Énorme sensation en Concacaf où les Etats-Unis, piégés à Trinité-et-Tobago (1-2), n’iront pas au Mondial 2018. Le Panama décroche un billet historique. Le Honduras est barragiste.
Après l’élimination du Chili, une autre surprise est venue de la zone Concacaf. Une gigantesque sensation, même. Pour la première fois depuis 1986, les États-Unis seront en effet absents de la Coupe du monde. Pourtant, avant cette ultime journée des qualifications, les USA occupaient la troisième place, la dernière qualificative directement pour le Mondial. Et c’est un déplacement à Trinité-et-Tobago, au bilan peu flatteur (1 victoire pour 8 défaites alors), qui les attendait.

Mais les Américains ont totalement perdu pied en première période, en craquant à deux reprises. Gonzalez, à la 17e minute de jeu, a inscrit un incroyable but contre son camp, son dégagement totalement dévissé lobant Tim Howard. Le deuxième but signé Alvin Jones, sur une frappe lointaine, était en revanche superbe et ne devait rien à personne (2-0, 37e).

Le but litigieux du Panama
La réduction du score de Pulisic, le joueur de Dortmund, juste après le retour des vestiaires (1-2, 47e), n’a rien changé. Battus par le petit poucet du tour final, les États-Unis, place forte de la Concacaf avec le Mexique, n’iront pas en Russie, doublés dans un final de folie par le Panama et le Honduras.

Car le Panama, mené au score par le Costa Rica à la pause (0-1) alors qu’il devait absolument s’imposer pour se qualifier directement, a tout renversé en seconde période. Mais si le miracle a eu lieu, l’égalisation panaméenne devrait faire beaucoup parler : le ballon n’a jamais franchi la ligne sur la reprise en déséquilibre de Gabriel Torres (1-1, 53e).

La délivrance pour les Canaleros est en tout cas intervenue en toute fin de rencontre. Alors qu’il occupait encore la 5e place – synonyme d’élimination – à trois minutes du terme du temps réglementaire, Roman Torres a envoyé le Panama au ciel à la 88e minute (2-1), lui offrant une qualification historique en Coupe du monde !

Le Honduras, pour sa part, peut toujours rêver à la passe de trois. Déjà qualifié en 2010 et 2014, il s’est hissé à la quatrième place de la zone après sa victoire contre le Mexique (3-2), celle des barrages, où il affrontera l’Australie.

lequipe.fr

PARTAGER

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here