http://xalimasn.com Le Meilleur du senegal dans le web! Fri, 21 Aug 2015 01:50:35 +0000 fr-FR hourly 1 http://wordpress.org/?v=4.2.4 XARIT Xalam avec Doudou Ndiaye Rose: sublime!!!http://xalimasn.com/xarit-xalam-avec-doudou-ndiaye-rose-sublime/ http://xalimasn.com/xarit-xalam-avec-doudou-ndiaye-rose-sublime/#comments Fri, 21 Aug 2015 01:50:35 +0000 http://xalimasn.com/?p=275209 XARIT Xalam avec Doudou Ndiaye Rose

]]>
http://xalimasn.com/xarit-xalam-avec-doudou-ndiaye-rose-sublime/feed/ 0
Djibo KA, la tête de pont de la politique du grand remplacement !http://xalimasn.com/djibo-ka-la-tete-de-pont-de-la-politique-du-grand-remplacement/ http://xalimasn.com/djibo-ka-la-tete-de-pont-de-la-politique-du-grand-remplacement/#comments Fri, 21 Aug 2015 01:34:14 +0000 http://xalimasn.com/?p=275207 Dans cette période ébouriffante, de la dégradation de l’éthique et de la morale, allant de paire avec une forte déconsidération de l’offre Politique, en ne laissant point entrevoir aucune perspective d’espoir.
Si bien même que, aucune médication ni politique ou économique, n’est plus en mesure de susciter un emballement populaire. Même le mythe du messianisme politique s’est vu fortement désagregé, plongeant ainsi, la ci-devante classe politique dans une situation d’infortune et d’impopularité sans précédent.
Face à cette situation d’impasse et d’enlisement, sans une réelle perspective de retournement; ne faudrait-il pas nécessairement et avant tout, invoquer l’histoire pour comprendre comment : l’élite politique sénégalaise, se comporte parfois comme des rats, pour saborder ,—par un manque de sens de la république — tout un héritage politique et historique très glorieux.
Par exemple, coincé qu’il est —le président Macky Sall, —dans une situation difficile ne le permettant même pas, d’honorer ses engagements politiques. Et ce, sur fond d’une exacerbation de l’incontinence verbale et de reflux revendicatif (politique et citoyen).
Ceci le plongeant dans l’impossibilité même, de tenir la barre de sa promesse sur l’égalité des citoyens. et d’assurer la bonne redistribution des ressources.
A cela, s’ajoute une manifestation des inégalités sociales, qui se creusent davantage, sur fond de népotisme, de clientélisme et de favoritisme. Et pis, il (le président Sall) en arrive même à chercher à maintenir le cap, dont il a juré devant le peuple sénégalais d’infléchir.
Faceà un tel fiasco désarmant, le président chercherait à expérimenter un scénario catastrophe pour les remous du « Wax Waxeet » en perspective. Remous qui seraient l’avant poste d’un « effroyable cataclysme politique » au Sénégal.
Le grand remplacement :
Pour se prémunir de «cet tsunami implacable », le président entend dérouler la stratégie du « grand remplacement » par le truchement d’un « égrégore politique dingue » de fuite en avant et de recul démocratique, pour rajouter au débat national, une « couche diluée ».
Cet égrégore va se charger d’une animation politique malsaine, qui sera appuyée d’orientations dolosives.
Cette funeste entreprise, serait l’œuvre des « briscards » politiques amortis et vieux routiers de l’immoralité politique et du sal boulot.
Et bien entendu, cette animation politique à contre emploi entonnerait une « incantation de cygne » qui sonnerait le tocsin, de la dite majorité présidentielle, en parfaite synergie dans ledit égregore.
Même si tant est que, cet « égrégore politique » requiert: une masse critique et un esprit de groupe. Seulement, le président aurait dû, épingler dans son tableau de chasse, d’autres figures politiques, plus sages et plus positives, que celle de l’image d’un « constant de l’inconstance » que renvoie misérablement DJibo Ka.
Maintenant, que personne ne se fasse d’illusions!
Macky Sall, restitue à — quelques détails près — un « wadisme », tiré vers le bas et de piètre facture.
La rupture n’est pas pour demain, la mal gouvernance et l’impunité ont de beaux restes au Sénégal.
L’orthodoxie financière ne suplantera jamais au népotisme et à l’extravagance financière. Ceux qui s’attendaient à de grandes claques, au collaborationnisme « politico-religieux », seront désenchantés, par le grand retour du marabout politicien, annihilant ainsi, toute lueur d’espoir autour de l’État providence.
C’est cette sentinelle de la démocratie et ces pionniers de la révolution citoyenne, qui sont : « la ligne de mire » de cette politique du « grand remplacement » version sénégalaise. Qui consisterait à recruter un maximum de transhumants, issus des partis déconfits, lors des élections 2012. Mais aussi, des forces réactionnaires défaites et des marabouts lobbyistes et politiciens, qui, — comme des hyènes-charognards congruentes avec les jeux de pouvoir et de la guerre des ressources, ne dédaignent point, d’être des sergents recruteurs, qui s’activent dans l’ombre.
Le president entend regrouper cet impressionnant dispositif estampillé « réactionnaire et alimentaire », parmi les principales « lignes de force » en présence dans la société sénégalaise.
Afin que cette force réactionnaire et alimentaire, pour ne pas dire  » affranchie » de la justice, puisse tenir la dragée haute aux forces vives de la société, sentinelles de la démocratie.
Donc, que les esprits épris de paix et de justice ainsi que les militants des causes justes et démocratiques, soient vigilantes et restes aux aguets. Macky Sall, bousille tout!
C’est le même syndrome qui est en train d’happer la dame, en perte de vitesse, Dilma Rousseff, successeur de Loula. En effet, elle est aujourd’hui menacée de destitution car, elle est au sommet d’une impopularité inégalée jusque-là, en plus d’être à la tête d’une coalition défaite. Dilma Rousseff estime, à tort, que la seule façon pour elle, de terminer à tout prix son mandat, est de s’allier à l’élite brésilienne avec qui, elle vient de passer un accord, ouvrant la voie au démantèlement du fragile État-providence brésilien.
Donc, derrière ce champ de ruines politiques, et l’image eschatologique de la morale, les mains corrosives, des rats (politique et religieux) qui ont sabordé tout un héritage politique, historique et religieux.
Serigne Fallou Dieng
Cercle des intellectuels soufis.

