Le Cng de lutte a restitué au promoteur Gaston Mbengue le reliquat des cachets de Baboye et Ness. Cela fait suite à l’annulation du verdict des arbitres donnant victoire au Thiaroyois.
Après l’annulation du verdict du combat avorté entre Ness (écurie Lansar) et Balla Bèye N°2 (écurie Hal Pulaar) par le Comité national de gestion la decision commence à produire des effets. En effet, à l’issue de sa réunion hebdomadaire de lundi dernier, le Cng a décidé de restituer les deux reliquats des cachets des lutteurs au promoteur Gaston Mbengue. Pourtant, après la victoire sur décision médicale, le 11 décembre dernier, Ness n’a cessé de réclamer le reliquat de son cachet. Et malgré la décision du Cng, la «Baleine» de Lansar a campé sur sa position au motif qu’il est dans son bon droit. Tout comme son manager Max Mbargane qui a été soutenu par ses pairs, qui se sont réunis pour s’insurger contre la décision du Cng. N’empêche, la structure dirigée par Dr Alioune Sarr est restée dans sa logique de faire respecter le règlement en la matière. Avec, évidemment, des arguments solides à l’appui. Comme prévu, c’est après avoir examiné les rapports complémentaires de la Commission centrale des arbitres dirigée par Khalifa Sow et de la Commission de qualification, de règlements et de pénalités (Cqrp) pilotée par Armand Ndiaye, le Cng a tranché définitivement sur cette affaire, qui a fait couler beaucoup de salive. Joint au téléphone, hier, le promoteur dit ne pas être au courant d’une telle décision. Ainsi, il attend la notification officielle avant de pouvoir se prononcer sur cette affaire. Contacté par nos soins, Iba Dièye, le manager de Baboye fait dans l’indifférence. «Ce n’est pas mon problème. L’essentiel est que nous avons fait ce que nous avions à faire», consent il à dire. Tel n’est pas le cas dans le camp de Lansar, qui tient toujours à encaisser le reliquat de son sociétaire. «Ce n’est pas normal. Le Cng ne doit pas restituer le reliquat de mon lutteur au promoteur. C’est injuste car Ness a rempli tout son contrat. On n’a rien à lui reprocher. Nous ne sommes pas d’accord. J’attends la mortification de cette décision. Pour le moment, je n’ai entendu que Thierno Ka dire qu’on doit restituer au promoteur le reliquat des deux lutteurs. En tous cas, si tel et le cas, nous allons nous battre jusqu’au bout pour qu’on nous donne notre reliquat. Je ne reconnais plus le Cng et son attitude m’étonne», proteste le manger de Lansar.

Amédine SY
Source Le Populaire

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here