Le porte-parole militaire égyptien a annoncé ce vendredi 9 janvier le lancement d’une grande opération antiterroriste baptisée « Sinaï 2018 ». Le porte-parole a précisé que l’opération était « globale » et ne concernait pas uniquement la péninsule égyptienne mais inclut d’autres régions du pays.
Fin novembre, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi avait ordonné à l’armée et à la police de restaurer la sécurité dans le Nord-Sinaï dans un délai de trois mois. Le chef d’Etat avait préconisé l’utilisation de « la force brutale » pour réaliser cet objectif.
Depuis 2013, le Nord-Sinaï est le théâtre d’un conflit entre les extrémistes musulmans qui ont fait allégeance à l’Etat islamique (EI) et les forces de sécurité. Les attentats et les opérations antiterroristes y ont fait plus de deux mille morts de part et d’autre.
Surveillance des côtes
Des attentats spectaculaires ont aussi eu lieu dans la région désertique des oasis à l’ouest de l’Egypte. L’armée réagit principalement avec l’aviation qui cible les tentatives d’infiltrer hommes et matériel à travers le désert libyque.
« Sinaï 2018 » comprend donc une intensification des opérations militaires combinées ainsi qu’un renforcement du contrôle par la marine des côtes égyptiennes de la Méditerranée et de la mer Rouge.

RFI

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here