]]>
http://xalimasn.com/djibo-ka-la-tete-de-pont-de-la-politique-du-grand-remplacement/feed/ 0
Daaras, talibés et mendicité au Sénégal: Ce qu’on ne dit pas souvent des grands daaras du payshttp://xalimasn.com/daaras-talibes-et-mendicite-au-senegal-ce-quon-ne-dit-pas-souvent-des-grands-daaras-du-pays/ http://xalimasn.com/daaras-talibes-et-mendicite-au-senegal-ce-quon-ne-dit-pas-souvent-des-grands-daaras-du-pays/#comments Fri, 21 Aug 2015 01:30:48 +0000 http://xalimasn.com/?p=275205 (Vu sous le prisme de l’ecole coranique de Thierno Mollé à Thilogne vieille de 2 siècles)

Que d’amalgame ! De confusion ! De méconnaissance et beaucoup de manipulation. C’est un fléau pour notre pays la mendicité des enfants de la rue qui prend de plus en plus d’ampleur dans nos villes. Les enfants subissent une situation que tout homme sensé et humain doit dénoncer. Quand on les regarde, ceux qui sont parents en premier, ne peuvent étouffer leur révolte, de cette exploitation honteuse de la situation de ces enfants démunis que certains affairistes envoient dans nos rues, pour qu’ils leur ramènent de l’argent, ces enfants les enrichissent. Ceci est révoltant, et doit cesser. C’est l’affaire de l’Etat, des gouvernants, de l’opinion aussi qui doit tirer sur la sonnette d’alarme.

« Grands Daaras et mendicité » quête d’humilité et de piété

Aprés, il y a les Daaras ou Dudal en poular. Des endroits dans certains foyers religieux où des enfants débarquent, depuis plus de deux siècles pour certains daaras, afin d’acquérir de la connaissance et de l’éducation. Le daara de Pire étant le premier de l’Afrique subsaharienne selon les historiens.

