Des parlementaires suédois ont saisi lundi la justice de leur pays contre le président turc Recep Tayyip Erdogan qu’ils accusent de “génocide” dans les régions kurdes depuis la reprise en 2015 des combats entre l’armée et les séparatistes.

Cinq élus du Parti écologiste et du Parti de gauche ont déposé une plainte devant la Chambre internationale du parquet à Stockholm pour “génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre”, a déclaré Annika Lillemets, une députée des Verts, au cours d’une conférence de presse.

Erdogan visé
Cette plainte “met en cause le président turc Recep Tayyip Erdogan ainsi que plusieurs de ses ministres”, parmi lesquels le Premier ministre et les ministres de l’Intérieur et de la Défense, a-t-elle ajouté.

“Agression” turque
Invoquant des rapports du Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme (HCDH) et de l’ONG Amnesty International, les députés suédois affirment que “de vastes parties du Kurdistan turc ont subi une agression militaire et la destruction du fait de l’Etat/gouvernement turc” entre juillet 2015 et décembre 2016.

“Exécutions”
Dans son rapport publié en mars, le HCDH dénonce “les exécutions extrajudiciaires et le recours excessif à la force” et affirme avoir recensé de “nombreux cas de disparitions, de tortures, de destructions d’habitations et d’édifices du patrimoine culturel”.

Compétence universelle
Les élus à la manoeuvre s’appuient sur une loi de 2014 précisant les qualifications de génocide, crime contre l’humanité et crime de guerre, ainsi que sur la compétence universelle de la justice suédoise qui ces dernières années a ouvert plusieurs enquêtes sur des faits présumés commis en Syrie.

“Effet sur sa politique”
Carl Schlyter, un élu écologiste, dit espérer que d’autres parlementaires en Europe les imiteront. “Si (Erdogan) est empêché de parcourir l’Europe et d’influencer les pays européens comme il veut, j’espère que cela aura un effet sur sa politique”, a-t-il fait valoir.

“Cela peut prendre du temps”
Le parquet a confirmé avoir reçu la plainte des parlementaires. “La police va traiter la plainte et nous déciderons ensuite d’ouvrir ou non une enquête préliminaire, cela peut prendre du temps”, a indiqué un représentant de la chancellerie.

Conflit
Le sud-est de la Turquie est le théâtre d’un conflit entre les séparatistes kurdes et Ankara qui a fait plus de 40.000 morts depuis 1984. Les combats ont repris en 2015 après la rupture d’une trêve qui a sonné le glas des pourparlers de paix avec le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK).

PARTAGER

2 Commentaires

  1. Quand est-que ces hypocrites vont poursuivre ush, Sarkozy, Tony Blair, Obama pour GENOCIDE?
    On est dans un monde d’idiots et d’hypocrites.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here