Collectif des Délégués de personnel et syndicaux deDakar Bamako Ferroviaire

Ce jeudi 28 novembre 2019, les cheminots ont déjoué une tentative de Mambaye TOUNKARA, qui a essayé encore d’intoxiquer les travailleurs de DBF et l’opinion. En effet, la scène de théâtre qui s’est jouée devant le portail de l’entreprise, nous laisse indifférents, dans la mesure où les responsables avaient déjà pris la tangente, dès qu’ils ont vu les quelques membres du Collectif s’approcher. De ce fait, nous n’accordons aucune importance, ni attention à la déclaration de personnes insignifiantes et inconscientes par rapport au défi qui nous attend. Tout ce qui les intéresse c’est de faire les yeux doux aux secrétaires généraux, moyennant des promesses de poste et du social qu’ils bénéficient de leur part. Si les secrétaires généraux sont toujours légitimes, c’est simple ils n’ont qu’à s’assumer et prendre leurs responsabilités pour s’afficher. Ils n’osent plus convoquer au siège, ni communiquer. Tout ce qu’ils font c’est en cachette chez eux. Nous tenons à préciser que les agents 1/1 sont des frères dont la revendication pour la régularisation de leur situation est la première impérative pour le Collectif des Délégués de personnel et syndicaux. Cela a été dit lors de notre dernier point de presse du mardi 26 novembre, et  nous y insistons fermement. Nous le réitérons aujourd’hui, pour inviter l’Administrateur Général Monsieur Kibily TOURE, à sortir la décision pour ces agents dans l’immédiat.  Nous ne pouvons plus continuer à regarder cette injustice pour ces responsables de familles qui assurent des taches pénibles et risqués dans cette entreprise. La plupart des cas c’est des agents de la surveillance générale qui gèrent la sécurité des locaux et matériel malgré leur sous effectif et manque d’équipement (tenue, arme, éclairage…), de même que pour les travailleurs de la voie qui souffrent dans les déraillements avec l’absence d’outils de travail, de chaussures de sécurité, gants etc. Ainsi, il ne sera plus possible de voir ces collègues dans cette galère. Dès lors, comme promis nous voulons qu’ils soient alignés dans des niveaux qui collent avec l’accord d’établissement de Dakar Bamako Ferroviaire. Nous ne ménagerons aucun effort, pour un traitement juste de tous les travailleurs sans distinction. Il est aussi valable pour la position irrévocable, de ne plus laisser Monsieur TOUNKARA, qui a causé pas mal de difficultés aux cheminots plaider notre sort. Donc, si l’Administrateur veut vraiment un climat apaisé dans l’entreprise, il doit juste accepter la souveraineté populaire, pour qu’ensemble nous puissions sortir de ces situations.

Babacar GAYE, le Coordonnateur.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here