On l’aime beaucoup, Youssou Ndour. On ne se lasse jamais d’écouter sa voix mélodieuse et envoutante nous bercer. Chanteur hors pair, il a réussi à hisser la musique africaine à un niveau mondial très enviable et, du même coup, à porter le nom du Sénégal dans les coins les plus reculés de la planète. Il est, sans aucun doute, parmi les Sénégalais les plus populaires dans le monde et il nous rend si fiers. De par son parcours exemplaire, il a su symboliser la réussite sociale à l’intérieur de nos frontières africaines. Un bon exemple pour une jeunesse en perte d’espoir en ses leaders et toujours inquiète devant les fragiles perspectives de réussite qu’offre le continent.
Parti de rien et avec peu d’instruction, il a également démontré des capacités entrepreneuriales et managériales évidentes à travers ses différentes maisons de production et dans la conduite de son empire audiovisuel qui trône sur l’espace médiatique national. Il est la représentation vivante du self made man au Sénégal.
Cependant, depuis sa nomination comme ministre de la République, il est, par voie de conséquence, sorti d’un espace qu’il pouvait contrôler et diriger à sa guise, et selon ses ambitions personnelles. La fonction de ministre dans un pays qui se respecte obéit à un certain nombre de contraintes sacerdotales qui donne ainsi à ce poste toute son importance. On ne peut pas tout se permettre au risque de dévaluer la véritable valeur de cette mission hautement prestigieuse et publique au service des populations.
Depuis quelques temps, notre ministre du Tourisme et des Loisirs a repris son arme de guerre, le micro, et ses concerts deviennent de plus en plus fréquents. On annonce même le spectacle du Grand Bal de Bercy au mois d’octobre. Cette libéralité que se permet le chanteur avec la bénédiction du chef de l’État est incompatible avec la poursuite de son contrat ministériel, car il y a inévitablement un risque de conflit d’intérêt qui plane dans l’air.
D’abord, contrairement aux autres chanteurs, Youssou ndour, du fait de son statut de ministre qui lui accorde un certain privilège, a une longueur d’avance certaine sur les autres chanteurs sénégalais dans le choix des salles de spectacle, par exemple, où il souhaite se produire. Ensuite, ses concerts sont livrés à une heure de grande écoute en direct sur la TFM, sa chaine de télévision. Ainsi, il va sans dire que les grands annonceurs ne vont pas manquer l’occasion de placer leurs publicités dans ce créneau horaire pour toucher un plus grand public, ce qui rapporte plus d’argent à cette chaine de télévision et installe une concurrence déloyale vis-à-vis des autres chaines de télévisions.
C’est justement le type de dangers qui guette un pays lorsqu’un groupuscule d’hommes d’affaires et d’entrepreneurs sont au cœur du pouvoir politique. La défense des intérêts de leurs groupes sont d’une façon claire ou implicite à l’arrière plan des actes qu’ils posent et qui sont intelligemment maquillés d’une volonté de servir l’intérêt du grand public.
Ainsi, il ne faut pas non plus s’étonner de voir Youssou Ndour percevoir son salaire de ministre tout en hésitant pas à assurer des prestations artistiques payantes. Même s’il promet de reverser tous les bénéfices récoltés aux autres artistes du Super Étoile ou à des organismes de bienfaisance, la confusion des intérêts publics avec ceux des intérêts privés est tout de même loin d’être éthique dans la perspective de la bonne gouvernance.
Les inconditionnels de la Star, loin de s’offusquer d’un tel état de fait, n’en ressentiront évidemment qu’un grand plaisir de retrouver leur idole.
Il faut également s’interroger sur les motivations réelles des retours de plus en plus rapprochés de You sur scène. Est-ce une forme d’épée de Damoclès qu’il tente de pendre en permanence sur la tête du président de la République afin de lui rappeler ses redoutables capacités de mobilisation et les nombreuses foules qu’il réussit à drainer à chacune de ses sorties? Le cas échéant, n’est-ce pas une stratégie pour combler un vide laissé vacant par les réelles qualifications dont la tutelle d’un ministère a besoin?
En espérant qu’il garde son portefeuille ministériel si sa seule motivation est de servir le Tourisme et les caisses de l’État. Pour ce qui est du département des Loisirs, personne ne doute de ses véritables talents à livrer la marchandise.
Lamine Niang
[email protected]
www.lamineniang.blogspot.ca

