XALIMANEWS : Un pharmacien du nom de Ibrahima Diop a perdu la vie à Ziguinchor des suites d’une « négligence médicale « . Un état de fait que dénonce l’ex député Aliou Sané. Il revient sur le déroulement des faits.
« Malade, il a été évacué sur place à 9h où il a longtemps lutté contre la mort et les négligences médicales. Dès son arrivée, il a bénéficié au service des urgences d’un scanner fait par le technicien en imagerie médicale.
Seulement, il s’est passé énormément de temps entre l’interprétation de l’imagerie médicale et le transfert des résultats au service de cardiologie, où le patient est arrivé à 11 heures. Pis le cardiologue n’est arrivé à l’hôpital que vers 20h 40 mn et Ibrahima Ndiaye est décédé vers 21 heures.
C’est ce qu’a révélé le syndicaliste Siméon Faye lors d’une conférence de presse organisée par les syndicalistes et le personnel de l’hôpital de Ziguinchor.
Ce n’est pas tout. Selon les blouses blanches, « l’hôpital a préféré laisser le défunt sur un brancard où il suait abondamment et avait du mal à respirer alors que cabines d’hospitalisations étaient libres. » L’affaire du pharmacien est un cas parmi tant d’autres.

Selon les syndicalistes repris par L’Observateur, une dame qui a accouché à Djembéring a été évacuée d’urgence à l’hôpital de Ziguinchor. Elle saignait abondamment et le gynéco, alerté, n’a pas daigné se présenter à l’hôpital. La patiente est finalement décédée.

Face à ces négligences médicales qui aboutissent le plus souvent, pour ne pas dire toujours à des morts d’hommes, le personnel et les syndicalistes de l’hôpital organisent aujourd’hui un sit-in.

3 Commentaires

  1. Nitt bou amoul conscience amoul sens de responsabilite dou ame bene ndiarigne. Au fait sebegal c est les docteurs qui tue les malades a cause de leurs cupidite et manque de responsabilites. Ce pays est vraiment maudit.

  2. Seulement, il s’est passé énormément de temps entre l’interprétation de l’imagerie médicale et le transfert des résultats au service de cardiologie, où le patient est arrivé à 11 heures. Pis le cardiologue n’est arrivé à l’hôpital que vers 20h 40 mn et Ibrahima Ndiaye est décédé vers 21 heures.
    C’est ce qu’a révélé le syndicaliste Siméon Faye lors d’une conférence de presse organisée par les syndicalistes et le personnel de l’hôpital de Ziguinchor.
    Ce n’est pas tout. Selon les blouses blanches, « l’hôpital a préféré laisser le défunt sur un brancard où il suait abondamment et avait du mal à respirer alors que cabines d’hospitalisations étaient libres. » L’affaire du pharmacien est un cas parmi tant d’autres.

    Pour des cas moins simples que ça dans leurs déroulement, des chefs de services, des médecins Français ont été radiés et condamnés à de la prison ferme ! Pourquoi le malade était sur brancar et pourquoi le cardiologue n’est arrivé qu’à 20h 40. Etait-il dans une structure privé ? Etait-il ailleurs ? Mais avait-il le droit de ne pas être à proximité de son service , au moins sur une distance fixée ?

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here