Depuis l’introduction du virus Covid-19 dans notre pays, et le début de la lutte contre sa propagation, nous avons constaté à quel point le gouvernement de Macky Sall fait peu cas des préoccupations des sénégalais, de ses craintes, de ses souffrances, de ses défis quotidiens.

Le gouvernement se targue d’avoir porté le budget du Sénégal pour l’année 2020 à plus de 4200 Milliards. Face à une catastrophe Covid-19 que vit le monde entier, ce même gouvernement ne trouve à dégager qu’un misérable milliard pour y faire face, préférant conserver ses milliers de milliards de frais de fonctionnement, d’achats de véhicules, de voyage VIP, de réceptions, de khawaré, et j’en passe.

Face aux conséquences sur le plan économique et sur le plan social causées d’une part par le Covid-19, d’autre part par les mesures et restrictions sans accompagnement, un appel à la solidarité nationale est naturel, mais la collecte devait être faite par n’importe qui sauf par un gouvernement milliardaire et égoïste.

Il faut noter que ce budget qui a l’habitude de faire la part belle au fonctionnement n’est d’office plus applicable du fait des situations imposées par la lutte contre le Covid-19. Il est vrai que les recettes prévisionnelles seront forcément affectées. Mais des économies seront forcément enregistrées également, notamment : les budgets des voyages annulés sur 2 à 3 mois  – les budgets des évènements annulés – les budgets de certains achats et travaux qui déborderont sur 2021 – et tant d’autres.

Si le Gouvernement dirigé par Macky Sall refuse d’affecter plus que des miettes à la lutte contre le Covid-19 et ses effets, préférant conserver ses prébendes, la plus mauvaise idée que l’on peut avoir est de faire de ce gouvernement le réceptacle des dons en espèce ou nature venant des bonnes volontés, entreprises, organisations, individus. Il faut même dire que c’est une bourde involontaire.

Les généreux donateurs destinent-ils leurs milliards à Macky Sall et son gouvernement multimilliardaire mais pingre avec sa population ? Ou alors souhaitent-ils que leurs contributions aillent aux populations qui sont affectées par le Covid-19 et ses conséquences, au corps médical, à la recherche, aux autres acteurs ?

A ce jour les dons en numéraire décomptés avoisinent 4 Milliards. Les contributions en nature sont difficiles à estimer. Remettre 4 Milliards au Ministre du Budget ou au Ministre de la Santé, c’est comme jeter tout cet argent à la poubelle pour plusieurs raisons :

** D’abord l’Etat ne manque pas de 4 milliards à dégager immédiatement en dégraissant un tout petit peu certains ou certaines poches de gaspillage

** L’Etat va alors garder ses 4 milliards à lui pour la bamboula, et utiliser les 4 milliards de dons pour ce que les donateurs ne pourront jamais contrôler de toute façon

** Les populations qui ont toujours été les laissées-pour-compte ne vont certainement pas bénéficier soudainement de plus de compassion de la part des prédateurs récidivistes

Ce qu’il aurait fallu faire pour s’assurer que les dons (argent ou en nature) parviennent aux ayant-droits, c’est soit les remettre directement à ces ayant-droits, ou alors à des entités intermédiaires qui se chargent de collecte et de redistribution. De telles entités ne manquent pourtant pas :

Les mosquées ou églises. Tous les quartiers du pays ont des mosquées ou églises qui sont des réceptacles naturels de dons. Les Imams et Prêtres, assistés par des fidèles peuvent se charger de la redistributionLes fondations ou organisations caritativesLes associations à but non lucratifLes ONG localesLes organisations professionnellesLes groupements socio-professionnelsLes Cliniques Privées en manque de moyensDes organisations du corps médical
 

Ce gouvernement ne nous a pas habitué à l’équité, bien au contraire. Cela a toujours été le Parti et les serviteurs, avant toute patrie. Les 142 000 tonnes de denrées alimentaires annoncés ne pourront faire l’objet d’aucun contrôle dans la distribution, à supposer qu’ils existent d’ailleurs. Et c’est de toute façon une broutille face à l’ampleur des besoins

L’utilisation des dons en nature et numéraires remis par maladresse à ce même gouvernement ne pourra faire non plus l’objet d’aucun contrôle.

Les mesures de restriction prises en toute inconscience sans aucun accompagnement démontrent que ce gouvernement est à des années lumières des préoccupations des populations. Des milliers de gorgorlous sont déjà au chômage, des commerces ont déjà fermé, des familles sont plus qu’affamées. C’est donc ridicule de penser que c’est en remettant les dons à ce même gouvernement que cela changera quelque chose.

Il faut exiger que les dons déjà récoltés par ce gouvernement soient transférés en toute transparence à des entités, associations, fondations, et organisations apolitiques qui se chargeront de leur redistribution, et sous contrôle. Les futurs dons doivent suivre la même logique, et les donateurs connus. Les sénégalais sont fatigués et en ont bien besoin.

MARVEL NDOYE

Email : [email protected]

1 Commentaire

  1. Salam

    C’est tout à fait vrai que faire passer ses dons par des prédateurs, c’est pire que jeter son argent par la fenêtre.

    Mais comme dit l’autre, certains dons sont politiciens, ou faits pour du traffic d’influence après cela
    Donc c’est bel et bien du gachis tout cela

    OBSERVATEUR

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here