XALIMANEWS : Vaincre ou périr ! Le Sénégal n’a plus le choix. Après leur douloureuse défaite (0-1) devant les Fennecs d’Algérie, les Lions sont obligés de sortir de leur cage pour dompter les Harambee Stars du Kenya, ce soir au stade du 30 juin pour le compte de la 3ème et dernière journée de la poule C comptant pour la 32ème édition de la coupe d’Afrique des nations qui se déroule présentement en Egypte (21 juin au 19 juillet).

Battus physiquement, techniquement et tactiquement par les Fennecs, les Lions qui ont reçu un énorme coup de massue, sont obligés de réagir pour démontrer à la face du monde qu’il s’agissait juste d’un faux pas et qu’une telle défaite n’altère en rien leur statut de super-favori de cette CAN. Pour ce faire, ils sont obligés de jouer comme de vrais Lions, engagés, déterminés capables de relever le défi physique et surtout mental. Surtout que les Harambee Stars n’ont rien à perdre. Au contraire, ils ont tout à gagner. Ce, à la suite de leur excellente performance devant les Taïfa Stars. Menés deux fois au score, les hommes de Sébastien Migné ont réussi à remporter leur première victoire dans une phase finale d’une CAN, pour ensuite, s’offrir une «finale» face… aux Lions.
MIGNÉ ET LE MENTAL DES SÉNÉGALAIS
Contrairement au Sénégal qui est dos au mur, le Kenya ne cracherait pas sur un match nul. L’objectif étant de franchir le premier tour pour la première fois de leur histoire, après avoir remporté leur première victoire dans une CAN. Les Harambee Stars vont donc jouer libérés tout en essayant de perturber le jeu sénégalais en imposant un défi physique avec leurs grands gabarits. C’est donc un match piège auquel, Aliou Cissé sera à nouveau confronté. Déjà, le sélectionneur du Kenya tente de remporter la bataille de la communication voire celle psychologique. En témoigne ses propos tenus hier, dimanche 30 juin, en conférence de presse d’avant-match. «Je connais un peu la mentalité des sénégalais. On sait que de temps en temps, dans la mentalité des joueurs sénégalais, il peut y avoir quelques faiblesses. J’espère que ce sera le cas demain (ce soir) sous la pression notamment», a déclaré le technicien français. «Mais, s’est-il empressé d’ajouter, si la machine fonctionne, ça peut faire très mal à l’adversaire. Le Sénégal l’a démontré durant la phase de qualification en remportant tous ses matches». En six rencontres, les Lions ont remporté cinq victoires et fait un match nul face à Madagascar.
CISSÉ S’EN PREND À SON HOMOLOGUE KÉNYAN
Appelé à commenter la déclaration de son collègue, Aliou Cissé, visiblement tendu, s’emporte : «Souvent mes homologues ont tendance à parler de nous. Qu’ils s’occupent d’eux, qu’ils s’occupent de leurs équipes. Qu’est-ce qu’il (Sébastien Migné, Ndlr) connaît de la mentalité du Sénégal ? Qu’est-ce qu’il connaît de notre peuple ? Comment peut-il dire qu’on n’a pas le mental ? On est n°1 africain depuis trois ans, on est allés à la Coupe du monde 2018, c’est notre première défaite depuis quatre ans sur la scène continentale. Je pense qu’aujourd’hui une équipe qui n’a pas le mental ne fait pas ce parcours-là», tranche-t-il, d’un ton sec. Le duel est ainsi lancé entre Harambee Stars et Lions du Sénégal.

Avec sud quotidien

PID

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here