cliquer ici


Comment faire de la publicité sur xalima.com ?


Publie le: Dimanche 23 juin, 2013

Bousso Dramé, tu symbolises et confirmes : « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années » par Mandiaye Gaye

Imprimer Envoyer a un(e) ami(e)
Partager
Tags

« Va quérir la dignité en enfer s’il le faut ! Et refuse l’humiliation, même au paradis. » de Al-Moutanabbi

Mademoiselle Bousso Dramé est la parfaite confirmation de l’expression : « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre dannées » A ce titre, elle ne doit pas être seule, à mener ce combat qui est, fort opportunément, celui de la défense de l’universalité de la dignité humaine. Il est très regrettable que dans des circonstances pareilles, des personnes idiotes et ne croyant en aucune valeur humaine – comme il en existe malheureusement partout dans le monde – osent l’attaquer et même s’acharner sur cette fille si brave, dans le but inavoué et mesquin de la déstabiliser. Nous faisons ici face à une méchanceté gratuite, nourrie de propos aigris et fabriqués de toutes pièces contre sa personne. A ceux lui reprochant d’exhiber ses diplômes, je dis ceci : Bousso Dramé – pétrie de dignité malgré son jeune âge – n’a, n’en déplaise aux esprits malveillants, fait que décliner son identité propre, faisant part de quelques titres parmi tant d’autres qu’elle possède, ceci afin de se situer tout simplement. Son parcours d’excellence, les lauriers académiques résultant de son mérite personnel et ses divers prix, ne lui ont pas été décernés par complaisance, mais acquis de haute lutte. Si elle est en outre brillante et possède un esprit brillant, ce n’est pas de sa faute. Nul ne peut et ne doit décemment lui reprocher cela. C’est Dieu, qui dans sa bonté, lui a attribué cette grâce. Dans son texte, elle n’est nullement sortie du cadre de la modestie qui sied, bien au contraire ; elle s’est gardée tout le long de celui-ci, de parler de sa personne en termes de qualité, pour se valoriser. Et, c’est à juste titre, qu’elle a révélé simplement et le plus normalement possible du monde, son statut actuel. Ce que toute personne de bonne foi ayant pris connaissance de sa lettre, aurait compris aisément. Il serait fort injuste de laisser Bousso Dramé seule mener ce noble combat si juste et nécessaire. Dans ce cas précis, elle l’a fait à ses dépens – voyage et formation gratuite annulés – et pour la fierté et la dignité de tous. Mérite-t-elle des insultes pour avoir réclamé ce à quoi tout être humain a droit ? Faire échoir sur ses frêles épaules tout le poids d’un combat aussi important, qui n’est par ailleurs pas le sien à elle seule, mais bien celui de tout être humain digne de ce nom ? Il y a une sorte de matraquage – venant heureusement d’une infime minorité – qui a fait le pari de vouloir à tout prix la nuire et salir; tenant sur elle des propos insensés et lui prêtant des raisons et buts étrangement mesquins ne traversant pas un seul instant son esprit. Mais en fait, ne vous en étonner pas: à esprits bas, réactions basses. Et certaines critiques malveillantes se sont appesanties plus la forme que plutôt le fond et les raisons qui ont motivé sa lettre. Heureusement, les élans positifs et soutiens indéfectibles de gens dotés d’esprit de synthèse qui lui parviennent de par le monde entier étouffent fort bien cette campagne de basse besogne contre sa personne. Heureusement aussi, qu’elle est une personne de convictions, forte et courageuse, taillée de ce roc fait pour résister à toute tentative de déstabilisation, d’où qu’elle vienne. Comme elle, nous devons aussi – chacun en ce qui le concerne – assumer sa part de responsabilité dans ce combat de résistance contre l’indignité, que Bousso seule pour l’instant, semble assumer. Mais qu’elle soit rassurée, beaucoup de monde se trouve bien à ses côtés !

