Au Sénégal, la diversité de la presse écrite et parlée autorise à dire qu’on est loin d’un déclin des libertés médiatiques.
Il n’y a aucune menace de répression gouvernementale sur la liberté d’expression et de réunion.
Ce qui est en cause par contre, c’est la médiocrité du débat public, liée à l’opportunisme et le manque de patriotisme des acteurs politiques.
Le discours politique d’animosité étant une option traditionnelle de l’opposition qui a besoin de faire mouche par l’agitation permanente subjective, a fait perdre aux partis leur substance éducative.
Notre société est immergée dans le culte du discours excessif, saturée de propos démagogiques, calomnieux et offensants.
La recherche effrénée de buzz, les extraits commentés hors contexte, les titres choc sans lien réel avec le sujet traité, sont devenus la règle de la presse sénégalaise.
Les comités de rédaction sont dans une compétition du mieux sensationnel, sans orientation noble et crédible.
Excepté quelques organes qui maintiennent une ligne de conduite honorable, le traitement de l’information n’est plus assujetti à une obligation d’observation de l’éthique et la déontologie.
La qualité du débat public est ainsi infectée par les rumeurs, les titres allusifs et diffamations en lieu et place de faits vérifiés.
Des télévisions privées, sites internet et réseaux sociaux alignés par leurs promoteurs sur des intérêts sordides et obscurs, opposés à la cohésion du pays, distillent et désinforment les citoyens sur les questions essentielles du développement économique, sécurité, cohésion sociale et culturelle.
Je pars du postulat que nous sommes une Nation en construction, nous avons des solidarités à consolider, une conscience nationale à affermir.
Ces objectifs républicains se réalisent seulement lors que les acteurs de la scène publique comprennent et assument leurs responsabilités.
Le réalisme politique attaché à l’exercice du pouvoir, le besoin de raccourcis et la paresse intellectuelle des élites politiques ont contribué à la dévalorisation des pensées et rendre flou les tracées idéologiques entre les organisations.
La question du parrainage est venue démontrer combien certains supposés leaders peuvent être de mauvaise foi.
Ceux qui ont toujours accepté le principe de la rationalisation de notre espace politique, aujourd’hui organisent la levée de bouclier pour s’opposer à son application pratique.
Autant ne pas se le cacher, le cynisme, l’ambition aveugle et l’empressement ont transfiguré certains politiciens en démons.
Pis, ils tiennent un discours souterrain d’instrumentalisation confrérique et ethnique qui les place dans une logique de division des différentes composantes du pays.
S’il faut dire la vérité, crevons l’abcès!
Les succès et la pertinence des Programmes du Président Macky Sall ne sont pas contestés par la plus part de ses adversaires.
C’est plutôt sa personne (pourtant affable, pleine d’humilité), ses origines et son parcours qui font mal aux fieffés démagogues, prétendument nés pour nous gouverner.
Dopés par des prédicateurs niais, les nostalgiques des mallettes du Palais la nuit, manœuvrent en toute fatuité envers et contre la paix civile et la concorde nationale, croyant pouvoir échapper à la furie d’une pluie qui va les mouiller.
Le montage d’images fabriquées qui deviennent une arme redoutable pour la désinformation et la manipulation de l’opinion publique, aux seules fins de nuire à l’adversaire tient lieu de stratégie électorale.
La diffusion outrancière et sans retenue de vidéos commanditées contre les personnalités religieuses et coutumières; les atteintes à l’honneur de la première institution de notre pays, sont les indications d’une désacralisation de la dignité humaine, des agressions dirigées contre la stabilité sociale et politique de notre pays.
Nous avons au Sénégal des centaines de voix dans les radios et télés qui dépassent en ignominie la « Radio des Milles Collines »!
Punir les auteurs de ces agressions sociales criminelles par des dispositions législatives ne suffit pas, il faudra en appeler à la raison et la vigilance des citoyens.
Le Sénégal a besoin de patriotes, des hommes d’action et d’imagination positive, pas de fanfarons envieux et de névrosés ambitieux.
En direction du scrutin présidentiel, coïncidant à l’entrée très probable de notre pays dans une ère de production du gaz et du pétrole, cette surenchère va crescendo.
Aujourd’hui plus que jamais, les sénégalais doivent se serrer les coudes; faire des efforts de discernement et de vigilance à ne pas permettre aux ennemis de notre pays d’interférer dans notre jeu politique interne par le biais de leurs laquais locaux.
Ils ne veulent pas dialoguer, ils veulent l’affrontement, si on entend le plus haineux des tenants du feu, Idrissa Seck.
Si leur acharnement suicidaire à la confrontation devait servir à une clarification nationale, alors tant mieux.
Aux monstres qui gesticulent, nous disons: VOUS ETES TROP PETIT DEVANT DIEU POUR NOUS FAIRE PEUR!
*Ecrivain/Poète
Porte Parole, DSE/APR/Etats-Unis

