Chers camarades et responsables de l’Alliance pour la République de la Section USA,
Nous commencerons d’abord par adresser nos vives salutations, remerciements et encouragements à nos braves militantes et militants y compris tous les responsables du parti aux USA. Depuis la création de notre formation politique jusqu’à aujourd’hui, la grande majorité de nos responsables et militants démontre inconditionnellement son amour et respect envers le parti et son leader principal, son Excellence Monsieur Macky Sall, Président de la République du Sénégal. Ceci est la marque d’une fidélité politique indélébile.
Beaucoup de personnes ont investi leur temps, énergie et finances durant la traversée du désert et continuent à le faire. Certes, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts, mais nous restons toujours fidèles à nos engagements.
Depuis quelques temps, notre parti souffre de mésententes. Notre responsabilité en tant que leaders est ébranlée par des discordes durant les moments difficiles provoqués par des frustrations, des tumultes et de l’incompréhension. Certes, les organisations politiques naissent, grandissent et disparaissent, mais leur force, longévité et réussite sont indissociablement liées à la solidité de leurs bases.
Tout bon leader doit forcément être à l’écoute de ses membres parce que ces derniers doivent sentir que leurs voix comptent et qu’ils sont importants. La démocratie interne exige que les membres soient informés et impliqués dans la prise des décisions du parti. L’existence de petits groupes de leaders centrés sur eux-mêmes et qui sont hors de contact avec les bases, contribue à l’affaiblissement et à la discorde. Personne ne peut se suffire à soi-même. Parfois l’orgueil, l’arrogance et la fierté rendent certains individus intraitables. Par conséquent, ils deviennent incapables de reconnaitre leurs propres erreurs.
Les bons et les mauvais leaders se distinguent durant les moments de crise. Quand tout va bien, certains de nos leaders deviennent très visibles au-devant la scène, mais quand les choses se compliquent entre les militants, ces mêmes « leaders » se cachent et ne réapparaissent que durant les visites présidentielles. Ceci est la triste réalité qui caractérise le leadership de notre formation politique. Nous demandons à nos leaders d’être présents en toute circonstance. Rien ne sert de citer des proverbes et des slogans de « paix des braves » si on ne peut pas avoir le courage d’aller au fonds des obstacles et de proposer des solutions réelles pour la sortie de crise.
C’est évident que l’APR aux USA traverse actuellement des périodes difficiles parce que nous refusons de dépasser nos petites différences pour préserver et sauvegarder l’intérêt commun du parti. Aucune formation politique ne peut rester longtemps forte quand l’unité et la paix sont absentes. Des querelles de positionnement sont entrain de miner notre chemin et de nous affaiblir.
Les membres du Parti se déchirent depuis bientôt une année. Ce qui intrigue la plupart des militants c’est justement l’incapacité des dignitaires respectables à diagnostiquer les problèmes et dessiner une piste droite vers des retrouvailles nécessaires.
A l’Alliance pour la République, la confiance mutuelle diminue et évidemment la méfiance est totale. A qui profite cette situation de discorde ? Éventuellement, la réponse à cette question incitera à méditer davantage pour voir au-delà de nos divergences. Il est vraiment temps que nous prenions du recul pour réfléchir sur les principes essentiels de ce parti, car parmi nous, il doit y avoir des personnes qui ont la capacité de dépassement et de compromis. Les défis sont énormes, mais ils sont quasiment surmontables. Il serait difficile d’imaginer d’aller en campagne pour les élections présidentielles de 2019 avec des cœurs meurtris et divisés. Ceci n’est pas une stratégie gagnante.
Par ailleurs, nous devons nous rappeler que la vocation de notre parti est la promotion des valeurs morales, le développement et la prospérité pour tout le Sénégal. Cette vocation va effectivement perdre sa raison d’être quand nous persistons dans la division. Nous devons aussi nous battre constamment pour mériter notre devise qui est « Travail, Solidarité et Dignité ». Nous savons également que le symbole de notre parti illustre nos idées d’unité, de solidarité, de constance, d’endurance, de grandeur et d’espoir. Dans le même sens, les couleurs de notre parti (marron et beige) symbolisent l’unité, la vitalité et la maturité.
En réalité, nos querelles internes n’ont aucun sens parce que nous sommes simplement en train de nous détruire et parfois sans nous en rendre compte. Il n’existe pas de guerre sans bavures. Les lignes qui nous séparent sont utopiques. L’esprit de tolérance et de dépassement nous oblige à travailler ensemble pour sauvegarder l’image du parti. Le défi le plus perceptible est d’abord communicationnel. Cherchons d’abord à installer une voie de dialogue de manière inclusive, sincère et sans réserve. La communication efficace nous permettra d’avoir un dialogue constructif. Elle nous guidera surement vers des solutions à nos problèmes. Nous sommes des adultes et responsables qui peuvent régler leurs différences sans l’intervention des supérieurs. Par contre si nous préférons être traités comme des personnes immatures et laisser la situation empirer, nous pouvons tout simplement attendre l’arrivée des émissaires de Dakar pour nous installer autour de la table de négociations. Ce serait pure naïveté de notre part de penser qu’en présence du Messie de la paix, toute honte bue, nous nous engagerons dans un dialogue sincère. C’est justement ce que nous devons éviter pour montrer que nous sommes des adultes en politique et pour sauver l’image d’une diaspora innovante et partenaire indispensable pour le développement de notre nation, le Sénégal. Le choix nous revient donc d’utiliser la meilleure formule pour régler la crise actuelle par nous-mêmes.
C’est avec certitude que nous pensons pouvoir affirmer qu’il existe, en notre sein, du talent, de la connaissance et de l’expertise requis pour faire la différence. Cependant, pour relever les défis de la mésentente, il nous faut du courage, de la persistance et de la franchise. Nous partageons les mêmes inquiétudes, les mêmes doutes, les mêmes espoirs et rêves mais parfois le manque de bonne communication empoisonne les relations et aggrave les situations. Nous sommes persuadés qu’au fond de nous-mêmes nous partageons le même idéal. Raisons pour lesquelles, tous les militants et responsables soucieux du devenir de notre parti sont interpellés devant la situation actuelle ici aux USA, et sont aussi invités à répondre à cet appel de dialogue et de réconciliations.
Allons-nous continuer à supporter des bagarres intestines ? Quel exemple donnons-nous à jeunes militants ? Chers camarades de l’APR USA, 2019 c’est déjà maintenant.

