XALIMANEWS: les propos de la délégation du Sénégal auprès du comité des Droits de l’Homme aux Nations Unies, à suscité un une crise au au palais.
On s’attendait tous à une autre tournure après les retrouvailles entre le leader du PDS Abdoulaye Wade et le président Macky Sall, mais en l’état actuel des choses, le cas Karim wade est loin de ramener les choses à la normale. De manière très inattendue, le rebondissement de cette affaire ne donne pas une bonne image de l’Etat du Sénégal.
Le jugement de Karim Wade par la CREI a souvent été à l’origine des perturbations des plans au sein du gouvernement.
Les engagements oraux pris le mardi dernier par la délégation de l’État devant le Comité des Droits de l’Homme risquent de les coûter cher.
Les premiers éléments manifestes de ce malaise sont livrés par un communiqué daté du mercredi 17 Octobre 2019 du ministère des affaires étrangères et des sénégalais de l’extérieur. Dans le communiqué, le chef ministre Amadou Ba a apporté une précision stipulant que  » la délégation sénégalaise n’a en aucun cas et sous quelque forme que ce soit, pris des engagements allant dans le sens d’une réhabilitation de karim Wade ou d’une réparation d’un préjudice qu’il aurait subi ».

3 Commentaires

  1. Des retrouvailles n’effacent pas un jugement rendu sur la base de faits avérés et tangibles et ses effets induits.Il ne faut pas semer l’amalgame et la confusion pour des domaines distincts

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here