XALIMANEWS- En 2019, les sénégalais font face aux charges fixes mensuelles de plus en plus pesantes. En s’interrogeant sur ses dépenses, Amadou, père de famille de son état, se dit résigné à ne plus faire le décompte. Surtout que ces derniers mois, il reçoit des factures d’eau et d’électricité aux « montants inédits ».
« Je suis passé de 15.000 francs CFA à 60.000 francs CFA en électricité. Et pour l’eau, avant j’avais une facture qui ne dépassait jamais 4000 francs CFA, là j’en suis à 20.000 francs CFA. Cela me prend presque la moitié de mon salaire. Je ne comprends vraiment pas une telle hausse. J’ai déjà fait une réclamation à la SDE mais il n’y a eu aucune suite », déplore-t-il.
Dépassé, ce père de famille doit réajuster les choses dans son foyer pour gérer une situation des plus imprévues. En effet, depuis le mois de Mai 2019, chez lui, les factures vont crescendo. Peut-être devrait-il désormais prendre les transports en commun pour rejoindre son modeste travail en centre-ville ? C’est la question qu’il se pose. Lui qui prenait les taxis collectifs le matin pour ne point prendre le risque d’avoir des problèmes avec ce travail qui lui sert de survie. Enfin, cette question a-t-elle quelque chose à avoir avec les factures ? « Je ne sais pas encore. Je pensais juste que je pourrais sacrifier cela. Encore que le fait de prendre ce moyen de transport n’est même pas un luxe pour moi. Tout est calculé juste ! Puisque je ne peux pas débrancher le réfrigérateur qui nous sert à conserver les aliments et autres utilités », dira-t-il pour se convaincre d’une solution. Tout ce chamboulement pour les factures !
Oui elles peuvent mener la vie dure, confie Nafi. Devant de tels changements, le choc est vécu chez les consommateurs. Le stress aussi. A la cité Aliou Sow, dans le secteur du Golf de Guédiawaye, cette jeune mère au foyer, vient à peine de sortir du gouffre. Pour elle, les conséquences des factures d’électricité peuvent « déstabiliser le ménage ». « J’ai vécu un stress constant avant de prendre le compteur Woyofal. Là, au moins, je pourrais maitriser un peu ma consommation. Ce qui m’a fait réagir, c’est que j’ai reçu une facture de 180.000 francs pour une petite maisonnée de cinq personnes dont mes deux enfants, mes deux bonnes et moi. Mon mari vivant à l’étranger, il a failli croire que je faisais du n’importe quoi à la maison en jetant son argent par les fenêtres. Pour vous dire que j’ai risqué mon ménage à cause de ses factures », raconte-t-elle.
Ce n’est pas exactement le cas de Ahmed Tidiane mais lui se plaint, tout aussi, de sa facture d’électricité. Ce gorgorlou, père de famille averti, semble avoir toujours maitrisé son budget en tout. A Ouest Foire, sa petite famille de 5 personnes dont un bébé est loin d’une grande consommation. Un petit matériel dans un petit confort, et le tour est joué. Non sans qu’il ne soit jamais inquiété par une quelconque fuite ou une surconsommation. Malgré tout, sa facture n’a jamais atteint 20.000 francs CFA. Aujourd’hui, il se retrouve avec plus du triple pour la même consommation. « Dernièrement, une facture de près de 75.000 francs m’a véritablement agacé. C’est visiblement autre chose qu’une simple facturation. On devrait s’interroger », conseille Ahmed Tidiane.
Fuites, matériaux désuets … les vrais faux prétextes des sociétés nationales
A qui s’adresser ? Qui est ce qu’il faut interpeller dans une pareille situation ? Surtout quand il s’agit d’un cas général. Toutefois, la population n’a pas tardé à réagir. Les services réclamations, les guichets et autres personnes ressources en ont eu pour leur compte. « Personnellement, j’ai demandé à savoir ce qui se passe, afin de comprendre pourquoi nous a-t-on servis une facture de 100.000 francs en eau pour un immeuble qui abrite deux petites familles ». C’est presque le cri de cœur d’une consommatrice à un agent de la SDE. Ce dernier, perché haut de l’autre côté, ne fait malheureusement que collecter les fonds de la population derrière un comptoir décrié. Ignorant jusqu’au bout la raison d’une telle hausse, il a voulu lui signifier ce qu’elle sait déjà. « Vous n’êtes pas la seule madame ! ». Devrait-on alors se contenter de cette réponse ?
Pour sa part, la Sénélec tente de donner une repartie qu’elle pourrait, en d’autres circonstances, partager avec la Société nationale de distribution de l’eau. « C’est par la suite qu’on m’a servi le fait qu’il y avait une fuite dans notre immeuble. Celui-ci n’abrite, en réalité, que ma petite famille et ma belle-famille. Le reste, ce sont des bureaux qui ne sont plus fonctionnels depuis un an », explique la dame, visiblement énervée.
En réalité, c’est aussi la chanson favorite de la Sénélec. Par conséquent, les consommateurs doivent s’en tenir au fait que les fuites et les matériaux désuets sont les conséquences d’une surfacturation et que, dans le genre de cas, ils doivent s’attendre à des factures salées.
Un aveu de taille
Toutefois, dans un autre contexte, la Société nationale d’électricité avait annoncé, dans le deuxième trimestre de 2019, une « légère hausse » de l’électricité. Sans aucune autre explication, elle est passée à l’acte et cette hausse, loin d’être attendue par les populations qui souffrent déjà de cherté de la vie, est relativement élevée contrairement à ce qui a été annoncé.
« Je sais déjà que les éclairages publics et autres conformités sont directement décomptés dans les factures des consommateurs et non pas forcément pris en compte par les collectivités locales comme prévu », explique un observateur qui trouve, par ailleurs, que l’augmentation des factures d’eau et d’électricité est notée entre le mois de Mai et le mois de Juin 2019, notamment au lendemain des élections. Quel rapport ces nouvelles factures dont on note, en effet, une grande différence d’avec, par exemple, celles de janvier peuvent avoir avec les élections ?
« C’est le renflouement des caisses après tout l’argent qu’ils ont dépensé avec les élections », a-t-il ajouté. Un commentaire qui interpelle les associations de consommateurs. Selon lui, ceux-là qui portent la voix des consommateurs ont du pain sur la planche avec l’avènement des factures chères, en 2019. « Si on laisse passer, elles risquent d’atteindre le prix des loyers ou les dépasser. Et à ce stade, le Sénégalais lambda va tout simplement se retrouver dans un profond gouffre », craint un autre.
Une situation qui, plus qu’un constat, semble être le lot des populations des autres régions. « A mon retour à Thiès, j’étais loin d’imaginer qu’on allait nous présenter une facture d’électricité de 100.000 francs CFA, là où l’on ne payait pas plus de 45.000 francs CFA lors de nos séjours », raconte Sadio qui réside au Canada. Venue en vacances avec sa petite famille, elle vit déjà au rythme infernal des factures.
XALIMA, La Rédaction