Comité de Réflexion APR-USA
Mountaga Sy/Abdoulaye Ndao

12 Commentaires

  1. merci pour cet article qui fait appel a l unite. 2019 est deja la. nous militants de l apr nous avons besoin d’ un leadership pour assurer une victoire eclatante a notre president. ou etes vous? responsable de la D S E. quelle strategie pour preparer l’ election presidentielle de 2019.

  2. Deux individus déjà vomis par leurs sections où de braves dames se battent pour élargir le parti après les avoir expulsé .Mountaga Sy l’initiateur du sabotage de la rencontre avec le Président Sall à NYC et Abdoulaye NDao l’absent en attente d’ Nomination ou départ!!!
    Dem leen liggeyi wala book dimbeuli Khalifa purger sa peine.

  3. J’ai envie de vomire a cause de l’image qui couvre l’article.
    Rien que des traitres qui passer toutes leurs temps pour insultés le president M Sall.
    Avec tous c’est transhumans, le parti ne seras j’amais comme avant.
    Je le jure.

  4. Approche conciliante mais à voir si elle est sincère?
    Je suis d’accoRd qu’il faut communiquer,faire la paid entre frères de Parti.
    Au lieu de se pourfendre dans un article pourquoi n’appele Vous pas vos camarades avec qui vous dites être en divergence et régler vos problèmes internes?

  5. Il existe plusieurs façons de gérer une équipe. Alors monsieur le ministre Ali tout le monde ne peut s entendre sur la façon la plus efficace de la faire, nous pouvons tous convenir que la performance de
    l équipe répose considérablement sur celle de son leader.

  6. Mr ali il semblerais qu un appel avait ete lance pour un dialogue pour la restructuration du leaderhip de la DSE. Ou etiez vous. Probablement occupe par votre tirtre ou rang de…… en attendant que le president de la republique vienne organiser la DSE a votre place.

  7. Mr ali il semblerais qu un appel avait ete lance pour un dialogue pour la restructuration du leaderhip de la DSE. Ou etiez vous. Probablement occupe par votre titre ou rang de……, attendant que le president de la republique vienne organiser la DSE a votre place.

  8. on vous fera tous dégager 2019.
    Le pays vous a vomis bande de traites et vendus.
    Macky et sa bande ne sont qu’une déception au populations.thiaga kéne dou ko nakh niari yone.

  9. Tous des peureux.leur président insulté,dénigré voire même maudit par un Sénégalais ici même à New York sans réplique de leur part.Quelle honte vous aperiste des USA;de vrais batards.Defendez le bilan positif de Macky chers peureux.?????

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here