XALIMA NEWS – Depuis la panne de l’appareil de radiothérapie de l’hôpital Aristide Le Dantec, tout le monde ne parle que de cela. Normale pour une machine chargée de “sauver” des vies. Mais, ce que beaucoup ne savent pas, c’est comment cette machine est arrivé à l’institut Marie Curie de l’hôpital Le Dantec. La conférence de presse d’hier de la ministre de la santé Awa Marie Coll Seck a été l’occasion pour le premier radiothérapeute du Sénégal, le Professeur Pape Touré, de revenir sur l’histoire de cet appareil, qui a fait couler beaucoup d’encre.

Selon le professeur Touré, il y avait la radiothérapie au Sénégal quand il commençait sa médecine, en 1961. “Il y avait depuis cette date, un appareil de radiothérapie à l’hôpital Le Dantec, dans le bâtiment en face de l’institut Marie Curie. Au temps, on l’avait appelé la radiothérapie conventionnelle. C’est par la suite que le gouvernement s’est engagé à améliorer la radiothérapie et le président Senghor a fait construire un bunker. C’est d’ailleurs ce bunker qui abrite l’actuelle machine de radiothérapie en panne . Ce bunker a été construit en 1972 ou 1973. Quelques temps après, l’entreprise Marie Apolline, qui construisait le dispositif, est tombée en faillite et les travaux ont été arrêtés. Plus jamais on en a parlé.
Mais, en 1986, un concours de circonstances a fait que M. Cros Marie est venu à Dakar, pour une conférence qui avait réuni un américain du nom de Gallo et un autre français du nom de Montagnier. Ces trois scientifiques se livraient en effet une rude concurrence intellectuelle dans leur spécialité. Le congrès étant bien organisé, M Cros Marie était très content au point qu’il a demandé au président Abdou Diouf ce qu’il pouvait faire pour le Sénégal. Le président Diouf se tourne vers moi, et je lui souffle: “dites lui une radiothérapie”. Aussitôt, le président Diouf se tourne vers M Cros Marie pour lui dire: “offrez-nous une radiothérapie”. Et Cros Marie de répondre: “vous aurez la radiothérapie”. Cinq années plus tard, l’appareil est installé”, raconte le professeur Touré.
Et le premier thérapeute du Sénégal de poursuivre: “Après cela, des étudiants sénégalais avaient été envoyés en France, pour formation. Malheureusement pour le Sénégal, ceux-ci ne reviendront pas. Le premier à décider de revenir servir son pays était le professeur Kassé. Après l’installation de la machine, j’avais demandé à Paris au nom du Sénégal, d’avoir l’accélérateur. Là, on me fit savoir qu’un pays qui ne maîtrisait pas son électricité ne pouvait pas avoir l’accélérateur. Quelques temps après, l’association sénégalaise de lutte contre le cancer avait été installé avec la participation de beaucoup de personnalités, telles que Mimran, feu juge Keba Mbaye et feu Mgr Cardinal Thiandoum”.
Il faut rappeler que sous le régime du président Wade, la machine est tombée en panne avant d’être réparée et reprendre service. Et comme s’il attendait l’arrivée du quatrième président du Sénégal, Macky Sall, la machine est une nouvelle fois, tombée en panne. Tout porte à croire que pour cette fois, c’est pour toujours.

Par Mor DIOP (Stagiaire)

(Source: Les Echos)

PARTAGER

1 Commentaire

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here