Bousso Dramé, mérite aujourd’hui le soutien de tous les hommes de conviction et de justice, les vrais en tout cas, ceux qui méritent d’être pris comme tels, qui ne marchandent jamais leur dignité, à aucun prix. Son attitude est le fruit d’une réflexion propre et mure, fondée sur la dignité humaine tout simplement, ceci, indépendamment de son origine, de la couleur de sa peau, de son genre, etc. Et c’est là, que son acte innocent mais profond reflète une valeur universelle incontestable et que Boussou Dramé nous administre à nous tous, mais surtout aux Africains, une belle leçon d’humanisme, de dignité non négociable et de comportement honorable. Il va sans dire, que dans de pareils cas, nous devons avoir le courage de dire non à toute offre mêlée d’indignité. Nous devrions tous, sans distinction aucune, l’applaudir des deux mains et lui dire : « bravo et merci Bousso Dramé, pour cet exemple magistral empreint de dignité et de grandeur que tu viens de donner à tous les humains sans distinction, aucune». Tous ceux qui pensent autrement de son bel acte, passent complètement à côté, soit par méconnaissance des données du problème, soit par mauvaise foi foncière. Tant pis pour eux.
En révélant sous l’insistance des médias – et dans un souci de vérité et de précision – les propos et autres remarques que la guichetière lui a faits au cours de leurs échanges, on note bien encore la maturité et modestie naturelles de Bousso Dramé. Car elle ne les avait pas évoqués dans sa lettre ouverte et pourtant, ce sont des arguments de taille militant en sa faveur et justifiant la digne attitude qu’elle a adoptée : le refus d’un visa entaché de propos et attitudes si déshonorants. Et j’estime que c’est le droit le plus absolu de Bousso Dramé, d’apprécier seule, en toute liberté et en âme et conscience, ce qui est pour elle, acceptable ou non. Ceux qui déversent leur bile sur elle – parce qu’elle a pris librement une décision en parfaite conformité avec sa conscience – lui en veulent à mort car selon eux, un visa pour la France ne se refuse pas. Pour cette «manne» beaucoup seraient prêts à toutes les prostitutions. Mais, si tel est leur droit et liberté d’agir de la sorte, pourquoi diable ne peuvent-ils admettre et accepter aussi, que pour Bousso Dramé, cela ne vaille point du tout la peine d’échanger sa dignité contre un piètre visa? C’est aussi simple que cela !
Nous avons l’obligation de défendre Bousso Dramé pour son juste combat et la noble cause qu’elle défend et qui pourtant nous concerne tous. A l’avenir, nous devons faire en sorte, qu’il y ait des millions de Bousso Dramé, pour que notre dignité inviolable d’êtres humains, soit à jamais sauvegardée, partout. Car si tous les hommes sont nés libres et égaux devant Dieu, comment devrait-on accepter de souffrir qu’ils soient inégaux devant leurs pairs sur terre ? Si, malencontreusement parmi nous, quelques brebis galeuses persistent à se conduire autrement que dignement, nous avons le devoir moral de leur rappeler leur statut inviolable d’homme. Mais, signe des temps, cette démarche se révèle souvent un véritable combat. Pour le gagner, nous ne devons évidemment pas compter sur certains individus, qui ne sont hommes, que par leur physique, mais n’en possèdent pas pour autant, les valeurs intrinsèques requises.
Nous soutenons sans réserve et avec une fierté inégalée, l’attitude ô combien digne de la jeune Bousso Dramé, nous positionnant hors connotation raciale ou autre, mais en nous fondant uniquement sur les principes universels intangibles et inviolables des Droits Humains. Tous ceux qui sont épris de liberté, de justice sociale, de dignité et d’égalité entre les races doivent soutenir Bousso Dramé. Pour son acte courageux posé, pour l’espoir qu’elle suscite, pour la bonne graine qu’elle représente ainsi que pour celle qu’elle a plantée à l’intention des générations présentes et à venir. Autour d’elle, un front de solidarité doit se créer. Ce ne serait que justice pour cette jeune femme qui nous représente tous. Nous lui devons au moins cela. Bousso Dramé est une jeune fille debout face aux lobbies invisibles et aux manœuvres les plus basses et indignes. Elle ne peut compter que sur les hommes dignes, soyons de ceux-là. Accordons-lui notre solidarité et notre respect. Elle y a droit et nous les lui devons.
« Aucune race ne peut prospérer si elle n’apprend qu’il y a autant de dignité à cultiver son champ qu’à composer un poème. »

Booker Taliaferro Washington
Extrait du Hors de l’esclavage

Mandiaye Gaye

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Xalima!!!
Votre e-mail: :
Comment faire de la publicité sur xalima.com ?

Pour vos besoins publicitaires, Contactez nous


A propos du site ou journal

1 Commentaire
Participer au forum
  1. wax dit :

    Mandiaye surtout ne pollue pas notre environnement intellectuel sérieux désintéressé par rapport à ce symbole de Bousso.
    Aucune leçon à recevoir de vous. Prions pour la constance des actes posés par Bousso.
    Elle ne sera certainement pas de ceux qui valsent au gré de leurs intérêts fussent-ils les plus mesquins.

Poster un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Comment faire de la publicité sur xalima.com ?

XALIMA SUR FACEBOOK

XALIMA ON FACEBOOK
Lire les articles précédents :
seydi-gassama
Le responsable d’Amnesty Sénégal sort une copie de la CNI sénégalaise de Koukoï Samba Sanyang

Le responsable de la section sénégalaise d’Amnesty international a rendu publique dimanche une copie de la carte nationale d’identité (CNI)...

Fermer

Bousso Dramé, tu symbolises et confirmes : « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années » par Mandiaye Gaye