Comment faire de la publicité sur xalima.com ?

CONTACTS

Posted By Xalima News On vendredi, novembre 27th, 2009 With 2 Comments

Xalima.com: Le senegal en un seul clic!: Commentaires et Questions

Tous les commentaires et les suggestions à propos de ce site sont les bienvenus.Merci!

Europe (France):(+33) 0667736503

Usa: (+1) (678) 587-8695

Canada: (+1) 514-388-2083

Senegal: 77-9027856

Fax:: 770-733-1564

A propos de Nous:

Visitez xalima.com

Pour plus d’informations vous pouvez nous contacter

[email protected]

Pour contacter la rédaction de Xalima
[email protected]

Un problème technique, une remarque sur le site, écrivez au webmaster :
[email protected]

Pour toute proposition de partenariat sur notre site :
[email protected]

Pour ecrire à Xalima Religion :
[email protected]

Pour ecrire à Xalima Sports:
[email protected]

Pour ecrire à Xalima celebrites :
[email protected]

Cliquer ici pour remplir le formulaire!


4 Commentaires
Participer au forum
  1. La représentation politique: fin d’un système!
    par Lycee de Sokone, samedi 6 août 2011, 17:18

    Par-devers Wade, c’est l’assemblée nationale, elle-même, qui est désavouée. Les événements du 23 montrent que le peuple ne se reconnait plus dans ses représentants. Oui, les députés n’inspirent plus la confiance du peuple.Je l’ai dit, dans mon commentaire de sa fameuse Lettre à un ami de mon collègue Chérif Sarr, l’enseignement que comporte ce que l’on est convenu d’appeler « le printemps arabe », c’est que le peuple est souverain. jusqu’ici, le peule exerçait sa souveraineté par personne interposée(les députés), aujourd’hui, c’est le peuple qui l’exerce dans la rue. C’est donc la théorie même de la représentation politique qui est sapée dans ses fondements les plus lointains. L’enseignement que l’on peut tirer des événements du 23 et27 tout comme celui du « printemps arabe », c’est que l’assemblée nationale a atteint les limites de sa validité: le peuple ne s’identifie plus à elle. Elle doit donc, comme on dit, rendre le tablier. Ce n’est pas Wade seulement qui est contesté, c’est tout un système:un système chaotique! Un système qui a montré ses limites de validité. Comme tout système chaotique, lorsque le désordre atteint un certain seuil critique, un nouvel ordre commence à se créer. Nietzsche avait raison: » il faut avoir du chaos en soi pour mettre au monde une étoile dansante ». Le vent qui a soufflé dans les pays arabes est déjà arrivé chez nous. Il ne sert à rien de se voiler la face. Il faut regarder les choses en face. Comme aimait à le répéter le Christ: « Que ceux qui ont des yeux pour voir, voient! » ou « Que ceux qui ont des oreilles pour entendre, entendent! ». Ce que les gens ne semblent pas comprendre, c’est que même si après Wade un autre venait au pouvoir, on sera dans la même situation de contestation de l’autorité étatique. Je le dis: c’est la démocratie représentative qui est remise en question depuis  » le printemps arabe » jusqu’au 23. Il faudrait donc que nos juristes puissent repenser la théorie de la représentation politique en tenant compte des réalités d’aujourd’hui: les médias et internet. Qu’on le veuille ou non, ce sont les nouvelles technologies de l’information qui se trouvent au principe de la contestation populaire. Ce n’est donc pas Wade, c’est tout un système qui doit s’adapter aux réalités d’aujourd’hui. A moins d’être aveugle, personne ne peut nier les belles réalisations de Wade. Certes, on peut lui reprocher de vouloir briguer un troisième mandat, puisque tout le monde sait, lui en premier, qu’il n’en a pas droit. Tout comme on peut lui reprocher d’avoir perdu de vue les véritables priorités des sénégalais et du développement: L’électricité et l’emploi des jeunes au lieu du Fesman et du monument de la renaissance.Je penche, cependant, à croire que c’est moins cela le problème que celui d’un système: la représentation à la belle époque de l’information!