J’ai une certaine fierté à dire, que la maison de mes grands parents les « Thierno mollé » de Thilogne dans le quartier de Mollé et il est largement admis que c’est le 2e, mais pour plus de prudence disons que le Daara de Thierno Mollé est aussi un des premiers grands foyers d’apprentissage du coran au Sénégal et en Afrique de l’Ouest après Pire. Une vraie université, qui a perdu son recteur, un des plus érudits contemporain qu’on ait eu: Thierno Abdoul Gadir Ly il y a 8 ans. La reléve étant assurée aujourdhui par Thierno Abdoul Wahab Ly Charane.

Dépositaire de cette histoire, vous comprendrez aisément que je puisse être sensible encore plus que d’autres quand un certain amalgame est entretenu entre les enfants qui errent dans la rue, exploités par de faux dévots comme l’expliquent très bien le doyen Mandiaye Gaye dans son récent article sur le sujet, et les enfants qui apprennent le coran, qui sont dans des foyers religieux sérieux pour faire l’apprentissage de la vie. Ils y apprennet le coran mais aussi le loukha, le tafsir, le Siireu, le fikkou, la charia etc…

Ces foyers nous ont donné les plus grands érudits dont nous nous targuons aujourd’hui, ces gens qui guident la majorité des sénégalais dans leur foi. Ces foyers de savoir et de lumière méritent donc notre respect et il mérite qu’on s’intéresse à eux, à leur daaras et à leur systéme. Le chemin initiatique pour les enfants qui y viennent a suggéré qu’on les mette à la mendicité pour la recherche de la pitance quotidienne afin de leur inculquer surtout l’humilité et la démystification des choses matérielles. Les plus grands érudits sont passés par là, et le livre « l’aventure ambiguë » du respectable Cheikh Hamidou Kane, nous conte d’une très belle façon, ce que c’était ce cursus dans notre cher Fouta éternel , surtout avant l’arrivée de l’école coloniale et le déchirement qu’a été cette rupture dans l’apprentissage des enfants observée dans le milieu haal poular.

Thierno Seydou Nourou Tall ( almoudo chez El Hadji Amadou Moctar Sakho) , Thierno Bocar Sidikh Ly (almoudo chez El Hadji Amadou Moctar Sakho) , Thierno Hamet Baaba Talla ( almoudo Chez Thierno Yéro Baal Hane de Guidjilone), Thierno Ahmadou Ba (Serigne Touba), El Hadji Malick Sy, Baaye Niasse, Thierno Mody Bocar de Bokidjiawé, Thierno Mamadou Saidou Ba (almoudo chez Thierno Hamet baaba à Thilogne ) tous ces érudits ont tous suivi ce cheminement.

Rôle des Daaras: l’exemple contemporain de Thilogne.

L’université de Thilogne dirigée par feu Thierno Abdoul Gadir Ly a vu passée de grands noms qui sont des guides, des Khalifs actuels: Thierno Baaba Gallé Ndiath (Medina ndiathbé), Thierno Amadou Tall de Thierno Muntaga, Thierno Bocar Alpha BA (Horéfondé), Serigne Mbaye Sy dit « Ndiol Fouta » de Seydi Abdoul Aziz Sy Dabbaakh, imam Mouhamadoul Habib Ly, Thierno Mamad Cheikhou de Galoya et la liste d’hommes de science respectable qui ont fait ces types de daara est longue.

Ceux-ci étaient des « fils de » il y avait aussi dans ces différentes promotions des étrangers, des maliens, des mauritaniens et beaucoup de nigérians et de guinéens….. Mais aussi, et c’est là où se trouve mon sujet, des fils d’anonymes. Des jeunes venus de familles modestes, venus de familles pauvres matériellement, de jeunes garçons qu’on déposa à la porte des foyers comme ceux de Thilogne, de Tivaouane, de Coki, de Pire, de Touba, de Medina Baaye, De Medina Gounass, Horéfondé, Matam etc… sans que les parents ne paient quelque chose. Ces foyers traditionnels avec les recteurs qui les ont dirigé, comme les daaras récents de Thierno Samassa à Matam de Thierno Bousso ou de Mariama Niasse, pour ne citer qu’eux s’acquittent encore d’un rôle honorable d’éduquer, d’instruire, de loger et de nourrir des milliers d’enfants jusqu’à leur âge adulte sans qu’on leur ai demandé de payer quoique ce soit. C’est un engagement moral et divin que se sont donnés ces maisons, ces foyers religieux et aidés des habitants de leurs villages, qui recueillaient des talibés pour leur faire le linge, leur donner le manger et défois leur offrir le toit. Tous n’y ont attendu que de la baraka et la miséricorde d’Allah.

