «l’esprit de dépassement» et le «sens de responsabilité» des acteurs engagés dans ce processus pour le rayonnement de la démocratie sénégalaise. De leur côté, les partisans du pôle des non-inscrits invitent tout le monde à la responsabilité.

Pour Déthie Faye, leur coordonnateur, peu importe que le rapport passe par les mains du ministre de l’Intérieur ou remis directement à Monsieur le président de la République/ Pour lui, l’important est que l’autorité qui recevra le rapport ne puisse changer aucun élément dans ce document. «Au niveau du pôle des non-inscrits, nous avons attiré l’attention de tous les acteurs sur ce que nous considérons comme important dans ces travaux.

Le président de la République s’est engagé publiquement à appliquer sans changer une virgule tous les points qui font l’objet de consensus. On doit le mettre à l’épreuve en faisant tout pour avoir suffisamment de points de convergence et de consensus et voir s’il tiendra sa promesse ou pas. Il ne sert absolument à rien de s’attarder sur la personnalité finale du rapport. L’important, c’est qu’on parvient à des consensus forts». Il faut dire que c’est le deuxième désaccord enregistré en l’espace de deux jours dans le cadre des travaux de cette commission après celui noté le mercredi 12 juin suite à une demande de délocalisation des rencontres de la Direction générale des élections vers un lieu neutre, formulée par l’opposition. Pour la journée d’hier, le menu des discussions portait toujours le premier point relatif au code de conduite.

 A l’ouverture des travaux par le général Niang, il a été procédé à la validation du compte rendu de la réunion précédente. Par la suite, les débats ont porté tour à tour sur les points suivants : le mode de prise de décision, le mécanisme de constatation d’accord ou de désaccord avant de buter sur la question du destinataire du document final.
sudquotidien

1 Commentaire

  1. Le scandale sur les contrats pétroliers et gaziers sont venus polluer le dialogue national si cher au président Sall pour une consommation à l’international. L’opposition devrait faire du départ d’Aly N’gouye N’diaye que le président ne voudrait jamais , pour des raisons que l’on sait, une condition sine qua non pour continuer ce dialogue . La stratégie du pouvoir est d’obliger l’opposition soit à accepter un report des locales, ou alors accepter d’aller à ces élections avec les règles du jeu actuelles. a 6 MOIS d’une élection, selon les chartes de la CEDEAO, aucun état ne peut changer les règles. Voilà le dilemme que veut faire vivre le pouvoir à l’opposition. Je parie que les locales, et même les législatives n’auront pas lieu à dates échues. C’est le combat du pouvoir, pour être tranquille au mons pendant deux ou trois ans . Réfléchissez !

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here