XALIMANEWS – Grâce à un appel déposé par son conseil Me Baboucar Cissé, la filiale du défunt Ben Bass Diagne a été «sauvée in extremis». Un «petit» espoir. Le temps que les deux parties, Excaf et la banque islamique du Sénégal (Bis) discutent à l’amiable.

Le journal Libération rappelle qu’une créance estimée à 1,7 milliard de francs Cfa due à la Banque islamique du Sénégal (BIS) est à l’origine de tous les maux. Une somme contractée pour financer l’acquisition de décodeurs et ses besoins en fond de roulement dans le cadre du passage de la télévision analogique au numérique à travers la télévision numérique terrestre (Tnt).

Le siège abritant la RDV sis à la Sodida, ainsi que trois autres immeubles de Excaf devaient être vendus aux enchères.

PARTAGER

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here