XALIMANEWS- Une vague d’infections mystérieuses pour la deuxième fois remet en question la précision des outils de diagnostic COVID-19 alors que la Chine se prépare à lever les mesures de quarantaine pour permettre aux résidents de quitter l’épicentre de son épidémie le mois prochain. Cela soulève également des inquiétudes quant à une éventuelle deuxième vague de cas.

C’était le 24 février et M. Wang, un habitant de Xuzhou, dans la province du Jiangsu, semblait être sorti victorieux d’une bataille d’un mois contre la maladie. Soixante-cinq résidents de son immeuble se sont réunis en bas pour saluer Wang avec des bouquets de fleurs roses, un gâteau avec un flamant dessus et une bannière rouge qui disait: « Avec de forts sentiments de voisinage, nous vous souhaitons la bienvenue à la maison. », rapporte le Los Angeles Times, cité par alnas.fr

Ils se sont rapprochés de lui pour une photo de groupe qui a été capturée dans une vidéo d’information locale.

Trois jours plus tard, cependant, Wang a, de nouveau, été testé positif au coronavirus. Il a été ré hospitalisé et ses voisins ont de nouveau été enfermés. Son état actuel est inconnu.

 Du 18 au 22 mars, la ville chinoise de Wuhan n’a signalé aucun nouveau cas de virus par transmission domestique, c’est-à-dire une infection transmise d’une personne à une autre. Cette réussite a été considérée comme un tournant dans les efforts visant à contenir le virus, qui a infecté plus de 80 000 personnes en Chine. Wuhan a été particulièrement touchée, avec plus de la moitié de tous les cas confirmés dans le pays.

Mais certains résidents de Wuhan qui avaient été testés positifs plus tôt, puis qui se sont rétablis de la maladie, se sont révélés positifs pour le virus une deuxième fois. Sur la base des données de plusieurs installations de quarantaine de la ville, qui abritent des patients pour de plus amples observations après leur sortie des hôpitaux, environ 5% à 10% des patients déclarés « guéris » se sont à nouveau révélés positifs pour la seconde fois.

La science entourant ces réinfections apparentes est encore compliquée par le traitement par la Chine de l’épidémie, qui depuis janvier a été entachée par des procédures de test défectueuses et des méthodes de comptage des cas douteuses avec des définitions changeantes. En outre, le système de santé surchargé a fait pression sur les médecins pour qu’ils libèrent les personnes qui ne se sont pas encore complètement rétablies afin de libérer des lits pour les patients nouvellement infectés.

La Chine a été félicitée ces dernières semaines par l‘Organisation mondiale de la santé pour avoir contenu le virus. Mais les premières mesures prises par le Parti communiste pour supprimer les connaissances du public sur l’étendue des infections suscitent des inquiétudes quant à l’exactitude des informations sur les patients retestés positifs mais peuvent avoir été mal diagnostiqués en premier lieu.

Ces cas représentent moins de 0,2% du nombre total d’infections en Chine, ce qui n’est pas suffisant pour alarmer. Mais ils soulèvent des questions en Chine sur la fiabilité des tests de diagnostic, la possibilité de réinfection et si les patients sont désignés à tort comme «guéris» et libérés trop tôt des hôpitaux.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here