Les cercueils des deux commandos, portés par leurs frères d’armes, ont quitté la cour d’honneur des Invalides après avoir été décorés  à titre posthume.

Il était aux alentours de 10h, ce mardi matin, lorsque le convoi funéraire des deux militaires morts au Burkina Faso dans la nuit de jeudi à vendredi, Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, s’est présenté à l’entrée du Pont Alexandre III à Paris.

Là, plusieurs centaines de personnes s’étaient regroupées afin de rendre un dernier hommage aux soldats. Au passage des deux véhicules, escortés par plusieurs motards de la police, de nombreux applaudissements ont été entendus ainsi qu’une Marseillaise, qui a été entonnée à même la rue.Play Video

Quelques minutes plus tard, le convoi s’est dirigé vers les Invalides où les préparations de l’hommage national se sont poursuivies. Après que les différents corps d’armée ne pénètrent dans la cour de l’Hôtel au rythme du Bagad de Lann-Bihoué, le drapeau tricolore, porté par plusieurs militaires, était également présenté au son d’une nouvelle Marseillaise.

Dans l’attente des deux cercueils, l’Etat-Major de l’armée, ainsi que de nombreuses personnalités politiques dont l’ensemble du gouvernement actuel, prenaient place.Play Video

« La France n’abandonne jamais ses enfants »

Quelques minutes avant l’arrivée des deux dépouilles, c’est au tour du président de la République Emmanuel Macron de faire son apparition. Pendant de longs instants, en compagnie de Brigitte Macron, ce dernier s’est longuement entretenu avec les familles des deux militaires, placées au premier rang. A 11h, les deux cercueils, portés par d’autres membres du commando Hubert, leurs frères d’armes, masqués afin de préserver leur anonymat, sont déposés au centre de la cour.Play Video

Le président de la République a lors entamé un discours emprunt d’émotion, au cours duquel il a tenu à rendre hommage à ces « deux héros », une figure qui apparaît à plusieurs reprises au cours de son allocution d’une vingtaine de minutes. « La France n’abandonne jamais ses enfants », a-t-il également précisé, visiblement ému, soulignant la bravoure, l’abnégation et le sens de l’engagement des deux hommes au cours de leur mission.Play Video

Légion d’honneur 

« Aujourd’hui par votre mort, vous entrez dans la lumière éclatante de l’histoire de notre pays. Nous ne céderons rien des combats pour lesquelles vous vous êtes engagés et avez donné votre vie », a-t-il ajouté en s’adressant aux deux soldats. Il en a également profité pour citer Sophie Pétronin, une autre otage française probablement retenue au Mali: « Je pense à Sophie Pétronin aux mains de ses ravisseurs. Nous ne l’oublions pas. Ceux qui attaquent un Français doivent savoir que jamais notre pays n’abandonne ses enfants », a déclaré le chef de l’Etat.

« Au nom de la République, je vous fais chevaliers de la Légion d’honneur », a-t-il déclaré en terminant son allocution face aux familles. Il a ensuite remis la décoration sur les deux cercueils recouverts du drapeau français.Play Video

A la fin de la cérémonie, les cercueils des deux commandos, portés par leurs frères d’armes, ont quitté la cour d’honneur des Invalides, les familles et le couple Macron à leur suite alors que les militaires entonnaient a capella « loin de chez nous en Afrique ».

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here