XALIMANEWS-Le président français a rencontré son homologue ivoirien Alassane Ouattara à l’occasion d’un déjeuner de travail à Paris.

Le chef d’Etat français Emmanuel Macron a annoncé jeudi à Paris, l’initiation d’«une réflexion commune et constructive », sur l’avenir de la monnaie du franc CFA, proposant une modernisation de la zone franc.

Dans une déclaration de presse conjointe avec son homologue ivoirien Alassane Ouattara, après un déjeuner de travail à l’Elysée, le président français a déclaré :

« Nous savons qu’aujourd’hui, la zone franc offre aux pays de l’union économique et monétaire d’Afrique de l’ouest mais aussi d’Afrique centrale une stabilité monétaire, mais qui n’est pas sans certains défis, il y a des tensions politique chez certains », a-t-il dit.

« Il y a aussi un sujet d’échange qui se pose autant pour votre région que pour la zone euro. A ce titre, nous avons décidé d’initier une réflexion commune et constructive.(…) Nous partageons une vision commune sur tout l’intérêt de la zone, je crois qu’il faut la moderniser pour ouvrir une nouvelle voie avec beaucoup plus de pragmatisme. C’est ce dans quoi, nous souhaitons nous engager ensemble », a déclaré Emmanuel Macron.

Pour sa part, le chef d’Etat ivoirien, a assuré son hôte de la solidité de la zone, n’y voyant aucun problème à utiliser le Franc CFA.

« Notre zone monétaire est une zone solide. C’est une zone où la couverture monétaire est assurée plus de 75%. Nous couvrons les 3/4 de nos émissions monétaires et la Banque centrale a plus de 5 mois d’importation en devise. Ce qui veut dire que c’est une zone solide, il n y a pas d’inquiétude », a affirmé le président ivoirien.

Le président Ouattara a par ailleurs annoncé qu’il est prevu l’élargissement de la zone Cfa au niveau de la Communauté economique et monetaire ouest africaine (CEDEAO).

« La monnaie commune que nous avons, est une monnaie qui rend service au peuple africain (…) c’est une monnaie qui a une certaine attractivité, et je voudrais dire que notre zone continuera d’être gérée de manière rigoureuse et de s’ajuster par rapport aux difficultés extérieures », a-t-il conclu.

Le Franc CFA, créée en 1945 est de plus en plus critiqué dans la zone franc. Certains intellectuels y voient un frein au développement de leur pays.

Le 19 août dernier sur la place de l’Obélisque, à Dakar (Sénégal), un activiste franco-béninois Kémi Séba avait publiquement brûlé un billet de 5 000 F CFA (environ 10 usd), pour dénoncer cette monnaie qu’il qualifie de « scandale économico-politique d’ordre colonial ».

senegalaisdefrance

PARTAGER

4 Commentaires

  1. Il faudrait que le CFA devienne un instrument de développement et non point un frein au développement. Entamons une réflexion sérieuse, positive et constructive face à un partenaire ouvert et bien disposé. Un tournant à saisir par la créativité féconde et innovante

  2. Pour la prochaine monnaie unique de la zone CFA; la monnaie dont nous parlons, un Macron ne devait pas pouvoir dire “nous avons décidé”. Il doit dire “Ils ont décidé”, si toute fois il en est informé.

  3. Lorsque le Président poète Léopold Sedar SENGHOR déclarait que la raison est Hélène et l’émotion nègre, il était loin d’imaginer que l’homme africain pouvait mettre en avant sa passion jusqu’à en perdre le sens de ses intérêts.

    Quand je regarde la tournure que prend cette polémique sur le franc CFA, j’en déduis que l’homme africain n’est effectivement pas assez entré dans l’histoire comme l’avait indiqué Nicolas Sarkozy, l’ancien President de la République de la France dans son fameux discours de Dakar.

    Dans le monde d’aujourd’hui, tout est stratégie. D’ailleurs, les expériences vécues par l’Afrique sont assez édifiantes pour attaquer cette question avec beaucoup d’intelligence et de subtilité. Le franc cfa est une monnaie dont le fonctionnement est régi par une convention de coopération monétaire. Dans ce deal, il n y pas de perdants, il n y a que des gagnants. Dans le contexte économique et financier mondial actuel, on a besoin plus que jamais de l’arrimage de notre monnaie à une devise de pays développés. Les implications d’un mauvais choix stratégique sur cette question aurait des conséquences terribles et enfoncerait nos pays davantage dans la pauvreté et l’isolement.

    Ce partenariat que des panafricanistes qui ne se sont pas trompés d’époque ont négocié permet aux populations de disposer d’un réel pouvoir d’achat, d’avoir un environnement économique stable pour les affaires et une monnaie qui bénéficie d’une vraie crédibilité internationale.
    Chers compatriotes, soyons stratège et ne nous laissons pas emporter par nos émotions.

    • Serigne Magoum,

      khana, c’est toi l’ancre du bateau Sénégal va couler?

      Eupeuna! Tu es lourd!
      Iskèye! Ak li nga wakh nii, le Sénégal ne se relèvera jamais!
      je ne serai pas loin de dire que tu ne mérites pas le joli nom que tu portes;
      toi en tant que “le grand des grands”.
      Tu mérites qu’on t’appelle Jean François le Chavireur du Sénégal.

      hiihiihihiihihiihiihihihiihihiii
      pas de Merci, mon cher Jean François.
      Nèkal si diam!
      waye nak, niaanalal Sénégal diaam! yow tamit!
      khana tu défends les intérêts français?

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here