Conférence de Presse du 03 Aout 2018
Déclaration Liminaire
Le Collectif Citoyen des Usagers de l’Autoroute à Péage (CCUAP) a pris, depuis plusieurs mois, d’importantes initiatives pour dénoncer les abus multiformes et multidimensionnels qui entourent la conception, la construction, la gestion et l’exploitation de l’Autoroute à péage. Le Collectif a exigé, entre autres, la remise à plat du contrat inique et opaque qui lie l’Etat du Sénégal et l’Entreprise #EIFFAGE ainsi que la baisse drastique du prix du péage.
Suite à ces exigences et demandes citoyennes impérieuses, le Président de la République du Sénégal, Monsieur Macky SALL, a demandé au #Gouvernement, à l’occasion de la réunion du #Conseil_des_Ministres du 11 Juin 2018, « d’accélérer la finalisation, avant fin juin 2018, du processus de #renégociation des tarifs de péage ». Dans le même sillage, il a rappelé au Gouvernement « la nécessité de mettre en place un dispositif cohérent et performant de régulation et de suivi – évaluation de l’exploitation des autoroutes à péage avec l’ouverture prochaine des autoroutes ILA TOUBA ; AIBD – THIES et AIBD- SINDIA- MBOUR ».
Faisant suite à la décision du Chef de l’Etat, le Ministre en charge des transports, Monsieur Abdoulaye Daouda Diallo, a réaffirmé, le 3 et le 27 juillet dernier (à l’occasion de l’inauguration du nouveau de la Direction des Transports routiers), que la baisse serait effective au plus tard en fin juillet et que le Président de la République devrait lui-même en faire l’annonce.
Faisant preuve d’un esprit civique et citoyen certains, le Collectif a donné crédit aux propos du Président de la République et du Ministre des Transport, croyant qu’ils s’interdiraient de violer aussi facilement leur parole, répétée à maintes reprises, consistant à faire baisser le prix du péage autoroutier à la date butoir du 31 juillet 2018.
Après avoir attendu en vain une action de leur part, le collectif n’a d’autre choix que de prendre l’opinion publique nationale et internationale à témoin, pour constater ensemble l’incapacité, sinon le manque de volonté politique, voire la faiblesse de l’Etat face à l’entreprise EIFFAGE. Le mutisme du Chef de l’Etat depuis le 31 Juillet, suite à une décision qu’il a prise lui-même en Conseil des Ministres, est une attitude manifestement troublante qui traduit, aux yeux du collectif, un manque d’égard vis-à-vis des citoyens et un manque de compassion pour les milliers d’usagers obligés d’emprunter l’autoroute tous les jours.
Il est de notoriété publique que le coût du péage de l’autoroute Dakar-AIBD est l’un des prix chers au monde, sans qu’aucun modèle économique, encore moins le niveau de vie des populations sénégalaises ou même la qualité de l’ouvrage ne puissent justifier une telle cherté. Toutes les comparaisons techniques effectuées à ce jour par le collectif, aussi bien en Afrique qu’ailleurs, sur les coûts des infrastructures similaires, ont montré que l’autoroute Dakar-AIBD est de loin l’un des plus chers. A titre d’exemple, il suffit de payer 23 dirhams, soit environ 1300 FCFA, pour parcourir les 87 Km de l’autoroute Casablanca-Rabat, qui au demeurant a plus d’échangeurs, d’aires de repos, de postes de péages et de passerelles piétonnières. Il faut plus du double pour parcourir les 50 Km qui séparent Dakar à AIBD. Cela est inacceptable.
Le Collectif informe donc les autorités qu’il se réserve le droit de mener toutes actions nécessaires pour exiger le respect des droits économiques et sociaux des Sénégalais. Ces droits garantis par la constitution sont aujourd’hui manifestement violés par les pratiques prédatrices de l’entreprise EIFFAGE, avec la complicité du président Macky Sall.
Le Collectif l’interpelle encore une fois pour qu’il assume sa responsabilité de Chef, garant de l’intérêt général et protecteur du patrimoine public.
Si le gouvernement du Sénégal, par faiblesse coupable, échouait à protéger les intérêts du peuple sénégalais dans son face-à-face avec l’entreprise prédatrice EIFFAGE, il verrait son autorité morale s’effondrer durablement et aucun discours ne saurait gommer sa faillite.

Fait à Dakar le 03 Aout 2018

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here