0

Retenu dans les liens de la justice pour pédophilie et actes contre natures présumés, Tamsir Jupiter a nié en bloc toutes ces accusations. Dans le procès verbal produit par les enquêteurs du commissariat de Dieuppeul, l’ancien chroniqueur de » Nouvel Horizon » a déclaré que le jour des faits, il était sorti vers 1 heure du matin pour acheter du carburant à la station Shell de Liberté VI. Il est alors tombé sur une altercation, dit-il. Il s’est arrêté et a interpellé un jeune homme, identifié plus tard comme étant Mamadou Sy. Mais ce dernier lui aurait répondu avec insolence. C’est ainsi qu’il s’est dirigé vers Kéba Nar S. (sa présumée victime) pour lui demander ce qui s’était passé. C’est en ce moment là qu’il a remarqué une meute de personnes qui pouvait l’agresser. Surtout, dit-il , il a entendu quelqu’un de la foule dire : “ki rek la bagne” (celui-là, je le déteste). “Je me suis dit que ceux qui m’ont poursuivi m’ont reconnu en tant qu’homme public et qu’ils risquaient de me brutaliser. J’ai décidé moi-même de venir à la police où je suis en sécurité. C’est devant l’entrée de la police qu’ils m’ont encerclé et brutalisé en me collant le cliché de pratiquant d’actes contre-nature en évoquant l’épreuve que j’ai vécue dans le passé. Je ne peux pas faire ça dans ce mois de ramadan où j’accomplis le recommandations divines”, .explique t-il » Libération «

senego

0

Arrêté pour conduite en état d’ébriété, actes contre nature et pédophilie, Tamsir Jupiter N’diaye, devant les enquêteurs a donné sa version en niant les faits qui lui sont reprochés.
Dakaractu vous livre en intégralité la version de Tamsir Jupiter N’diaye sur l’affaire le concernant : « Je réfute complètement les faits qui me sont reprochés dans cette affaire et je m’en vais vous faire la genèse de ce qui s’est passé la nuit du 24 au 25 juin 2015.
Après être sorti de chez moi, j’ai constaté que le voyant de ma voiture de marque 407 immatriculée DK 1260 AP était allumé. Je suis allé acheter cinq mille francs de carburant à la station Shell de Liberté 5. De là, j’ai pris les allées Khalifa Ababacar Sy. C’est là que j’ai vu des garçons qui se bagarraient. J’ai appelé l’un d’eux et je lui ai demandé la raison de cette bagarre. Il m’a dit qu’ils avaient un contentieux de mille francs avec son vis-à-vis. Ce garçon de courte taille qui dit se nommer Mouhamadou Sy, a adopté une attitude insolente à mon égard. J’ai alors demandé à Kéba Nar Sy de monter dans la voiture. Il a pris place à l’avant et je l’ai conseillé avant de le conduire jusqu’à la hauteur de la mosquée de Dieuppeul, située en face de la police.
Nous avons stationné sous un arbre et c’est de là que j’ai vu arriver le petit Mouhamadou Sy qui nous avait suivi avec un groupe de jeunes. J’ai foncé aussitôt car Kéba Nar Sy m’avait fait savoir que je risquais d’être « agressé » par le petit et ses compagnons. J’ai circulé jusqu’au rond point situé à quelques mètres de l’entrée du Collège Sacré-Cœur. C’est là que j’ai sommé Kéba Nar Sy de descendre de ma voiture. Non sans continuer à courir derrière moi en criant « au voleur ! Arrêtez–le !».
Du fait d’un problème de chauffage, je circulais lentement en direction du village d’enfants SOS de la Sicap Baobab. Tout d’un coup, j’ai vu un véhicule 4X4 de couleur blanche qui me poursuivait. J’ai paniqué en entendant les passagers prononcer mon nom en injuriant. J’ai fait encore quelques tours notamment à la Sicap Baobab, Liberté 1, Stade Demba Diop etc… Finalement, je suis allé de moi-même à la police de Dieuppeul avec mes poursuivants qui ne lâchaient pas. Quand je suis descendu de la voiture, ils m’ont entouré et injurié avant de rappeler la dernière affaire de mœurs pour laquelle, j’avais été emprisonné. C’est dans ces circonstances qu’ils m’ont brutalisé pour m’introduire dans les locaux de la police. C’est au moment où nous étions en train de nous expliquer que Kéba Nar Sy nous a rejoints. Il a raconté cette histoire d’actes contre nature dont il aurait fait l’objet de ma part. Ce qui est un mensonge de sa part et le chef de poste a fini d’ailleurs par retrouver mon portable dans sa poche ».
Sur la question des enquêteurs concernant les accusations de Kéba Nar Sy, Tamsir Jupiter a nié tout en bloc. Selon Tamsir : « c’est faux tout ça. Kéba Nar Sy a menti sur toute la ligne. C’est plutôt lui qui m’a demandé de démarrer pour ne pas être agressé. Je considère qu’il a été monté par les gens qui me poursuivaient. D’ailleurs l’un d’entre eux qui m’a surpris, a crié mon nom en disant Jupiter leu, mom rek la begn. Ce qui dénote de la haine contre moi, alors que je ne les connais même pas. Je vous dis que je ne peux me permettre de faire ces choses qu’on me reproche dans ce mois saint de Ramadan que je respecte le mieux possible, en respectant toutes les recommandations divines. »
Sur la course poursuite avec le véhicule 4X4 , Tamsir Jupiter déclare : « je me suis dit que ceux qui m’ont poursuivi m’avaient reconnu en tant qu’homme public et risquaient de me brutaliser. J’ai décidé moi-même de venir à la police où je serai en sécurité. C’est devant l’entrée de la police qu’ils m’ont encerclé et brutalisé en me collant le cliché de pratiquant d’actes contre nature en évoquant notamment l’épreuve que j’ai vécue dans le passé. C’est ce qui a alerté le voisinage. C’est tout ce que j’ai à déclarer »