4 Commentaires

  1. C’EST ENCORE RATÉ !!!
    Oui, quelle légitimité pourrait-on donner à une loi constitutionnelle votée dans un tel contexte de confusion et de violence ? Une constitution doit être un consensus fort ; c’est cela seulement qui peut garantir sa pérennité. Et malheureusement le Président Macky SALL nous a habitués à de telles manœuvres perfides – mais la manœuvre perfide n’enveloppe que ses auteurs (Coran). Au demeurant, nous avons assisté à une répression disproportionnée et manifestement préméditée ; et c’est triste et inacceptable dans un pays de droit et de démocratie – l’histoire retiendra !

  2. Un pays doit avancer et éviter la stagnation par le blocage des politiciens.C’est l’opposition qui a raté une occasion d’aller à la rencontre de la société civile,au lieu de vouloir appliquer deux poids deux mesures ??

  3. Personnellement, je ne n’attends rien de nos hommes politiques, toutes obédiences confondues (pouvoir et opposition), puisqu’il sont tous passés à côté de l’essentiel. Et actuellement, il n’y’a qu’une seule voie pour redresser notre pays au bord du chaos. Oui ! Je reste convaincu – à l’instar des vrais croyants, toutes confessions et toutes obédiences confondues, qu’on ne peut pas édifier une cité juste, paisible et prospère, en dehors de Dieu – l’Omniscient et l’Omnipotent. Et en vérité, il devient de plus en plus évident pour beaucoup d’intellectuels musulmans qu’il faut nécessairement changer de paradigme pour pouvoir élucider les problématiques de l’heure. Oui, il faut une autre approche inspirée de la Religion pour pouvoir décrypter la situation chaotique actuelle que l’approche laïque républicaine ne peut plus appréhender, du fait d’une faiblesse structurelle liée à l’exclusion de la dimension spirituelle dans son champ d’investigation et d’intervention ; en effet, la laïcité, celle que nous avons héritée du Colonisateur, c’est, en d’autres termes, ‘’Dieu entre parenthèses’’ (ou ‘’Tout sauf Dieu’’) ; et c’est dire qu’elle renferme, en elle-même, les germes de son autodestruction, à plus ou moins long terme – Il ne peut pas en être autrement, car toute édification, en dehors de Dieu est inexorablement appelée à la destruction (Cor. 29 : 41-43 – L’Araignée – Al-Ankabût). Ainsi, en se détournant délibérément des commandements d’Allah et de la Tradition du Prophète (PSL) – notre modèle parfait et éternel maître à penser, nos hommes politiques ont refusé le véritable développement et choisi la voie de la perdition ; en témoigne le fait que depuis plus de cinquante ans, aucun homme politique n’a véritablement réussi sa mission ; et ce n’est pas ce gouvernement là qui fera l’exception, malgré toutes les promesses faites sur l’émergence. Il urge de réformer notre vision du monde (au plan politique, économique et social) et de la conformer à la perspective que notre noble religion nous a explicitement tracée. Oui, rompre avec l’option laïque et changer de comportement (moral) ou périr !!! Un débat sur la laïcité s’impose -Une voie obligée pour réorienter notre pays sur la véritable voie de l’émergence !!!

  4. Un répondeur ApéRIEN, c’est toujours quelqu’un qui a avalé son cerveau. Billahi. Comment un humain qui jouit de toutes ses facultés pourrait-il assurer ce rôle ?
    Il faut y ajouter, certains d’entre eux le savent, d’autres l’ignorent, qu’ils ont dans leur soutien des trolls sionistes. C’est facile à vérifier, suivez ceux qui, avec le même pseudo, soutiennent toujours la politique criminel d’Israël, l’exploitation de l’Afrique par l’Occident, qui sont ennemis farouches de l’Islam, sont toujours des souteneurs de Macky Sall. Si l’intelligence servait à quelque chose pour ces ApéRIENS, c’est sur ce point qu’ils auraient médité.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here