Le maître coranique, Mohamed Moussa Seydi a été attrait hier, à la barre des flagrants délits de Dakar pour viol sur sa belle-fille, R.S âgée de 12 ans. Il risque 10 ans de prison ferme si le réquisitoire du ministère public est appliqué. En effet, les faits ont eu lieu à Colobane. C’est avec les yeux embués de larmes que la victime a narré l’acte sexuel que son beau-père lui a fait subir. Selon R.S, son beau-père a abusé d’elle à deux reprises. « La première fois, il m’avait trouvé seule dans la chambre de ma mère en train de réviser mes leçons. Il m’a conduit de force dans la chambre où il enseigne et m’a déshabillé pour entretenir des relations sexuelles avec moi. Il a enlevé son sexe et a essayé de me pénétrer mais en vain. Il a ensuite introduit son doigt avant de me laisser partir. La deuxième fois, son beau-père l’avait trouvé en train de laver la vaisselle dans la cour. Il l’a appelé dans la même chambre avant d’abuser d’elle. Et à chaque fois, elle me menaçait d’abréger sa vie ou celle de sa mère si elle en pipait mot. La troisième fois, j’étais en train d’apprendre mes leçons, quand il m’a conduit encore dans la chambre pour me déshabiller et coucher avec moi » a-t-elle relaté face au juge la voix entrecoupée par des pleurs.
Après avoir subi les assauts répétés de son bureau qui n’est personne d’autre que le mari de sa mère et son maitre coranique, R Seydi a ressenti de vives douleurs abdominales et éprouvait de la peine pour marcher. Réveillée par sa maman pour aller à l’école, la fillette qui n’en pouvait plus a confié à sa mère qu’elle était malade. « En effet, quand j’ai voulu en savoir plus, j’ai constaté qu’elle peinait à marcher et elle ne voulait pas aussi qu’on touche ses parties intimes. Aussitôt, je me suis souvenu qu’un jour j’avais trouvé son slip dans la chambre qui sert de bureau de travail à mon mari. Quand j’ai interpelé ce dernier, il m’a dit qu’il ne savait pas comment le slip est arrivé là. J’ai ensuite posé la question à ma fille qui ne savait que répondre », explique-t-elle. Elle a failli tomber à la renverse quand l’homme de l’art lui a certifié que sa fille a fait l’objet d’un viol. Muni d’un certificat médical qui fait état de défloraison et de taches jaunâtres avec une odeur nauséabonde, la maman de la victime ne sait pas fait prier pour porter plainte contre son mari Mohamed Moussa Seydi pour viol et pédophilie. Interpellé à son tour, le prévenu s’inscrit en faux contre les déclarations de sa présumée victime, avant d’accuser sa femme d’adultère.
Le prévenu accuse sa femme d’adultère pour se dédouaner

Le maitre coranique estime que sa belle-fille raconte des contre-vérités et accuse son épouse d’adultère. « C’est une cabale qui a été monté contre moi par sa mère pour se venger », pense-tt-il. À en croire le prévenu, au mois de février 2017, « il a surpris sa femme en plain adultère dans leur maison conjugale alors qu’elle était enceinte ». Ce qui lui a amené d’ailleurs a refusé de baptiser l’enfant. « Depuis lors mon épouse me garde une dent en cherchant ainsi de salir ma réputation », dit-il pour se défendre. C’est archi-faux il dit des contre vérité, a répliqué la génitrice de la victime. Pour sa part, l’avocat de la partie civile, Me Abdoulaye Sène a réclamé 50 millions de francs Cfa par la réparation du préjudice. Selon la robe noire, plusieurs éléments concourent à asseoir la culpabilité du prévenu. Il en veut pour preuve la présence du slip dans sa chambre, l’infection sexuellement transmissible décelée chez la fille et qui se trouve être la même dont souffrent les parents. Partageant cet avis, le ministère public requiert 10 ans ferme contre le maitre coranique. Prenant son contre-pied, Me Kanouté informe qu’un jour, la dame a voulu entretenir des relations sexuelles avec son mari. Mais comme ce dernier ne voulait pas la satisfaire, elle est sortie pour aller dans une autre chambre avec un autre. Et quand son mari qu’elle croyait endormi l’a surpris, elle cherche depuis lors à lui trouver la petite bête pour le tenir aussi. « Le temps écoulé entre la découverte du slip et les faits est très grand », souligne-t-il avant de souligner que le certificat médical ne fait pas mention de lésion hyménales. Il plaide la relaxe pure et simple. Délibéré au 17 avril prochain.

1 Commentaire

  1. Moi je pense que ce marabout voulait tout simplement enseigner sur l oreiller le Coran à son élève
    C’est une nouvelle manière d’enseigner appelée Coran alternatif

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here