dakaractu.com

0

La police a incinéré, hier, aux Mamelles 1,127 tonne de cannabis. Cette quantité de drogue saisie durant la période allant du 20 mars au 26 juin 2015, est composée de 2 448 cornets et 77 joints de chanvre indien. Pour ce qui concerne la cocaïne, les hommes du commissaire Mame Seydou N’dour ont détruit 790 grammes constitués de 78 boulettes saisies au niveau de l’aéroport de Dakar, selon le Populaire.
Ils ont aussi brûlé 112 képas qui font 421 grammes et trois pierres de crack. La police a également incinéré 871 kilos de Katt.

0

Après 48 heures de garde à vue au Commissariat de Dieuppeul, le chroniqueur Tamsir Jupiter N’diaye vient d’être déféré au Parquet de Dakar, pour être présenté au procureur de la République dans l’après midi. Tamsir Jupiter a été donc déféré dans le sillage de l’enquête pour une affaire de pédophilie, actes contre nature et détournement de mineur.
Toutefois des informations font état que le procureur de la République va noter, à travers l’enquête préliminaire, des indices graves, pouvant aboutir à une décision de placement sous mandat de dépôt du prévenu. Les policiers du commissariat de Dieuppeul, qui ont bouclé l’enquête préliminaire ce matin, ont pu vérifier des informations livrées par les témoins. Pour en avoir le cœur net, les hommes du Commandant Bassirou Guèye se seraient déplacés vers les quartiers de Baobab, où les faits se seraient produits.

dakaractu.com

0

1971 cas de grossesses précoces recensés entre 2011 et 2014

Les grossesses précoces en milieu scolaire constituent un véritable fléau au Sénégal. En effet, entre 2011 et 2014, une étude menée sur le phénomène a révélé que 1971 cas de grossesses ont été recensés.
Les grossesses précoces et les mariages forcés constituent un sujet de préoccupation majeure, surtout en milieu scolaire au Sénégal. Ainsi, entre 2011 et 2014, 1971 cas de grossesses précoces ont été recensés. Parmi les victimes, 1198 filles-mères sont des célibataires, contre 773 mariées. Soit un pourcentage de 60,8%, contre 39,2% de filles mariés au moment de la grossesse.