Donc ces daaras là, on leur doit reconnaissance pour oeuvre d’utilité publique dans une délégation de mission publique implicite, surtout nous musulmans, mais aussi pour nous citoyens. Ils se sont substitués pour certains jeunes et pendant des siécles à la force publique, pour l’éducation et l’instruction de ceux-ci. Aprés l’instruction de ces jeunes futurs guides, des cérémonies leur étaient organisées, chez eux dans leur village, pour les revaloriser, avec le « lizzeu » diplome très valorisé pour ceux qui ont emprunté l’enseignement arabo-coranique en main comme sésame.

Si aujourd’hui l’Etat réfléchit sur une réforme des daaras pour aider ces Daaras là à se financer, à se moderniser, à se développer, à mieux se structurer et à se réformer, il faut l’encourager car, les grands daaras accomplissent une mission d’utilité publique.

Sinon ils continueront dignement à accomplir leur serment fait devant Allah de servir l’enseignement du coran et de la Sunnah de Mohammad, et ceci avec l’aide des associations de leurs anciens élèves et des bonnes volontés, ils s’en sortiront tant bien que mal inchallah. MAis il est du rôle de l’Etat d’arrêter cette exclusion organisée des arabisans.

Quelles solutions contre la mendicité des enfants de la rue.

Quant aux enfants de la rue c’est un système qui s’apparente à un trafic d’humains tout simplement. Il faut proposer des solutions viables et opérationnelles à ce fléau et arrêter le sensationnalisme béat. On se révolte et s’indigne depuis longtemps et ça ne change en rien pour ces « pauvres » enfants de la rue.

Il faut que l’Etat mettre en place des solutions prenant en charge
– leur hebergement avec des structures spécialisées
– la prise en charge de leur éducation et de leur insertion sociale
– la prise en compte psychologique et médicale par rapports aux nombreux enfants qui vivent un comportement addictif vis à vis de la drogue, avec des structures médicales spécialisées pour l’enfance.

Tout ceci aura un coup financier de façon certaine et coutera des milliards en terme d’investissement à la communauté. L’état doit prendre en charge ce problème de façon structurelle et sérieuse. Ces problèmes que connaissent notre capitale ont été réglées ailleurs avec une relative facilité du moment où la volonté politique est réelle.

Le misérabilisme qu’on aime afficher sur ces enfants de la rue accompagné de l’acquis de conscience que se donnent certains à leur offrir ndogou et ndékki (peti’dej , repas, lait …) ne sont pas la solution pour éradiquer ce fléau. Mais chez nous on aime ne pas régler nos problèmes, on les traine et adorons nous lamenter devantl’oeil impuissant du pouvoir politique.

Tout ceci est révoltant ! Le ministère de la femme de la famille et de l’enfance et celui de l’éducation sont interpellés sur le sujet. L’épineux probléme des enfants de la rue ménent souvent à des amalgames dangereux contre les daaras qui ont besoin de l’appui de l’Etat et de notre estime.

Mohamed Ly un Ceerno Mollé dans temps modernes.

]]>
http://xalimasn.com/daaras-talibes-et-mendicite-au-senegal-ce-quon-ne-dit-pas-souvent-des-grands-daaras-du-pays/feed/ 0
Macky élimine Karimhttp://xalimasn.com/macky-elimine-karim/ http://xalimasn.com/macky-elimine-karim/#comments Fri, 21 Aug 2015 01:02:03 +0000 http://xalimasn.com/?p=275197 Xalima-News- La condamnation de Karim Wade est définitive. Ainsi en a décidé la Cour suprême. Il restera en prison jusqu’à l’après présidentielle de 2017 dont il est le candidat investi de son parti, le PDS. Un coup dur pour le fils de Wade et la formation libérale.

