XALIMA NEWS – Face à la rareté des terres cultivables dans le département de Rufisque, des acteurs du développement dudit département ont pris l’option de prendre les devants. Une dynamique économique qui passe inéluctablement selon Oumar Mbengue, ingénieur agronome par la capacitation des couches vulnérables à travers l’autonomisation des femmes.
« Si vous investissez sur une femme, vous gagnerez dix fois, si vous investissez sur un homme, vous gagnerez une seule fois », a soutenu Mame Oumar Mbengue, en marge de la journée d’exposition de produits locaux, résultat d’une série de formation pour 200 femmes de Rufisque-Nord.
Conscients que le développement local constitue le socle de l’émergence, l’ingénieur agronome a estimé nécessaire de mettre le focus sur la gente féminine pour impulser une dynamique locale.
« Nous avons d’abord misé sur leur capacitation. Nous essayons de capter des financements avec le PAPEJ, l’ANPEJ, le FONGIP pour tout pérenniser. Nous sommes en milieu rural, mais nous essayons d’impulser ce développement dans ces localités », a fait savoir Mame Oumar Mbengue tout en soulignant que c’est seulement ce développement qui pourra permettre à Rufisque de reprendre sa place d’antan.
Pour ce faire, il a décliné son souhait de labelliser les produits locaux de ces groupements féminins non sans annoncer sa volonté de vulgariser ce projet sur l’étendue du territoire départemental. Les 200 membres du groupement « Jappalanté » se réjouissent du suivi assuré par les économistes, les juristes et les spécialistes en management des projets issus de la localité. Une politique de développement qui, pour Khady Dial, la secrétaire générale dudit groupement, a permis à ses consœurs d’être outillées pour s’activer dans la teinturerie, la transformation des fruits et légumes, la fabrication de savon solide comme liquide, la conservation des produits alimentaires, la broderie à la main…..

Source : Vox POPulli

Par Abdourahmane DIALLO (Stagiaire)

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here