Ces révélations ont été faites, hier, par Mamadou Khouma, Inspecteur de l’enseignement élémentaire secondaire, en service à l’Inspection régionale de Diourbel, lors de la restitution d’une étude portant sur le phénomène dans les régions de Kolda, Vélingara, Fatick, Matam, Tambacounda, Podor et Sédhiou.
Dans sa présentation, Mamadou Khouma a noté que 71,9% des cas de grossesses concernent les élèves entre la 6e et la 3e. 28,1% des grossesses surviennent chez des élèves qui sont entre la 2nde et la Terminale. 45% des victimes ont entre 16 et 17 ans, 31% entre 13 ans et 15 ans et 24% concernent les filles entre 18 ans et 19 ans.

71,9% des grossesses concernent les élèves entre la 6e et la 3e

L’Inspecteur de l’enseignement élémentaire secondaire de souligner que 602 cas de grossesses précoces ont été enregistrés entre 2011 et 2012, contre 741 entre 2012-2013 et 628 en 2013. «Entre 2011 et 2013, le nombre de grossesses constatées a connu une augmentation. Si l’on tient compte de la localité, on constate une baisse du nombre de grossesses partout entre 2013 et 2014, sauf à Kolda, à Fatick, à Diourbel et à Tambacounda», a relevé M. Khouma.
Dans ce rapport, il ressort que la région de Sédhiou caracole en tête, avec un taux de 30%, soit 1 sur 3 filles victimes de grossesses précoces. Suivent, respectivement, Ziguinchor (19%), Kolda (9%), Matam (6%), Thiès (6%), Kédougou (5%), Saint-Louis (5 %) et Fatick (5%). Concernant les autres régions, à savoir : Kaffrine, Dakar, Diourbel, Louga et Kaolack, le taux se situe entre 4% et 2%. Le document de souligner que dans les régions de Ziguinchor, Sédhiou, Tambacounda, 60,75% des grossesses concernent des célibataires, 49% des cas sont l’œuvre des élèves, 11,12% concernent les étudiants et 75,4% concernent la tranche d’âge située entre 13 ans et 17 ans.
actunet.sn

0

XALIMA NEWS – Ouakam a été le théâtre, hier, de violents affrontements entre thiantacounes, c’est-à-dire des disciples de Cheikh Béthio Thioune. Des amis de feu Bara Sow qui avait été une des deux personnes tuées dans les bagarres de Keur Samba Laobé en 2012 avant d’être enterrées clandestinement (ce qui valu l’arrestation, l’inculpation et le placement sous mandat de leur guide religieux avant qu’il ne bénéficie d’une liberté provisoire), ont voulu organiser un «thiant» en sa mémoire à Mermoz. Malheureusement pour eux, d’autres talibés du Cheikh leur ont opposé un niet catégorique. Il s’en est suivi des bagarres qui ont finalement amené la gendarmerie de Ouakam à arrêter sept d’entre eux.

Alassane Wilane blessé à la tête est revenu sur les faits, à travers Rfm, soulignant que ceux qui voulaient organiser ces «thiant» avaient des couteaux, des pelles, des gourdins et d’autres armes blanches. «Ils se sont acharnés sur nous jusqu’à me casser la tête». D’autres blessés ont été enregistrés au cours de ces bagarres avant que la gendarmerie n’intervienne et n’arrête 7 personnes. Toujours sur la Rfm, Lamine Diagne, un des disciples du guide des thiantacounes interpelle : «ce qu’on veut c’est que Cheikh Béthio Thioune prenne ses responsabilités car c’est pas du tout normal que les amis du défunt amènent plus de 30 gosses pour faire des prières à Bara Sow et soient armés jusqu’aux dents, c’est inadmissible», dit-il notant que s’ils n’étaient pas pris au dépourvu, cela allait finir en bataille rangée.

