XALIMANEWS : Dans une sélection dirigée par l’Espagnol Porfirio Fisac, le natif de New York Clevin Hannah a réussi à combler une lacune que les Sénégalais avaient depuis longtemps à la distribution. Né à Paris de parents sénégalais, l’ailier Antoine Mendy, qui a passé la majeure partie de sa carrière en Pro A française, apporte son style de jeu européen.

« Peu importe où nous sommes nés et où nous avons grandi, une fois que nous portons ce maillot, il n’y a que l’intérêt du Sénégal qui a de l’importance. »

Et quand on se penche sur l’équipe nationale masculine, on remarque immédiatement son esprit d’unité, élément qui a conquis le cœur des fans locaux lors de la phase de groupes du FIBA AfroBasket 2017 disputé dans l’emblématique Stadium Marius Ndiaye à Dakar.

Avec une sélection alignant six natifs de Dakar – Maleye Ndoye, Mouhammad Faye, Hamady Ndiaye, Djibril Thiam, Cheikh Mbodj et Youssoupha Ndoye -, le pays entier s’est senti représenté dans cette équipe qui a pris la troisième place finale de la dernière édition de la compétition la plus importante de FIBA Afrique, co-organisée par le Sénégal et la Tunisie.

« Honnêtement, ce qui compte, c’est le nom sur le devant du maillot. Il n’y a que le mot ‘Sénégal’ qui est important. Tôt ou tard, nous gagnerons le FIBA AfroBasket, » affirme Ndiaye auprès de FIBA.

« Nous sommes tous ici – des coaches à tous les autres – pour ce pays. Peu importe où nous sommes nés et où nous avons grandi, une fois que nous portons ce maillot, il n’y a que l’intérêt du Sénégal qui a de l’importance. Rien d’autre.

« Tant que nous serons solidaires, nous n’aurons pas de limites. Le sens de la famille nous a amené jusqu’ici. Partager ces moments avec les fans sénégalais a été une expérience incroyable. »
« Cela fait partie de notre culture et de notre caractère. En tant que joueurs professionnels, notre origine n’importe pas. Quand nous sommes dans l’équipe, nous formons une grande famille, » ajoute Ndiaye.

Natif de Kebemer, dans le nord du Sénégal, Gorgui Dieng – qui a figuré dans le « 5 majeur » du tournoi – a aussi partagé son sentiment sur la signification qu’avait le fait de porter le maillot sénégalais.

« Rien ne m’est plus cher que mon pays. Je suis né et j’ai grandi ici. S’ils ont besoin de moi, je viendrai et je jouerai.

« C’est un honneur [de jouer pour le Sénégal], et je m’estime très chanceux de défendre ses couleurs. »

Le Sénégal disputera dès novembre les éliminatoires Zone Afrique pour la Coupe du Monde FIBA 2019.

Source : FIBA.COM

PARTAGER

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here