Le communiqué du sieur Seydou Guèye, prétextant d’un Secrétariat Exécutif National ni convoqué ni tenu ce 03 mai 2018 ne fait qu’ajouter ses odeurs pestilentielles au souffre qui pollue déjà l’atmosphère politico-sociale de notre pays si insupportable pour nos compatriotes.

Notre porte-parole vient ainsi s’arroger des droits et prérogatives en recommandant le limogeage du Médiateur de la République et en empruntant de vrais faux airs de colère de saltimbanque de cirque de province.

Le premier paragraphe, par une faute magistrale d’accord grammatical du verbe « imposer », est la traduction notoire d’une frénésie à vouloir écrire n’importe quoi, n’importe quand et sur n’importe qui.

Cet empressement est également noté dans l’ignorance totale de la date à laquelle Maitre Alioune Badara CISSE avait été nommé dans les fonctions de Médiateur de la République ; je dois ajouter que si la curiosité de notre porte-parole, notre, oui parce que je suis de l’APR des premières heures, a pu être prise à défaut par ces petits détails nécessitant une très petite attention, je n’en attends pas moins de le voir analyser le régime juridique qui organise la fonction de Médiateur de la République.

Ce serait trop lui demander !

En fait que reproche-t-on à  ABC ? Tout simplement de jouer son rôle de Médiateur de la République selon le respect scrupuleux de la loi. Qualifier de dérapage les sorties du Médiateur de la République sur le fonctionnement de notre administration relève d’une ignorance absolue de la loi qui l’institue et l’organise.

Puisqu’il n’est jamais trop tard pour apprendre, même que paresseux notoire, amant de la facilité, du verbiage et du saupoudrage, notre porte-parole national, plus attendu sur le terrain de la tenue à bonne date des comités techniques et de la bonne exploitation des relevés des décisions issues des conseils des ministres et interministériels pour faire avancer les réformes promises, doit savoir que :

« le Médiateur de la République est une autorité indépendante qui ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé à l’occasion des opinions qu’il émet ou des actes qu’il accomplit pour l’exercice de sa mission ».

En outre, il est précisé qu’il ne peut être mis fin à ses fonctions, avant l’expiration du terme, dans un Etat de droit, qu’en vertu de la mise en œuvre des dispositions particulières de la loi.

Reconnaissons avec humilité que le Médiateur de la République Maitre Alioune Badara CISSE est freiné dans son élan par le défaut d’accueil de deux rapports annuels et d’un troisième sous impression, tous prêts à être soutenus à tout moment devant le Président de la République.

Eh bien souffre Monsieur le porte-parole de savoir et de bien retenir qu’entre celui qui gère le parti dont tu portes la parole inexactement d’ailleurs et celui que tu accables et voues aux gémonies, il y’a une belle gémellité dont tu ne saurais altérer les liens historiques.

Revoie ta copie Seydou !

                                   Benoit SENE, Coordonnateur National Mouvement ABCJAIME

1 Commentaire

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here