« Rien de grand ne se fait sans chimères » Ernest Renan
L’élection présidentielle se tiendra le 24 février 2019. Depuis l’annonce de cette date, le paysage politique connaît une certaine effervescence marquée par un branle-bas au niveau des écuries politiques.
En effet, la solennité de cette échéance électorale offre au Sénégal l’occasion de débattre de son avenir, de son modèle de société et de sa stratégie de développement sur la base des projets de société portés par les différents partis politiques en concurrence.
Le projet qui sera retenu et sanctionné par le suffrage universel va structurer et engager la vie de la nation pendant la durée du prochain quinquennat.
Ainsi pour la qualité des débats et les perspectives qu’offre une élection présidentielle, chaque postulant à la fonction présidentielle devrait mettre à la disposition de tous un programme chiffré qui traduirait la façon dont les leviers politiques, administratifs, économiques et sociaux seraient utilisés pour mettre le pays en mouvement.
L’avantage d’une telle démarche est que l’impact de chaque engagement sera scruté et mesuré, leur coût pour le contribuable et les changements pour le pays seront évalués.
Malheureusement, les invectives semblent être la règle au point que l’opposition veuille en faire un projet de société.
Hormis une rhétorique préconstituée et des critiques sur une prétendue mal gouvernance du Président Macky SALL, il faut se rendre à l’évidence qu’on est dans le vide. En d’autres termes, l’offre politique censée susciter l’adhésion des citoyens à l’opposition, fondée sur une vision claire, n’est pas au rendez-vous.
En outre, les slogans qui sonnent en creux ne mobilisent plus depuis que la supercherie du « sopi » est éventée et il semble clair que « Le vrai changement » est du vent.
Dès lors, on se demande par quelle alchimie cette même opposition peut prétendre l’emporter au détriment de la majorité présidentielle qui a l’avantage d’un projet de société sérieux et charpenté, à savoir le Plan Sénégal Émergent dont le promoteur, son Excellence Monsieur Macky SALL invite et exhorte les Sénégalais à se l’approprier.
Compte tenu de cette évidence, nous mettons au défi l’opposition de présenter une offre politique alternative, meilleure que celle du Plan Sénégal Émergent.
C’est dire que les facteurs clé de succès de la majorité présidentielle sont réels. Ils tournent autour d’un projet fort, convaincant et distinctif qui est décliné sur la base d’un programme politique détaillé par actions.
De plus, il s’agit là, d’un projet de société doté d’une vision pragmatique basée sur des analyses précises et sans concession des réalités auxquelles nos populations sont confrontées.
Enfin, notre projet brosse un tableau général, mais suffisamment net, de ce que sera le Sénégal à l’horizon 2035.
Dans la 1ere phase des actions prioritaires (2014-2018), 27 projets phares et 17 réformes sont mis en œuvre. Des résultats encourageants et concluants sont les marqueurs que l’on retiendra de cette première phase. L’augmentation continue du taux de croissance et la performance économique enregistrées dans les secteurs ciblés ont eu un fort impact sur l’amélioration des conditions de vie des populations.
A présent, toutes les énergies sont mobilisées pour la 2ème phase (2019-2024) qui devrait permettre au Président Macky Sall d’insuffler une nouvelle dynamique aux efforts déployés au cours des sept dernières années.
Le pays a justement besoin de cette force, de cette vivacité, de cette impulsion pour parachever les réformes devant mener à l’émergence. Le social, l’égalité des chances, une économie plus juste et moins inégalitaire, l’emploi et une croissance économique inclusive seront encore érigés en priorité afin de pérenniser les acquis.
En définitive, les projets de société alternatifs crédibles qui pourraient valider la prétention de notre opposition à mieux diriger le pays se font attendre.
Seuls les idéalistes croient encore qu’il suffit de critiquer ou de se lancer dans une débauche de promesses pour gagner l’élection présidentielle de février 2019. La politique passe par un contenant à définir, une image à créer, un programme à concevoir, une organisation à bâtir et dans ce domaine le Président Macky Sall a une avance certaine sur notre opposition.

Hady TRAORÉ
Coordonnateur Fédéral de la DSE APR Canada

4 Commentaires

  1. Loin du ta terre natale , tu as l’excuse d’être coupé da la réalité sur le terrain, le Sénégal est au bord de la faillite ou de la banque route, on emprunte pour payer des dettes. Le Macky, par incompétence , a mis le pays sans dessus ni dessous . le dernier rempart que constitue la justice est déstabilisé et plus personne n’a confiance à celle-ci , sentiment partagé par les partisans de Macky( Cissé Lô, ABC et autres)
    La priorité n’est pas aux programmes, mais à la limitation des dégâts , car il faut s’interroger dans quel état Macky va laisser le Sénégal ?

  2. On est à l’heure du Bilan Economique, Social et Environnemental ! Qu’est ce le Président Macky Sall a fait de son mandat ! Quel a été le niveau de respect de ses engagements vis à vis de ses partenaires politiques, qui aux côtés du peuple sénégalais lui ont offert la victoire en 2012 ! PARLANT DU PSE, PEU, TRES PEU DE SENEGALAIS EN AVAIENT ENTENDU AVANT QU IL SOIT PRESIDENT ! Tout ce qui intéressait les Sénégalais c’était ce que le régime de Wade, déprédateur des nos ressources financières et naturelles, irrespectueux de la parole donnée (wax wakhète) C’est un plan formaté par les créanciers et adapté à beaucoup de pays de l’Afrique sub saharienne.

  3. Un seul candidat travaille depuis sept ans a faire avancer le pays dans l’ordre, la bonne gouvernance et la croissance Il a un projet de société qui fait ses preuves, les autres sont aux prises perpétuelles avec le tumulte et le vacarme improductif. Le choix est clair et sans ambiguïté aucune. Le peuple éclairé saura de quel coté faire pencher la balance des le 1er tour aux élections de 2019. Un éclairage pertinent et convaincant. Merci

  4. Mes félicitations au coordinateur. Vous abattez un excellent travail et faites une bonne communication. C’est aux opposants de faire connaître ce qu’ils proposent au lieu de tympaniser la population. Bravo

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here