Doyen, je ne rate presque jamais aucune de vos contributions. Pour celle-ci, je voulais juste utiliser un droit que je partage avec vous, celui de dire ce que je pense de l’attitude de « cette première Dame » pour vous, la première Dame pour moi et pour beaucoup de nos concitoyens. Je ne saurai prendre sa défense et je ne me reconnais pas non plus comme faisant parti des « vuvugela » Seulement, elle ne me semble pas être notre cible dans la mesure où nous ne l’avons jamais élue. Ensuite, elle a le droit de se rendre partout où elle veut au Sénégal avec les moyens dont elle dispose pour aider ceux et celles qui se trouvent dans le besoin et qui ont aussi le droit d’accéder aux ressources du pays, leurs ressources. Je pense également que son réconfort moral pour des gens qui sont dans la détresse ne saurait être de trop.

Marième Faye Sall n’a pas décrété d’être première Dame. C’est le tout puissant, dans sa toute puissance qui l’a choisie parmi les millions de ses concitoyennes pour la placer au cœur de la vie de celui à qui nous avons confié un tronçon du destin du pays, donc au cœur de la République. Cette situation lui donne plusieurs choix dont celui de se mettre parfois à côté de certains de ses compatriotes, à chaque fois qu’elle le trouve nécessaire. Je pense qu’elle en a aussi la liberté.

Je ne sais pas ce que fait ou ne fait pas sa fondation. Mais tant qu’elle est à côté d’un seul sénégalais, à mon avis, on devrait l’applaudir des deux mains car c’est beaucoup mieux que de mépriser ses compatriotes ou de se pavaner avec arrogance. D’autant plus qu’on ne peut dire avec exactitude d’où ces ressources sont tirés. Mais quelque soit leur origine, elles appartiennent aux sénégalais qui ont le droit et le besoin d’être assistés.

Oui, forcément, « cette première Dame » disparaîtra avec son époux de Président, après le pouvoir, pour s’installer je ne sais où. Mais la première Dame, elle, ne disparaîtra jamais parce que le Président de la République est éternel. Comme vous l’aviez si bien signalé, les deux premières Dames sont venues, ont fait ce qu’elles ont pu avec leur vision et sont parties en laissant au peuple souverain ses éléments d’appréciation.

A mon avis, il serait mieux de l’encourager en attendant d’interroger, comme vous l’insinuez, les sources de ses largesses. En ce moment seulement on pourra savoir, si oui ou non il y’a des manquements et à qui faudrait il les imputer si tel était le cas. De la même manière, s’il y’a une presse qui outrepasse ses prérogatives et rôles c’est sur elle qu’il fallait plutôt tirer.

Enfin s’il est vrai qu’elle incarne des valeurs de modestie et de générosité, ce serait à saluer car après elle, d’autres Premières dames suivront et s’en inspireront certainement. Aussi, à mon avis, on ne pas condamner quelqu’un pour avoir passé de l’état de pauvreté à celui de richesse. En plus, qu’on le veuille ou non, qu’on le dise ou non, le pouvoir et ses environs renforcent les moyens d’intervention. Certaines sources de ces moyens comme les fonds politiques, dont un grand responsable disait qu’il avait la latitude de les brûler sans aucune forme de procès, sont connus, d’autres, par contre, ne le seront jamais.

Falilou Cissé conseiller en Développement Communautaire tel 77 689 79 44

PARTAGER

1 Commentaire

  1. m cissé je suis heureux que vous ayez le courage de faire cette contribution car elle est importante; dans ce pays on a l’habitude de tout critiquer finalement on en est arrivé à un point où il n ‘ y a plus de références. si on démoli tout le monde les jeunes finiront par croire qu’il n’ existe plus gens bien et cela est le fondement de l’anarchie. personne ne sait ce qui a poussé votre doyen à écrire sur la première dame même s’il en a le droit mais ce dont je suis sur c’est les sénégalais qui partagent votre opinion sont plus nombreux que ceux qui partagent celle de votre doyen. pour moi un doyen qui se comporte comme un débutant n’en est pas un

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here