Kemy Seba scande d’être une persona non grata en Afrique. Après être expulsé par le Sénégal, il a été chassé hier, en Guinée Conakry. Mal au point, l’activiste politique franco-béninois s’attaque au président Alpha Condé. Selon lui, le chef de l’État de la Guinée est un anti-démocratique et un champion de la corruption qui jouait frauduleusement, ces derniers mois le panafricaniste pour faire taire une jeunesse guinéenne qui grognait face à toutes les dérives dictatoriales du pouvoir. « Le néocolonialisme ne tombera pas seulement en luttant contre l’impérialisme occidental. Il tombera aussi en luttant politiquement, démocratiquement, et pacifiquement, contre ces prédateurs africains qui occupent ces postes de chefs de l’État », assène-t-il.

Le panafricanisme contemporain déclare qu’Alpha Condé autorise les narcotrafiquants à fouler le sol de son pays mais il lui a interdit l’accès au territoire, au motif que « ses conférences politiques risqueraient de créer des troubles à l’ordre public ». Kémy Séba ajoute qu’il souffre pour l’Afrique. Mais il faudra me tuer poursuit-il, pour me mettre à terre ou me faire taire. Je ne suis pas de la race de ceux qu’on musèle.

3 Commentaires

  1. Si monsieur Kémi a la double nationalité Bénino-Française ou d’une quelconque nationalité d’un pays de la CEDEAO, quel état de cette Union pourrait l ’empêcher de vivre dans un de ces pays ?

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here