[01:59, 5/20/2018] Makane: En ce début du mois béni du Ramadan, les sénégalais consternés , ont vécu les regrettables incidents qui ont coûté la vie à notre jeune compatriote Falou Sene, une perte que nous pleurons.
Des affrontements désolants entre étudiants/forces publiques, se sont soldés par des blessures graves des deux côtés et des dégâts matériels.
L’indignation des citoyens honnêtes est compréhensible et légitime.
Le Chef de l’Etat très affecté par cette tournure des événements a vite diligenté l’enquête pour situer les responsabilités et apaiser les esprits.
C’est durant ce moment de deuil et de recueillement que les activistes aux ambitions sordides ont choisi pour instrumentaliser la colère de notre jeunesse à des fins aventurières .
Une telle circonstance devrait faire converger les cœurs dans la recherche d’un apaisement pour soigner les plaies et soulager les victimes.
Hélas, c’est comme une bouffée d’air pour ces candidats d’une opposition moribonde qui suffoque sous le poids des succès réalisés par le Président en exercice.
L’objectif est de faire dans la surenchère pour maintenir la pression et plonger les universités dans la permanence des troubles.
La résolution pacifique des conflits sociaux,naturellement admise dans une société démocratique est devenue le cadet de leurs soucis.
Les conséquences de la destruction des biens et la souffrance des communautés universitaires sont devenues une opportunité des parrains d’une délinquance politique de promotion de la défiance, par la violence sous le sceau de leur unique et inique Programme Pétrole/Politique (PPP).
A l’opposé du Partenariat Public Privé si bien conduit par le gouvernement, nos saboteurs permanents ont ficelé le plan morbide de sauvetage par tous les moyens de leurs carrières politiques déclinantes, dans la perspective d’un succès électoral du Président Macky Sall en 2019.
Enrobés dans leurs turbans d’agitateurs sans scrupules, les voilà qui collectent les émotions et enrôlent les mercenaires des troubles sociaux pour une répétition générale.
Ce n’est point la célébration d’un cinquantenaire de mai 68 qui les motive, mais l’acharnement pour une dissolution des réalisations grandioses du Plan Sénégal Émergent, harmonieusement délivrées par le gouvernement.
Ce n’est pas un hasard si, au moment où , la nouvelle compagnie Air Sénégal prenait son envol inaugural, les démons de la destruction faisaient planer les fumées du sang et la discorde sous le ciel de la ville de Saint Louis appelée à connaître la renaissance.
Le vieillard gâteux, à qui le Sénégal a tout donné, en connection avec les forces obscures, affûtent les armes.
Il agit comme il l’a toujours fait, oubliant les capacités de discernement de ce grand peuple qui l’a porté, supporté les lubies et pardonné les abus.
Dans son itinéraire de propagateur de chimères, du crapaud biologique, il a voulu faire un taureau de l’arène politique.
En vain, épuisé, il enrôle des personnages déséquilibrés de la diaspora pour une compétition …
[14:49, 5/20/2018] Makane: DÉCLARATION DSE/APR ÉTATS-UNIS SEYTANE TOOGAL,
LE SÉNÉGAL RESTE VIGILANT!
En ce début du mois béni du Ramadan, les sénégalais consternés , ont vécu les regrettables incidents qui ont coûté la vie à notre jeune compatriote Falou Sene, une perte que nous pleurons.
Des affrontements désolants entre étudiants/forces publiques, se sont soldés par des blessures graves des deux côtés et des dégâts matériels.
L’indignation des citoyens honnêtes est compréhensible et légitime.
Le Chef de l’Etat très affecté par cette tournure des événements a vite diligenté l’enquête pour situer les responsabilités et apaiser les esprits.
Durant ce moment de deuil et de recueillement les activistes aux ambitions sordides ont choisi d’ instrumentaliser la colère de notre jeunesse à des fins aventurières .
Une telle circonstance devrait faire converger les cœurs dans la recherche d’un apaisement pour soigner les plaies et soulager les victimes.
Hélas, c’est comme une bouffée d’air pour ces candidats d’une opposition moribonde qui suffoque sous le poids des succès réalisés par le Président en exercice.
L’objectif est de faire dans la surenchère pour maintenir la pression et plonger les universités dans la permanence des troubles.
La résolution pacifique des conflits sociaux,naturellement admise dans une société démocratique est devenue le cadet de leurs soucis.
Les conséquences de la destruction des biens et la souffrance des communautés universitaires sont devenues une opportunité des parrains d’une délinquance politique de promotion de la défiance, par la violence sous le sceau de leur unique et inique Programme Pétrole/Politique (PPP).
A l’opposé du Partenariat Public Privé si bien conduit par le gouvernement, nos saboteurs permanents ont ficelé le plan morbide de sauvetage par tous les moyens de leurs carrières politiques déclinantes, dans la perspective d’un succès électoral du Président Macky Sall en 2019.
Enrobés dans leurs turbans d’agitateurs sans scrupules, les voilà qui collectent les émotions et enrôlent les mercenaires des troubles sociaux pour une répétition générale.
Ce n’est point la célébration d’un cinquantenaire de mai 68 qui les motive, mais l’acharnement pour une dissolution des réalisations grandioses du Plan Sénégal Émergent, harmonieusement délivrées par le gouvernement.
Ce n’est pas un hasard si, au moment où , la nouvelle compagnie Air Sénégal prenait son envol inaugural, les démons de la destruction faisaient planer les fumées du sang et la discorde sous le ciel de la ville de Saint Louis appelée à connaître la renaissance.
Le vieillard gâteux, à qui le Sénégal a tout donné, en connection avec les forces obscures, affûtent les armes.
Il agit comme il l’a toujours fait, oubliant les capacités de discernement de ce grand peuple qui l’a porté, supporté les lubies et pardonné les abus.
Dans son itinéraire de propagateur de chimères, du crapaud biologique, il a voulu faire un taureau de l’arène politique.
En vain, épuisé, il enrôle des personnages déséquilibrés de la diaspora pour une compétition indécente des injures après avoir échoué plusieurs fois avec les flèches de la diffamation et provocation.
Lui emboîtant les pas, l’infatué ex enfant adoptif fait feu de tous bois.
Excellant dans la déclamation des saintes écritures avec le style païen d’éruption des mots aiguisés pour blesser les âmes, déchirer les cœurs , obscurcir les esprits, Idy s’est révélé piètre stratège de la subversion.
Le démenti au Communiqué du PDS de la Coordination des Étudiants de St-Louis en date du 19 mai 2018, prouve s’il en faut l’irresponsabilité d’un parti face à la vigilance de la jeunesse sénégalaise qui se bat quand elle se croit dans son droit.
Les sénégalais témoins vigilants des scènes de pillages des biens publics et privés ,des agressions à l’endroit de nos vaillantes forces de sécurité comprennent la différence entre loups et agneaux.
Si la démarche de l’opposition subversive est d’intimider les militants de l’Alliance pour la République et ceux de Benno Bok Yakaar,c’est peine perdue.
Nous appelons tous les patriotes à se mobiliser pour défendre les acquis des six ans de réalisations palpables autour de la vision du Président Macky Sall de faire du Sénégal un pays moderne et modèle.
Nous mettons en garde les manipulateurs de notre jeunesse et invitons les partis politiques et la société civile à dénoncer ces ennemis de la démocratie qui ont largement démontré leur mépris pour le Sénégal en dehors de leurs intérêts personnels.
Makkane
Porte Parole
DSE/APR ÉTATS-UNIS

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here