Khalifa Sall fera face aux enquêteurs de la Division des investigations criminelles (Dic), ce matin. Il devra s’expliquer sur la gestion financière de l’institution municipale de 2011 à 2015, à cause des écarts « terribles » et « bizarreries », découvertes par l’Inspection générale d’Etat (Ige), dans le tenue des finances de la mairie de Dakar. Nos confrères de L’Observateur livrent les détails de la « bamboula » qui accable le maire de Dakar, enfoncé, par certains de ses collaborateurs, devant les éléments de la Dic.

Le carnage financier, si on peut l’appeler ainsi, à la mairie de Dakar n’a pas encore livré tous ses secrets. Selon nos confrères, les faits pour lesquels le maire de Dakar a été convoqué à la Dic, sont révélés, mais aussi, ses présumés complices, identifiés. Et ce, grâce au rapport n°12/2016/Ige de l’Inspection générale d’Etat, relativement au volet « vérification financière » de la ville de Dakar, sur la période de 2011 à 2015.

Constat fait, les Inspecteurs généraux d’Etat qui ont fouillé dans la mairie de Khalifa Sall ont révélé, en examinant des comptes de gestion et les comptes administratives de la période sous revue, sur le plan financier, que les crédits votés pour le compte 6490 « Dépenses diverses » du chapitre 13 « cabinet du maire », ont été intégralement dépensés. Et toujours selon les investigations de nos confrères, ces crédits servent à alimenter la caisse d’avance, créée par décision n°00515/VD/SG/DAF/DFC du 31 janvier 2003 du maire de la ville. Soit une somme de 1 milliards 830 millions F Cfa, entre 2011 et 2015.

D’un autre côté, le Groupement d’intérêt économique (Gie) « Keur Tabaar », livrait à la ville du riz et du mil, d’une valeur d’environs 15 millions F Cfa. Et comme signataires des factures et procès verbaux, Mbaye Touré, Directeur administratif et financier (Daf) de la Ville de Dakar, et Amadou Moctar Diop, Coordonnateur de l’Inspection générale des services municipaux de la Ville de Dakar, mais aussi, Ibrahima Yatma Diao.

Les anciens maire, Mamadou Diop et Pape Diop seraient mouillés. Car, lors de l’enquête, ces trois (3) précités ont révélé que cette caisse d’avance existait depuis 2003 et a profité à tous les maires qui se sont succédé à la tête de la Ville de Dakar. Toujours selon eux, cet argent est à la libre disposition du maire qui les utilise à sa guise. Il ne rend compte qu’au ministre chargé des Collectivités locales. Une caisse qui fonctionne comme un fonds politique.

Source: L’Observateur avec Senego

PARTAGER

2 Commentaires

  1. Il faut que les senegalais arrêtent de lire l’obs c’est un journal qui passe tout son temps à salir les adversaires de Macky par de fausses informations. Il faut le considérer comme un journal de propagande pour le second mandat de Macky

  2. La politique par une utilisation du terrorisme judiciaire. Macky a bien fini par comprendre qu’il ne recrutera pas de cette façon, mais tant pis, il use et abuse de sa position pour la satisfaction de son cœur.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here