Pourtant, au niveau international, c’était l’embelli pour Karim Wade.Face à Macky Sall, devant le tribunal de Paris,il avait gagné l’Etat du Sénégal (la plainte de l’Etat a été classé sans suite). Face à Macky Sall, devant la cour de la CEDEAO, il avait gagné l’Etat du Sénégal (le tribunal régional avait opposé à son interdiction de voyage).Et en fin, face à Macky Sall, devant devant le groupe de travail de l’ONU, il avait gagné l’Etat du Sénégal (sa détention a été jugé arbitraire). C’est au niveau national qu’il a perdu le combat le plus important. Mais un combat qu’il ne pouvait gagner vu le caractère politique du procès. Un combat dont le verdict était connu d’avance, tant par la violation de la procédure, tant par la nature inique de la CREI.
Bref, c’est « L’image de la justice sénégalaise écornée par les irrégularités du procès de Karim » comme l’écrit le site Internet du journal Français, Le Monde.
Une image non seulement écornée par les manquements. Mais des magistrats aux ordres de l’exécutif.
« Je suis un prisonnier politique », avait clamé Karim Wade, au premier jour de son procès. Avait-il raison. Dans la conduite de la procédure, et de la peine prononcée, tout concourt à faire croire que Macky Sall ne veut pas avoir Karim Wade comme adversaire en 2017.
Karim Wade a ripoliné son image.Il s’est montré endurant dans l’épreuve, gagné en légitimité politique, populaire. En fait il s’est présidentialisé. Il a fait main base sur le PDS. Le PDS, c’est Abdoulaye Wade, son père. Le PDS, c’est les 35% de Abdoulaye Wade, qui peut être estimé aujourd’hui à 20 À 25%. Donc suffisant pour mettre Macky Sall en ballottage et l’amené au second tour. Rappelons que Macky est allé au second tour avec 25% .
Donc un adversaire (de grande taille) de moins pour Macky Sall. Mais la bataille est loin d’être gagnée. Un candidat peut en cacher un autre