youssou-avec-balla-gaye-2-et-sathies

PARTAGER

5 Commentaires

  1. Allah sait que ce chanteur ne m’a jamais plu parce que j’ai tres tot su que c’est un opportuniste et traitre. Imaginez de Mapenda Gueye Boumala Weuyele, Mariemooo Dieng Salla YOBALEMA, Samba Abidjan, et bien d’autres sans oublier Thiam de Ya Khouss Diall (recemment arrete par la police), Serigne Mbacke Sokhna LO, etc… Attention, Ahmed Khalifa Niasse avait dit que quand Youssou chante quelqu’un, cette personne meurt ou portera la poisse pour l’eternite. Macky, faites attention aux voyages par avion ou voiture ; BAAT BU GAAF WEUYNALA. J’aime Macky et j’ai peur pour lui suite a cette voix BU GAAF.
    On ne dira jamais assez ce que certains seulement savaient depuis le debut : Quand on a voulu initier Y-AAY-GAAF a cette “Franc-macon” de Yale, il lui avait ete dit qu’un polygame ne sera pas membre de ces cranes aux activites sombres. La suite pour entrer on la connait ; divorce d’avec M……..

  2. Quand il finira de mettre la RÉPUBLIQUE à genoux , nous n’aurons que nos yeux pour pleurer ; prendre un vernaculaire et lui confier des responsabilités d’État c’est mal connaitre la philosophie de l’analphabète !!

  3. État de droit, gouvernance vertueuse, transparence, etc. à l’épreuve des faits.
    « Une civilisation qui ruse avec ses principes est une civilisation moribonde. »

    Un recteur qui ignorait royalement l’autonomie des structures et les lois du Sénégal, avec une gestion hors norme tant décriée par les syndicats et des citoyens de tous bords se retrouve nommé Ministre de l’Enseignement Supérieur de la Recherche, sans autre forme de procès. Les faits avérés qui lui sont reprochés sont d’une telle gravité qu’il ne doit certainement son “salut” (c’est temporaire, car un jour chacun rendra des comptes, ces anciens amis du PDS ne diront pas le contraire) que grâce la transhumance du PDS à l’APR à la 25ème heure. Les “amis” avant la patrie.

    Sauvons nos universités publiques du naufrage.
    (leral.net 9 oct. 2012 de Citoyen)

    Malgré les moyens substantiels mis à la disposition de l’enseignement supérieur de notre pays, les résultats sont qualitativement et quantitativement loin des normes de l’UNESCO. Nos instituions d’enseignement supérieur ont surtout un problème de management ([b]mal gouvernance, corruption, népotisme, dépenses de prestige, gestion solitaire en lieu et place de la gestion démocratique et légale, non respect des lois et des règlements, etc.[/b]) avec la complicité active ou passive de la communauté universitaire ([b]avantages indus, intimidations, etc.[/b]), des autorités étatiques qui, jusqu’à présent, feignent de ne rien savoir (n’ont-ils pas les moyens de savoir ce qui se passe ?) pour éviter la confrontation avec ceux (les amis politiques !) qui sont nommés à la tête de ses structures et qui agissent parfois comme des monarques en gérant la chose publique à leur guise.

    Face à la démission de l’État, nos universités croulent sous le poids de dettes dues aux créanciers (banques, hôpitaux, Sonatel, Senelec, SDE, fournisseurs divers) et chaque corporation s’évertue à demander toujours plus pour « améliorer ses conditions d’existence » et parfois au détriment des intérêts de la communauté. Ainsi donc, la crise est donc une conséquence logique de l’inaction de l’État.
    En effet quand les dirigeants (nommés par les autorités) gèrent la chose publique en dehors des normes établies sans être inquiétés le moindre du monde (pour ne pas dire promus à des stations plus juteuses), les syndicats demanderont des chosent hors normes et c’est le début du CHAOS.
    A l’État de faire l’état de la gestion de ceux qu’il a nommé, punir ceux qui se sont montrés indélicats et récompenser les autres, ensuite il serait facile de demander aux syndicalistes de faire preuve de mesure et enfin sévir dans le respect de la loi si de besoin. Il est temps de restaurer l’État de droit (et donc des devoirs) ; il est indispensable, avant toute promotion, d’étudier sérieusement la gestion présente et passée du pressenti.

    L’État ne peut continuer à protéger et promouvoir ceux qui mettent à genoux nos institutions d’enseignement supérieur et jeter en pâture les syndicats. Je pense que les responsabilités sont partagées.
    Des assises de l’Éducation avec ceux qui bloquent le système pour des raisons personnelles ou émotives ne serviraient à rien, je proposent des assises des anciens (Recteurs, Professeurs ou hauts cadres à la retraites) du système pour faire des propositions objectives. Il est souvent difficile d’être juge et parti.
    Il n’est jamais trop trad pour bien faire un devoir citoyen.