    Sokone ce 06/08/2011

    Boubacar Badiane

  2. Après nos salutations les plus chaleureuses,nous vous ferons part de la situation désastreuse qu’entrain de vivre notre chère ville TOUBA sur le plan politique et social. En tant que talibes déplorons la transformation de la ville en un tribunal politique où des personnalités armées d’argent qui n’est rien d’autre que l’argent du contribuable et sans doute protégées se convergent tous les jours vers TOUBA.Personnes qui,malheureusement ne respectent ni les bases fondamentales du mouridisme,ne croient ni au développement de ville mais plutôt à la popularité et au pouvoir.TOUBA ville sainte , avec ses multiples portes d’entrée reçoit de grands détenteurs d’argent illégal qui viennent y trouver refuge par le biais de leurs grands villas inoccupés construits partout dans la ville sous prétexte qu’ils sont des talibés.Il nous revient aujourd’hui à nous talibés de protéger notre patrimoine et l’héritage légués par CHEIKH AHMADOU BAMBA qui n’est rien d’autre que sa ville sainte et sa famille précieuse contre ce phénomène qui dégrade de plus en plus la grande relation qui existait entre les marabouts et les talibes.Nous ne devons plus céder la place à ces pouvoiristes au prés de nos marabouts qui ne connaissent que droiture,justice et désintéressement à la vie d’ici-bas comme l’était notre guide CHEIKH AHMADOU BAMBA.Nous vous invitons à participer au combat qui n’est rien que la conscientisation ,l’intégration et le développement social des populations pour qu’enfin nous puissions réaliser les projets de BOROM TOUBA dans MATLABOUL FAWZAYNI.Actuellement les valeurs humaines,la moralité les vertus sont en phase de dégradation .Il y’a quelques années nous étions la rise des autres mais aujourd’hui nous occupons un rang que chacun connait sur le plan économique,démographique et décisionnel.Notre guide ne pouvait ne jamais obtenir ça dans le repos ou avec la collaboration avec des personnes à casquette politique.Nous nous battons pour consolider ce que nous avons c’est cela notre devoir.Tout est grand qui servira la ville debout à l’action,au travail et à l’unité.Ya 2 sortes de personne dans la vie ceux qui parlent et ceux qui agissent en fin de compte c’est qui agissent qui vont développer la ville et en développant celle ci conscientisent ceux qui parlent.Donc taisons-nous et agissons dans le bon sens pour qu’ensemble nous puissions réaliser les grands chantiers du mouridisme.Nous comptons sur votre compréhension et votre confiance portées en nous pour bien mener le travail à la réussite pour le bien de tout le monde…………………..signé ABDOU FATA MBACKE DIOP touba darou minam léona.

  3. souad dit :

    à ABDOU FATA : concernant la sauvegarde de votre patrimoine architectural et urbain , il y a possibilité de le sauvegarder par un plan de situation et un historique et une demande aux autorités locales ; sinon il y a possibilité de s’adresser aux autorités internationales auprès des nations unies pour demande de sauvegarde d’un patrimoine international . pour plus de détails concernant la 2èm alternative il y a même possibilité de faire un groupe de signataire et demander à réhabiliter le cadre ou même d’en faire un site touristique de visite culturelle. bon courage , pour contact email : [email protected] salut

  4. BMBSM dit :

    POUR L’AMOUR DU SENEGAL

    Oui, moi aussi, je fais parti de cette nouvelle génération, encore naissante ! De tous ces jeunes qui, en dépit du désespoir, du chaos et d’une totale désolation, cherchent à résoudre cette éternelle énigme qui tourmente, encore et toujours, une grande partie de notre Planète, à savoir : « Comment hisser notre pauvre Afrique mère, hors de sa calamiteuse gouffre, dans laquelle, elle semble s’enfoncer, de jour en jour, sous les yeux d’une Humanité de plus en plus abonnée absente…

    Et bien avant nous, nombreux sont nos aînés, tels que Lumumba, Sankara et bien d’autres, qui osèrent tenter l’impossible, jusqu’au péril même de leur vie ! D’autres comme Mandela ont du être sauvés par la grâce.
    Telle une malédiction qui risque de s’abattre sur toute personne qui aurait la prétention ou une simple curiosité de chercher quoi que ce soit à ce sujet. Et aujourd’hui encore, la force et l’impitoyabilité du châtiment sont telles que foncer, sur le sujet, sans aucune étude préalable, ni stratégie bien fondée, aurait sans nul doute, un fort parfum de suicide !

    Bien sûr, qu’il y en a plus que marre !
    Bien sûr qu’il y en a plus que ralbol même de naître, de grandir et comme nos aïeux, de n’avoir que choix de vieillir avec, encore et toujours, des yeux éblouis de misère, des têtes hantées de désespoir, des cœurs noircis de malheurs…
    Mais, enfin, à quoi bon de vivre, au 21e siècle, si c’est, dans les mêmes conditions qu’au Moyen-Âge ?