]]>
http://xalimasn.com/macky-elimine-karim/feed/ 0
Doudou Ndiaye Rose: La Chair Même Du Tambour ! Amadou Lamine Sall Poètehttp://xalimasn.com/doudou-ndiaye-rose-la-chair-meme-du-tambour-amadou-lamine-sall-poete/ http://xalimasn.com/doudou-ndiaye-rose-la-chair-meme-du-tambour-amadou-lamine-sall-poete/#comments Fri, 21 Aug 2015 00:56:04 +0000 http://xalimasn.com/?p=275200 Tu connaissais tous les chemins, tous les secrets de la percussion, comme ceux à qui Dieu a donné de connaitre tous les chemins de la connaissance. L’Afrique dans ce qu’elle possède de plus précieux, a toujours mis l’accent sur la formation de l’homme. J’ai retenu de toi cette lancinante et invincible leçon : chérir la tradition de nos pères. Le mien est mort et j’avais moins de 10 ans. Cela a pourtant suffi pour me marquer au fer rouge et me rendre à jamais jaloux des trésors de nos valeurs et de nos traditions. Doudou, tu n’étais pas seulement un artiste. Tu étais un livre. Tu étais un annuaire. Tu rappelais toujours, comme l’autre, que la naissance est le messager de la mort. Ta vie, ton incomparable vie, a été bien remplie. Le navire ressemblait au marin. Ton nom, ton beau nom rythmique et cadencé, Doudou Diane Coumba Rose, comme un poème, a traversé les océans. Tu avais réussi par ton génie et ton goût effilé d’aller à la rencontre des autres, par prouver que toute la terre est ta patrie, puisque l’homme est fait de terre. Nous ne serons pas les seuls à te pleurer. Ton tombeau ne sera pas ton seul lieu d’éternité. Tu vivras et bien longtemps, au-delà de tes contemporains, dans le cœur des générations d’artistes à venir, loin dans le temps et les siècles à venir.
Doudou, nous t’avons beaucoup, beaucoup aimé. Tu n’étais pas un charlatan déguisé en artiste. De la maitrise de ton art, tu avais fait une armure. Le respect et l’admiration que te vouent la communauté artistique à travers le monde, ne seront pas aisés à égaler. Ton héritage sera lourd à porter. Ce qui te différencie des autres, de tous les autres, c’est que tu n’appelais pas les artistes à te suivre, mais à te devancer. C’est une rare et belle leçon de générosité. Nos artistes ne font souvent face qu’à leur propre et unique avenir. C’est le moi-moi perpétuel. C’est le problème presque global d’une société incapable d’inventer l’avenir pour les autres, de donner un sens à la vie des autres, de proposer un projet pour les autres. Nous nous souvenons des mots de Gide:  » Un bon maître a ce souci constant: enseigner à se passer de lui ». Au-delà des jeunes Sénégalais et Africains, de jeunes japonais, de jeunes américains, de jeunes français, de jeunes suédois et hollandais ont écouté et suivi tes leçons d’artiste créateur.
Doudou, tu as porté très loin le Sénégal. Tu m’as appris que la culture, c’est d’abord que chacun de nous sache d’où il vient. C’est bien du singulier que nous accédons à l’universel. Tu m’as appris que ce n’est pas parce que l’art doit servir l’art que l’art doit cesser d’être politique. Tu as été bien amer, au regard de ce que ton pays ne semblait pas te donner. Ta prise de parole d’artiste a toujours montré du doigt les murs lépreux des politiques. Pourquoi donc cette longue autoroute à péage tant décriée, aux tarifs inaccessibles, entre les hommes politiques et les artistes? L’imaginaire des artistes doit être relayé par l’imaginaire de l’Etat pour que le Sénégal reste le Sénégal. L’art aura toujours plus de pouvoir que la politique. L’histoire le démontre à volonté. Tu as fait mentir, par ailleurs, ceux qui aiment à dire que le monde aura fini et l’Afrique n’aura pas avancé. La terre promise n’est pas ailleurs. Elle est ici. La citoyenneté, c’est avoir son pays à l’intérieur de soi-même. Tu nous l’as prouvé, Doudou. Tes percussions étaient irrésistibles, mais tu étais devenu plus irrésistibles qu’elles. Tu nous a raccordés à tous les autres peuples du monde, par ton art, par ton nom. En toi, nous avons aimé et avons été rassasiés et par l’arbre, et par les fleurs et par les fruits.
C’était à Joal, en juillet dernier. Tu étais venu prendre part à mon intronisation chez les Sérères, comme Salma. J’en étais touché et profondément bouleversé. En prenant la parole tu avais évoqué ton invincible amitié avec Senghor. Tu avais, au bout de l’émotion, souhaité voir ton école de percussion, celle qui a occupé tous tes rêves, être érigée un jour, à Joal. Cette confession, les Joaliens ne l’oublieront pas. Nous tenterons de tenir en courte laisse ce projet, malgré l’insoutenable misère de nos moyens. Puissent tes enfants, tes proches admirateurs, l’Etat du Sénégal, les pays amis et les institutions financières internationales entendre ton appel et réaliser un jour ton rêve.
Te souviens-tu de notre voyage en Guyane française où jusque dans la forêt amazonienne tu as été adulé et fêté ? Tu m’as toujours nommé, aimé, chéri, protégé, soutenu. Ta disparition m’a foudroyé !
Tu avais souhaité que je puisse diriger ton projet d’écrire un livre sur ta vie. Le temps a cruellement manqué, en plus d’avoir voulu, ensemble, fils de la rigueur, déjouer la fosse commune où sont tombés tant de récits hâtifs et vite oubliés. Pour ma part, avec le recul et ta disparition brutale, je regretterais toujours de ne pas t’avoir enfermé dans une cage et faire ce livre avec toi.
Doudou, tu nous laisses dans une grande solitude. Le soleil et la lune, dit-on, ne brillent pas ensemble, mais ils peuvent s’éclipser ensemble, comme en ce jour où nous te pleurons. Oui, c’est bien la nuit noire. Tu avais « une manière pure d’être au monde et qui rendait le monde léger ». Il a été écrit qu’ « entrerons au Paradis des personnes dont les cœurs sont semblables aux cœurs des oiseaux ». Doudou, si cher Doudou, sûr que tu es à la droite du Père dans un jardin jamais rêvé.
Ce que ce pays te doit, à toi aussi, n’a ni un nom ni un prix. Tu as fini par représenter quelque chose de plus grand que lui. Dors en paix le bien-aimé.

