XALIMANEWS : Après Karim Wade ensuite Khalifa Sall, tout porte à croire que c’est autour de Sonko d’aller en prison. Les opposants les plus radicaux et les plus menaçants vont en prison, mais pas en même temps. Macky Sall est dans une stratégie de dispersion des forces de l’opposition.

Jamais deux opposants en prison en même temps. Après avoir gracié Karim Wade, le chef de l’Apr a fait enfermé ensuite l’ancien maire de Dakar, Khalifa Sall. La semaine dernière, contre toute attente, il lui a accordé une grâce présidentielle. Aujourd’hui, tout porte à croire que c’est le tour du député et leader de Pastef d’aller faire un tour à Rebeuss, après la libération surprise de Khalifa Sall. En effet, l’avocat de Mamour Diallo a annoncé la couleur depuis très longtemps. A plusieurs reprises, El Hadj Diouf a déclaré que si l’Assemblée nationale, qui examine aujourd’hui les conclusions de la commission d’enquête parlementaire blanchit son client, ce qui devrait être le cas, le contraire serait un miracle, Mamour Diallo va porter plainte contre Ousmane Sonko. Et lui, va demander immédiatement le mandat de dépôt et l’emprisonnement du leader de Pastef. Le chef de l’Alliance pour la République (Apr) semble être dans une stratégie d’emprisonnement des opposants les plus radicaux et les plus en vue de la scène politique. Mais il est également dans une dynamique de dispersion des forces de l’opposition. Macky Sall veut éviter certainement une jonction des forces de l’opposition. Les opposants ne vont pas en prison en même temps.
En cas d’emprisonnement, Ousmane Sonko aura certes des soutiens au sein des partisans de Khalifa Sall et du Pds, mais un soutien des bouts des lèvres.
En effet, en libérant Khalifa Sall, Macky Sall casse la dynamique de mobilisation des partisans de ce dernier. Les khalifistes vont certainement soutenir Sonko et descendre dans la rue en cas d’incarcération. Mais ils n’auront pas la même hargne et la même détermination eu égard à la libération de leur leader. Même si jusqu’à une date récente Ousmane Sonko et Barthélémy Dias, le bras droit de Khalifa Sall avaient des atomes crochus. Par le passé, ils ont organisé une manifestation improvisée au centre ville. Les libéraux, n’en parlons même pas. Avec le vent de réconciliation qui souffle entre leur leader et le président de la République, très peu d’entre eux bougeront le petit doigt pour se battre pour le leader de Pastef. Et cela malgré les récentes rencontres et les relations qui semblent être au beau fixe entre Abdoulaye Wade et Ousmane Sonko. Le leader de Pastef risque également de faire les frais de la réconciliation entre le président de la République Macky Sall et son prédécesseur Abdoulaye Wade. Et cela, malgré aussi les excellentes relations entre le Pape du Sopi et le leader de Pastef. On se souvient que le leader de Pastef avait interrompu sa campagne électorale lors de l’élection présidentielle pour venir rencontrer Abdoulaye Wade à Dakar. Par la suite, les deux hommes se sont rencontrés au moins à deux reprises.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here