    Oui, je suis à jamais avec ce peuple sénégalais qui en a marre !
    Oui, je suis plus que fier même d’appartenir à la nation ne mon cœur, qui ne s’est pas ménagée pour défendre, avec courage, sa souveraineté !
    Fier de toutes ces femmes et hommes qui ont fait du 23 juin 2011, une date mémorable, dans l’histoire du Sénégal.

    Mais, s’il est indéniable qu’un grand Pas vient d’être franchi, avec cet éveil des consciences, nous devons être plus que jamais conscient que le plus difficile reste à venir !
    Il me semble que si une rébellion populiste, motivée par un fort désir de changement, pouvait suffire à résoudre le problème, l’Afrique ne serait pas, encore aujourd’hui, dans une situation aussi apocalyptique… !
    Tant d’idées et de promesses…, tant de violences et de cris, tant de larmes et de sang, tant d’actes barbares et de cadavres… et toujours cette pauvreté, assassine, qui sévit encore et toujours !

    Ainsi, si nous voulons avoir, un jour, la moindre chance d’aller jusqu’au bout de notre combat, il faudrait surtout éviter de s’exposer , aux effets destructeurs du « foudroyant syndrome africain », dont la menace plane déjà, au dessus de nos têtes !
    Je parle bien là, de cette fâcheuse et dramatique habitude, particulièrement propre aux peuples noirs, et qui nous pousse à foncer, la tête baissée, et de s’acharner énergiquement, sur une chose, jusqu’au point même d’en fatalement oublier l’essentiel de nos intérêts.
    Parfois même, jusqu’à tout perdre !
    Il est bien vrai que Maître Abdoulaye Wade est très loin de toutes ses promesses faites lors des deux dernières campagnes électorales !
    Et que les listes des déçus de son régime ne cessent de se remplir jusqu’au point même de déborder, dans les rues.
    Il est plus que vrai même qu’il y a longtemps que le président de la République, n’a pas entrepris un projet politique, à la hauteur des espérances de la nation sénégalaise.
    De ce fait, il est presque impensable, impossible même, de voir, après les élections de 2012, un président de la république sénégalaise répondant du nom de Wade !

    Ainsi, il ne faut pas que l’avenir du futur simple citoyen Mr Wade, nous obnubile jusqu’au point même de nous faire oublier de penser à notre propre avenir !
    Nous, nous devons seulement de bien garder en tête que quelque soit le verdict du conseil constitutionnel, la décision finale appartiendra toujours au peuple et rien qu’au peuple !
    Et chacun de nous dispose du meilleur moyen d’imposer son choix, sans pour autant mettre en péril, nos intérêts communs !
    Alors, rendez-vous aux urnes citoyens !
    Mais, en attendant, remettons nous au travail : nous avons du pain sur la planche !
    Il serait enfin temps, de penser de manière objective et concrète, à l’avenir du Sénégal, notre avenir à tous.

    Tous le monde sait et doit être parfaitement conscient qu’une énumération des innombrables défaillances du régime actuel, serait de très loin insuffisant comme programme politique, dans un pays aussi ambitieux que le Sénégal.
    Même si, cependant, je pense qu’il est toujours bon, voir même bénéfique pour un pays, de prendre en considération aussi bien les mauvaises que les bonnes choses du régime sortant !
    Mais, il ne faut surtout pas se mettre dans l’idée que le simple fait de se débarrasser du président Wade aboutira forcément à la disparition totale des lourdes difficultés que nous subissons. Certes, cela ouvrirait bien des portes, à d’autres perspectives. Mais, lesquelles ?
    Où sont donc les idées pour un avenir meilleur ?
    Quelles sont les vraies solutions, aux différents problèmes rencontrés ?
    Comment répondre efficacement aux demandes urgentes, pour éviter un nouveau déferlement d’un peuple, à présent conscient de sa souveraineté ?
    Autant d’attentes sociales et toujours aucune solution à l’horizon ! Ce ne sont pas de simples critiques qui feront la grandeur de ce pays !
    Et oui, il est grand temps que les soi-disant hommes politiques de notre nation, arrivent à opposer des idées à la fois possibles, concrètes et efficaces, face aux nombreux échecs du gouvernement actuel !
    C’est le moment, pour les grands hommes, de notre Sénégal, de défendre leur rang, en rassurant et en regagnant la confiance de ces millions de braves suffisamment désabusés !
    Mais, où sont-ils donc ces fous amoureux de la Patrie, ces passionnés, ces dignes hommes pouvant aller jusqu’à se sacrifier pour les intérêts de leur Nation ?
    A quand la fin définitive du règne des assoiffés de pouvoir ?

    ENSEMBLE RIEN N’EST IMPOSSIBLE!!
    BMBSM

Comment faire de la publicité sur xalima.com ?