]]>
http://xalimasn.com/doudou-ndiaye-rose-la-chair-meme-du-tambour-amadou-lamine-sall-poete/feed/ 0
Procès Karim Wade: Cheikh Yerim Seck invité de Sen Showhttp://xalimasn.com/proces-karim-wade-cheikh-yerim-seck-invite-de-sen-show/ http://xalimasn.com/proces-karim-wade-cheikh-yerim-seck-invite-de-sen-show/#comments Fri, 21 Aug 2015 00:16:09 +0000 http://xalimasn.com/?p=275198 Procès Karim Wade: Cheikh Yerim Seck invité de Sen Show

]]>
http://xalimasn.com/proces-karim-wade-cheikh-yerim-seck-invite-de-sen-show/feed/ 0
Afrobasket- Gorgui Sy Dieng fait le spectaclehttp://xalimasn.com/afrobasket-le-senegal-domine-le-maroc-gorgui-sy-dieng-fait-le-spectacle/ http://xalimasn.com/afrobasket-le-senegal-domine-le-maroc-gorgui-sy-dieng-fait-le-spectacle/#comments Thu, 20 Aug 2015 23:16:27 +0000 http://xalimasn.com/?p=275192 L’équipe nationale masculine de basket du Sénégal a remporté, jeudi soir, son premier match dans le cadre de l’Afrobasket 2015 qui se déroule en Tunisie en battant les Lions de l’Atlas du Maroc sur un score serré de 76 à 71.

Le pivot sénégalais Gorgui Sy Dieng a fait preuve d’une bonne présence au niveau de la raquette en marquant coup sur coup.

Le sociétaire de Minnesota à la NBA américaine a été le meilleur marqueur sénégalais en scorant 24 fois et en réussissant 15 rebonds.

Les Lions de la Téranga l’ont finalement remporté sur le score de 76 à 71, réussissant ainsi leur entrée en matière dans la poule B de cet Afrobasket qui se déroule en Tunisie.
aps

]]>
http://xalimasn.com/afrobasket-le-senegal-domine-le-maroc-gorgui-sy-dieng-fait-le-spectacle/feed/ 0
Afrobasket : Le Sénégal S’impose Face Au Maroc (76-71)http://xalimasn.com/afrobasket-le-senegal-simpose-face-au-maroc-76-71/ http://xalimasn.com/afrobasket-le-senegal-simpose-face-au-maroc-76-71/#comments Thu, 20 Aug 2015 23:04:23 +0000 http://xalimasn.com/?p=275189 L’équipe nationale masculine de basket du Sénégal a remporté, jeudi soir, son premier match dans le cadre de l’Afrobasket 2015 qui se déroule en Tunisie en battant les Lions de l’Atlas du Maroc sur un score serré de 76 à 71.

L’entame du match semblait facile pour les Lions de la Téranga qui ont dominé 17 à 10 le premier quart temps, mais c’était sans compter sur la détermination des marocains qui ont décidé de sortir de leur zone pour revenir au score.

Le début du deuxième quart temps a été un véritable chassé-croisé entre les deux formations qui étaient à égalité 19 partout. Ce score de parité était de mise tout au long de ce quart temps (21 partout, 24 partout, 26, puis 28). Le chassé-croisé s’est poursuivi jusqu’à la mi-temps (34 partout).

Le troisième quart temps s’est presque déroulé sous les mêmes auspices, même si les protégés du coach Cheikh Sarr ont finalement obtenu une avance de sept points (58-51) à l’issue de ce quart temps.

Au cours d’un quatrième quart temps très disputé jusqu’au bout, le pivot sénégalais Gorgui Sy Dieng a fait preuve d’une bonne présence au niveau de la raquette en marquant coup sur coup.

Le sociétaire de Minnesota à la NBA américaine a été le meilleur marqueur sénégalais en scorant 24 fois et en réussissant 15 rebonds.

Les Lions de la Téranga l’ont finalement remporté sur le score de 76 à 71, réussissant ainsi leur entrée en matière dans la poule B de cet Afrobasket qui se déroule en Tunisie.

]]>
http://xalimasn.com/afrobasket-le-senegal-simpose-face-au-maroc-76-71/feed/ 0
Les avocats de Karim Wade critiquet sévèrementhttp://xalimasn.com/les-avocats-de-karim-wade-critiquet-severement/ http://xalimasn.com/les-avocats-de-karim-wade-critiquet-severement/#comments Thu, 20 Aug 2015 23:01:17 +0000 http://xalimasn.com/?p=275184 COMMUNIQUE

Ce jeudi 20 aout 2015, la Cour Suprême du Sénégala rejeté le pourvoi en cassationdu prisonnier politique Karim Wade, contre l’arrêt du 23 mars 2015, de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI)le condamnant injustement.

