La cérémonie d’installation de Cheikh Sène, Haut commandant de la gendarmerie nationale (Comgend) et directeur de la Justice militaire, a été mise à profit par le ministre des Forces armées. Augustin Tine qui avait à ses côtés, ses collègues, Aly Ngouye Ndiaye (Intérieur et Sécurité publique) et Ismaël Madior Fall (Justice) a mis le nouveau patron de la gendarmerie nationale face à ses responsabilités, face aux enjeux sécuritaires de l’heure, aussi bien au Sénégal que dans le reste du monde.

Le ministre qui a ouvert le bal des propos liminaires à cette cérémonie hautement symbolique dans la vie des Forces armées, a souligné au Général Sène sa responsabilité pleine et entière « face aux nouveaux défis sécuritaires, comme le terrorisme, la criminalité transnationale, la cybercriminalité, la mobilité de la délinquance, les trafics de tous genres, où les forces de défense et de sécurité sont au-devant de la scène. La complexité de ces menaces exige une capacité de riposte appropriée, adaptée. Dès lors, la gendarmerie nationale joue et va jouer davantage un rôle central dans l’appareil de défense et de sécurité de notre pays ».

« Dans l’appareil de défense et de sécurité de notre pays, la gendarmerie… »
Ce fut un moment pour lui de dresser le portrait du nouvel homme fort de la gendarmerie. Selon lui, c’est « pour prendre le relais et accélérer la cadence, (que) le Chef de l’Etat, Chef suprême des Armées, a décidé de confier au Général Cheikh Sène, la plus haute charge au sein de la gendarmerie nationale. Nomination qui s’inscrit, selon lui, « dans la continuité d’un parcours professionnel exemplaire de près de 40 ans. Le Général Sène est un brillant officier, dévoué et loyal qui a passé ses plus belles années au service de la Nation caractérisées par une alternance entre les postes opérationnels, les services administratifs et techniques, l’État-major et les missions de maintien de paix. Il a assumé toutes les fonctions d’officier de gendarmerie », a dit Augustin Tine.

Ce dernier, retraçant le parcours du Général Sène a rappelé qu’il a été, entre autres, « Commandant de la gendarmerie territoriale de 2013 à 2016 puis Haut commandant en second de la gendarmerie nationale et sous-directeur de la justice militaire du 1er novembre 2016 au 31 juillet 2018. Ces différentes responsabilités exercées avec brio démontrent le professionnalisme du Général Cheikh Sène et la confiance renouvelée du Chef de l’Etat en cet officier valeureux et courageux. Un officier doté d’une « solide expérience opérationnelle » et d’un « cursus académique élogieux ».

Hommage au Général Meïssa Niang
Des honneurs ont été rendus au Comgend sortant : Général de corps d’armée Meïssa Niang, admis dans la deuxième  section des cadres de l’Etat-major général, le 31 juillet 2018. « Il fait, désormais, partie de ces officiers émérites qui ont écrit les plus belles pages de l’histoire de la gendarmerie. Sa mobilisation au service de sa mission de Haut commandant de la  gendarmerie pendant ces 22 derniers mois et son profond sens des responsabilités forcent l’admiration », note le ministre.

 

Seneweb.com

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here