    ———————-kathior, 24 novembre 2012 00:18 de nettali —————-
    DÉCLARATION SAES

    La section SAES-UGB s’est réunie en AG ce jeudi 11 octobre 2012 en vue d’évaluer la situation qui prévaut en interne au sein de notre institution universitaire.
    Devant le constat :
    d’une situation générale de mal gouvernance,
    de non fonctionnement des structures et directions démultipliées,
    de non respect des textes universitaires,
    de mauvaise gestion des deniers publics alloués à l’UGB,
    de la dégradation des conditions de travail,
    de recrutements massifs et clientélistes de personnels non prévus dans le budget en cours,
    de retard dans le paiement des salaires et de retenues sur salaires non versées.
    L’Assemblée Générale de Saint-Louis condamne avec la dernière énergie le mode actuel de gestion du Recteur Mary Teuw Niane….

    L’Assemblée générale, note avec indignation, désolation et amertume que le Recteur de l’UGB n’a respecté aucun des engagements qu’il avait pris lors de ses dernières rencontres avec le bureau de la section SAES.
    Ainsi, l’AG exige :
    le respect des textes en vigueur sur le recrutement de personnels enseignants non titulaires,
    le paiement sans délai de toutes les sommes dues :
    Heures Complémentaires du second semestre,
    perdiem de voyage d’études aux ayant droits restants,….
    le versement effectif des prélèvements opérés sur les salaires des enseignants au profit de certaines institutions financières,
    le paiement effectif des sommes dues aux institutions sanitaires,
    L’AG regrette la lecture partielle ou contextuelle que le Recteur fait des textes qui nous régissent. Elle insiste sur l’urgence de la situation désastreuse dans laquelle se trouve l’UGB et interpelle les pouvoirs publics sur la nécessité d’auditer les fonds alloués.
    Nous restons mobilisés pour la sauvegarde et la défense de notre institution.
    Vive l’Université sénégalaise, vive le SAES.

    Fait à Saint-Louis le 12 octobre 2012.
    L’Assemblée Générale
    ————-
    SYNTUS (Syndicat des travailleurs de l’UGB de Saint louis).
    Saint Louis, 22/06/2012.

    APPEL A LA COMMUNAUTÉ CONTRE LES DÉRIVES D’UNE GESTION SOLITAIRE.

    Depuis quelques années la gestion solitaire, le subjectivisme, le népotisme et les règlements de compte sont monnaie courante a l’UGB. Dans la vie des établissements ( UFR LSH, CCOS…) comme dans la gestion des ressources humaines (recrutement, traitement salarial, nominations) les exemples ne se comptent plus. Retraits de prérogatives, mises en quarantaine et tentatives d’humiliation sont le lot de ceux et celles qui qui refusent de marcher au pas et qui ont osé faire face.

    LE SYNTUS FERA FACE COMME PAR LE PASSE.

    Nous avons toujours préfère le dialogue social constructif a la confrontation. C’est pourquoi depuis la tentative avortée de licenciement dont certains de nos camarades ont été victimes en 2010 et toutes les tentatives vaines de déstabiliser notre syndicat, nous avons voulu rester sereins et positifs.
    Seulement la récidive dans l’irrespect et le manque de considération à l’ endroit des travailleurs y compris certains de ces collaborateurs attitres, du Recteur, mettent gravement en péril la gestion démocratique et la justice sociale.
    C’est pourquoi sentinelle au service exclusif de l’institution, le SYNTUS est résolu a faire face pour réinstaller la confiance et la joie de travailler ensemble toutes composantes confondues au développement concerté de l’UGB.

    VIVE LES SYNTUS, VIVE L’UGB.
    L’Assemblée générale

  4. Thipiri douliste !Si toute cette réflexion , ce temps mis , cette énergie et motivation pour écrire votre article , vous l’aviez consacré sur votre business , vous auraient apporté un plus .Mais c’est dommage !

  5. Youssou ministre est une perte pour GFM car lui seul suffit comme spectacle , événement et programme . Nous , on se pleind de la rareté des tubes de You sur la TFM et j’interpelle Dj Boobs car si les autres télé même la Rts chaine nationale ignorent royalement les clips de You . On ne voit pas les clips de You sur les autres chaines et même le TFM sa propriété . Jamais You ne s’est plaint de quoi que soit , jamais il répond à ses détracteurs et pourtant il pouvait le faire car ce n’est pas le support qui manque . You ne se reste que sa voix , peut détruire et neutraliser un ennemi mais il ne fait pas . Aby Ndour sait qu’elle est manipulée par d’autres mais ce n’est que du cirque . You est comme les Américains , on aime ou on aime pas mais ils sont incontournables .

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here