4 Commentaires

  1. Ce n’est pas normal que CETTE dame témoin paie 180.000 FCFA le mois pour l’électricité ! La différence avec ce que nous payons en Europe pour la consommation d’une famille de trois personnes, trois chambres, salon, cuisine, toilettes, réfrigérateur, télé, PC familiale , micro-onde, lave- vaisselle ( deux fois par semaine si invités) lave linge (deux fois par semaine). La facture mensuelle est de 178 EUROS/ mois. Sous réserve de savoir si cette dame , ses deux enfants et ses employées de maison ne passent pas leurs journées à regarder la télévision et faire fonctionner d’autres appareils électriques.

  2. Je pense qu’il faut revenir à la facture mensuelle (par mois). En effet, les factures sont faites selon les consommations, or celles-ci sont réparties en 3 tranches. 1ère tranche limitée à 155 kWh pour un PU de 90,47 FCFA. La 2ème tranche à un PU de 101,64 FCFA. La 3ème tranche à un PU de … FCFA. Si la facturation est mensuelle, il y’a de forte chance que la consommation de la petite couche ne dépasse les 155 kWh. Bien vouloir y penser.

  3. c’est bien fait pour eux qui ont réelu Macky Sall ils n’ont encore rien vu !!!! Ce sera ainsi jusqu’à la fin du troisième mandat Inch Allah NEKH NAKHARI !!!!
    MACKY SALL VOUS A PREVENUS IL FAUDRA SERRER LA CEINTUREEN 2020 CAR VOS VENTRES NE SONT PAS ENCORE ASSEZ MAIGRES VOUS DEVEZ RESSEMBLEZ A DES SQUELLETTES POUR QUE SON VENTRE ET CEUX DE SA FAMILLE DE SON CLAN SOIENT ENCORE PLUS EMERGENTS
    LAISSEZ LES GROSSIR ET CREVEZ DE FAIM JUSQU’EN 2035 LES RESCAPES DE CE GENOCIDE SILENCIEUX QUI SERONT LES POLITICIENS MILLIARDAIRES LES HAITS FONCTIONNAIRES CORROMPUS MAGISTRATS INSPECTEURS DES DOUANES ET DES IMPOTS ET DOMAINES LES MARABOUTS ET LEURS FAMILLES HERITERONT UN PAYS OU LA MOTIE DA LA POPULATION SERAIT DEJA MORTE DE FAIM ET DE MALADIE A FORCE DE SERRER LA CEINTURE

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here