XALIMANEWS : Selon des informations de Libération, des cliniques privées non agréées ont été répertoriées par le ministère de la Santé, grâce à l’inspection des services, qui a permis de découvrir la magouille. A l’en croire, un agent, formellement identifié vendait de faux agréments à des particuliers pour ouvrir leurs cliniques.
Pour bénéficier de l’agrément sous forme d’arrêté, les demandeurs doivent monter tout un dossier : copie certifiée du diplôme, acte attestant que le demandeur n’est pas en activité dans la fonction publique, lorsque qu’il s’agit d’un agent de l’Etat, fournir une décision de retraite ou une décision de radiation, un avis du médecin chef de district du lieu d’implantation, un plan de masse visé par le cadastre, le personnel (effectif et contrat de travail). Mais dans ce cas de fraudes, l’individu faisait simplement payer un montant convenu entre les deux parties pour fournir le document.

Le journal informe qu’une plainte du ministre de la Santé, Abdoulaye Diouf Sarr, a été déposée sous le couvert de l’Agent judiciaire de l’Etat. Qui, à son tour, a saisi le Procureur de la République. Plusieurs d’entre elles sont menacées de fermeture.

1 Commentaire

  1. Il faudrait que la justice frappe très fort, pour que jamais plus ce genre de fraude ne se reproduise plus jamais ! C’est pareil en ce qui concerne l’impôt sur les bénéfices des entreprises, privées nationales comme étrangères ! Ce sont des centaines de milliards que le trésor pourraient recouvrer si des contrôles drastiques étaient faits !

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here