Seule la victoire est belle comme dit l’adage. Mais quand on y ajoute une manière qui rassure avec rigueur et envie, l’espoir de lendemains meilleurs est soudain permis. L’équipe du Sénégal a eu la particularité hier de rallier tous les suffrages en elle après une prestation d’ensemble encourageante et rassurante face á la Pologne (2-1).

Les coéquipiers de capitaine Sadio Mané, sans éclats, ont fait montre d’une assurance face a un adversaire pré-supposé supérieur (c’est le classement FIFA qui le dit) qui a frisé l’arnaque ou l’abus de respect, tellement les polonais ont paru empruntés, dépassés dans tous les compartiments de jeu et surtout décevants. Est-es-ce un hasard dû á la prestation d’ensemble d’une équipe dans un jour sans ou plutôt le travail savamment planifié d’un staff technique critiqué parce que jugé soit tatillonant ou approximatif dans ses choix? A l’issue de la subterfuge distillé par Aliou Cissé et son staff hier, force est de reconnaitre que c’est presque un pied de nez á ses détracteurs que Les lions ont contribué á servir hier sur la pelouse du Spartak de Moscou.

Le répondant dans le jeu et surtout l’intelligence tactique et l’adaption contextuelle dont a fait montre Aliou Cissé dans son coaching furent une première et une très agréable surprise. A part les 10 dernières minutes ou la débauche d’énergie, la fatigue et le manque de lucidité se sont fait sentir au point de craindre un meltdown, rarement une équipe sénégalaise n’a paru aussi sûre d’elle, aussi déterminée et aussi sereine dans son approche et le déroulement d’un plan de jeu savamment ourdi.

La titularisation de Mame Birame Diouf á la pointe de l’attaque a d’abord eu le mérite de clarifier l’adoption d’un jeu haut de pressing en phase défensive avec un premier rideau composé de l’inusable et précieux baroudeur des Lions. Les excentrés Sadio Mané et Ismaïla Sarr n’ont jamais rechigner á la tache défensive complétant un corridor défensif á quatre ( Mbaye Niang inclus) empêchant aux polonais d’élaborer et de gêner la transmission á partir de leurs bases et de leur moitié de terrain. Le travail de sape opéré par Gana et Alfred Ndiaye préposés á la récupération a eu l’avantage de limiter les espaces et surtout de presser une équipe qui aime garder la possession et dérouler dans le dernier tiers par attaques placées. Résultat : un Lewandowski sevré, un Grosicki et un Milik sans espace donne une Pologne inoffensive.

Vous y ajouter la discipline collective de la défense en ligne , la hargne et l’engagement dans les duels et surtout la détermination d’ensemble sentie et perçue des gradins, vous avez la recette d’une équipe qui n’avait point d’appréhension. Du moins après le déroulement de son plan de jeu exécuté presqu’á merveille.

Tout n’était pas certes fluide et beau, mais la prestation d’ensemble était plus que satisfaisante. L’équipe gagnerait á être moins fébrile quand la fatigue commence á se faire sentir; á certains joueurs d’éviter de trop rouspéter auprès de l’arbitre ou d’en trop faire ( cinéma et simulation) avec la VAR et surtout d’améliorer la fluidité et la précision en phase offensive dans le dernier tiers adverse.

Tout le Sénégal du foot ( avec son peuple) a aimé cette entrée en matière réussie et le mérite en revient surtout au coaching d’un Aliou Cissé sans complexe et réactif á souhait. Et aussi á des joueurs généreux dans l’effort, déterminés et surtout motivés au point de ne point craindre.

Chapeau bas messieurs et on en redemande!

Sportivement

SINDO

2 Commentaires

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here