Par cette décision grave et scandaleuse dans un État de droit, la Cour Suprême du Sénégal confirme et cautionne plus d’une centaine d’irrégularités et de violations commises par la CREI, tant des lois sénégalaises que des instruments juridiques internationaux signés et ratifiés par le Sénégal et intégrés dans sa Constitution.

Dans cette affaire caractéristique d’un complot politico-judiciaire, la Cour Suprême du Sénégal a choisi de défendre le régime du Président Macky Sall afin de liquider son challenger politique pour l’empêcher de se présenter à la prochaine élection présidentielle.

La parodie de justice a enfin été confirmée à la Cour Suprême où l’un des Juges, ancien Directeur de Cabinet du  Ministre de la Justice, à l’origine des poursuites, a siégé malgré la demande de récusation et a publiquement affirmé, avant le jugement, «ceux qui ont abusé des deniers publics le paieront à tout prix».

Les Juges de la CREI ont été choisis par le régime duPrésident Macky Sallpar appel d’offres pour les poursuites, l’instruction et le jugement de Karim Wade.

La plupart des Juges de la Chambre Criminelle qui ont rendu l’arrêt de rejet, ont été tous nommés pour le jugement de Karim Wade, après l’arrêt de la CREI du 23 mars 2015.

La Cour Suprême elle même a procédé à de nombreuses violations des droits fondamentaux de Karim Wade, notamment de son droit à un procès équitable, obligeant la défense à quitter l’audience pour ne pas cautionner la parodie de justice.

Karim Wade et sa défense dénoncent l’instrumentalisation de la justice sénégalaise à des fins politiques.

Le refus de l’État du Sénégal et de sa Cour Suprême de se conformer à l’avis n°4/2015 du 20 avril 2015, du Groupe de Travail des Nations Unies sur la détention arbitraire, et à l’arrêt de la Cour de Justice de la CEDEAO du 22 février 2013, sont indignes de l’État du Sénégal.

Cependant, l’opinion nationale et internationale doit savoir que Monsieur Karim Wade et sa défense, restent déterminés afin que l’avis du Groupe de Travail déclarant arbitraire sa détention, constatant le procès inéquitable, le mandat de dépôt sans fondement légal et exigeant la réparation intégrale de son préjudice à la charge de l’État du Sénégal, soit entièrement mis en œuvre et appliqué par celui-ci.

]]>
http://xalimasn.com/les-avocats-de-karim-wade-critiquet-severement/feed/ 0
Mamadou Salif Ndiaye est décédé en regroupementhttp://xalimasn.com/mamadou-salif-ndiaye-est-decede-en-regroupement/ http://xalimasn.com/mamadou-salif-ndiaye-est-decede-en-regroupement/#comments Thu, 20 Aug 2015 22:55:15 +0000 http://xalimasn.com/?p=275185 L’équipe nationale olympique est en deuil. En effet, Mamadou Salif Ndiaye, pensionnaire de Suneor a rendu l’âme alors qu’il était en regroupement au centre technique de Toubab Dialaw
Comme annoncé sur sa page Facebook, la Suneor confirme le décès du joueur Mamadou Salif Ndiaye. Décès survenu dans la nuit d’hier alors qu’il était en regroupement avec les U23 pour la préparation des Jeux africains prochains (4 au 15 Septembre prochain). Souffrant depuis un certain temps, le joueur de la Suneor avait même rejoint Ziguinchor entre-temps. A son retour en début de semaine, tout semblait aller mieux et rien n’était à signaler. Malheureusement il rend l’âme dans la soirée du mercredi alors qu’ils avaient débuté leur stage ce mardi dernier.
pressafrik
Fédération sénégalaise de football

COMMUNIQUE

Suite au décès de Mamadou Salif ndiaye, joueur de la SUNEOR de Diourbel et pensionnaire de la Sélection nationale U23 (Olympique) de football du Sénégal, la Fédération Sénégalaise de Football informe que, sur demande de sa famille, la levée du corps est finalement programmée le samedi 22 août 2015 à 08h 00 à la morgue de l’Hôpital Principal de Dakar.
Son acheminement sur Ziguinchor est prévu le même jour à 10h 00 à l’aéroport militaire de Ouakam.
Il sera inhumé le même jour à 14h 00 au Cimetière Musulman de Belfort.

]]>
http://xalimasn.com/mamadou-salif-ndiaye-est-decede-en-regroupement/feed/ 0