Le Populaire

4

Arrêté hier soir aux environs de 3 heures du matin et placé en gardé à vue pour actes contre nature sur un garçon d’à peu près 15 ans, Tamsir Jupiter N’diaye a dormi au commissariat de Dieuppeul.

Qu’est ce qui s’est passé?

Câblé par Dakaractu, l’un des témoins de la scène nous raconte ce qui s’est passé. Selon lui, hier soir aux environs de 2 heures du matin au quartier Baobabs, des jeunes assis à prendre le thé, ont été interpellés par un jeune « talibé » qui a couru vers eux pour demander secours. Le jeune garçon apeuré leur a expliqué que le conducteur du véhicule qui vient de passer lui a demandé de lui faire une pipe et devant son refus, ce dernier a tenté d’abuser sexuellement de lui, moyennant une somme d’argent.
Surpris par les déclarations du talibé, les jeunes prennent leur voiture pour aller à la chasse du supposé pédophile. Il s’en est suivi une course-poursuite à travers les Sicap, de Baobabs à Dieuppeul, où ils réussiront à intercepter la voiture en question qui a du reste failli les heurter avant de s’arrêter. Et c’est là qu’ils vont découvrir l’identité du conducteur, à savoir Tamsir Jupiter N’diaye.
Interpellé par les jeunes, il a tout nié en bloc. Mais c’était sans compter sur la détermination des jeunes à l’emmener au commissariat de Dieuppeul. Tout le quartier des Baobabs est sorti pour aller dire aux enquêteurs que Tamsir n’est pas à son premier coup, car il rode tout le temps tard dans la nuit à travers le quartier…

Ce que Tamsir a dit aux enquêteurs

Devant les enquêteurs du commissariat de Dieuppeul, Tamsir Jupiter a nié les faits qui lui sont reprochés arguant que ces jeunes voulaient le lyncher à cause de son passé. Ne trouvant pas cette excuse convaincante, les enquêteurs ont fait venir le jeune garçon qui a répété ce qu’il a vécu dans la voiture de Tamsir.
Lorsque les enquêteurs ont demandé à Tamsir s’il connaissait le jeune garçon, le chroniqueur a répondu qu’il l’a appelé pour lui donner 1 000 F Cfa, mais qu’il ne s’est rien passé entre eux. Et c’est là qu’il a été poursuivi par les jeunes qui l’ont finalement arrêté.
Cependant, les explications fournies par le célèbre chroniqueur n’ayant pas satisfait les enquêteurs, ces derniers lui ont notifié sa garde à vue, en attendant qu’il soit présenté au procureur, poursuivi qu’il est, pour actes contre-nature sur un garçon de 15 ans.

Dakaractu.com

0

Vendredi dernier (19 Juin 2015) , une jeune fille âgée seulement de 5 ans a été enlevée en pleine rue, vers les coups de 8h , alors qu’elle se trouvait sur le chemin de l’école Immaculée Conception de Rufisque , où elle étudie en classe de CP.

Dans les images de la video surveillance diffusées par la police, on y voit clairement un homme s’approchant de la petite pour ensuite la détourner de son chemin. Depuis lors , plus de nouvelles de Bintou Ndiaye.

La police mène toujours l’enquête, des bonnes volontés s’activent également dans les réseaux sociaux.

Au cas où vous l’auriez retrouvée, nous vous prions de contacter le père de l’enfant KHADIM NDIAYE au 77 250 40 46 .
Partagez également au maximum dans vos réseaux sociaux.

CELEBRITES

0
[youtube http://www.youtube.com/watch?v=35agNwbDBCY&w=480&h=360]

0
[youtube http://www.youtube.com/watch?v=twb2OcSA4uw&w=640&h=360]

0
XALIMA NEWS - Après la sortie récente de son ex petite amie Rachelle Graham, l'ancienne miss de Newcastle dans le journal ''The Sun'', l'international...

TAKOUSSANOU DJOLOF

0
“Pourquoi tant de remous dans les partis politiques: P.S/P.D.S/ Reewmi? C’était dans Takoussanou Djolof avec Mayacine Diop et Adama Diouf.. cliquer ici