Il y a une chose dans cette saison 8 de Game of Thrones qui mettra tout le monde d’accord : ses plans incroyables et sa mise en scène impressionnante. Et on pense notamment aux épisodes 3 et 5, les deux grandes guerres de la saison : celle de Winterfell et celle de Port Real. Miguel Sapochnik a réalisé 6 épisodes pour la série : The Gift (saison 5), Hardhome (saison 5), Battle of the Bastards (saison 6), The Winds of Winter (saison 6), The Long Night (saison 8) et The Bells (saison 8). Six parmi les plus impressionnants et les deux épisodes qui nous intéressent ici nous ont offert des séquences époustouflantes, d’un spectacle inégalé à la télévision.

FLOP : le manque de réponses sur le Night King

Le Night King est arrivé en conquérant à Westeros, détruisant le Mur avec Viserion à la fin de la saison 7. Ce qu’il ne savait pas, c’est qu’il allait tomber sur Arya, qui l’a réduit en morceaux de glaces lors de l’épisode 3 de la saison 8. Emportant avec lui tous ses secrets. Que voulait-il vraiment ? Supprimer Bran et ainsi toutes l’Histoire de Westeros ? Détruire l’humanité ? Quelle était la véritable signification de la spirale ? Rien de tout ça n’a été véritablement expliqué dans la série. Mais on a peut-être une piste.

TOP : la musique de Ramin Djawadi

Ramin Djawadi n’a jamais déçu. JAMAIS. Et dès les premières notes du générique son génie est reconnu. Après nous avoir offert des chefs d’oeuvre comme « The Rains Of Castamere » ou « The Light of the Seven », le compositeur allemand a encore sorti une musique incontournable et qui restera dans les mémoires, avec « The Night King ». 9 minutes qui accompagnent des événements intenses et la mort du Night King par Arya.

FLOP : Cersei Lannister

Si elle est l’une des plus grandes méchantes de l’histoire des séries, cette saison 8 de Game of Thrones aura totalement détruit tout ce qui a été construit pour elle au cours des chapitre précédents. La guerre tant attendue contre Daenerys n’a pas eu lieu. Cela n’a été qu’un affrontement à sens unique entre un dragon qui détruit une ville, et une Reine qui passe 6 épisode à regarder par la fenêtre. Voilà à quoi elle en a été réduit. Ou est passé son vice ? Sa maîtrise de la manipulation ? Son sens du dialogue ? Ce n’est pas la Cersei qu’on a connu, et c’est l’un des gros points noirs de la saison.

TOP : Tyrion Lannister

Quand Tyrion parle, tout le monde écoute. Et ça s’est encore vérifié dans le dernier épisode de la série. Prisonnier parce qu’il a trahi Daenerys, il a fait face à un Conseil des personnes les plus puissantes et influentes de Westeros et… C’est lui qui a mené la danse. Il a choisi le nouveau Roi, mené les débats, obtenu sa libération, et Bran en a même fait sa Main. Une belle récompense pour celui qui aura été l’un des meilleurs personnages de la série, si ce n’est le meilleur. Aimé des fans, il a su déjouer tous les pièges qui lui ont été tendus et a survécu à plusieurs grandes guerres. Si les saisons 6 et 7 ont été décevante en terme d’intrigues et de dialogues pour lui, cette ultime saison l’a remis sur le devant de la scène et lui a offert les meilleures répliques.

TOP : l’épisode 2

Un modèle de storytelling et de développement cohérent de personnages. L’épisode 2 de la saison 8 de Game of Thronesnous a offert un dernier moment de camaraderie, de bonheur, avant l’inéluctable descente aux Enfers pour ses héros. Une nuit avant la grande bataille contre le Night King et les Marcheurs Blancs, plusieurs histoires dans une même résidence. Certains boivent, certains rigolent, d’autres couchent ensemble et d’autres deviennent chevalier. Dans cette saison à vitesse grand V, on retrouve dans cet épisode l’équilibre parfait qui a fait de Game of Thrones un succès.

FLOP : l’épisode 4

Le premier vrai faux pas de cette saison 8 c’est peut-être celui-là. L’épisode 4 a précipité les choses à coup d’incohérences et de facilités. Même David Nutter, qui a réalisé 9 épisodes de Game of Thrones, nous avait habitué à mieux en terme de mise en scène. Si le début est riche en émotion avec l’hommage aux victimes de la Bataille de Winterfell et un réarrangement de la musique « The Night King », le reste de l’épisode n’est pas à la hauteur. La mort de Rhaegal ? Surprenante mais insensée. La mort de Missandei ? Sans choc. Le reste de l’épisode se rate dans sa temporalité.

TOP et FLOP : Daenerys Targaryen

Le personnage qui a suscité le plus de débat cette saison est bien Daenerys. Libératrice des peuples opprimées et Mère des Dragons, la jeune femme incarnée par Emilia Clarke n’a pas survécu à la cruauté de Westeros. Elle a perdu peu à peu ses amis les plus proches, Jorah, Missandei, Rhaegal, trahie par Varys, Sansa et Tyrion, et abandonnée par Jon qui pouvait difficilement supporter le poids de sa véritable identité. Elle s’est retrouvée seule, et n’a eu d’autre choix que de massacrer Port Real, ses bâtiments et ses habitants innocents.

Sa folie destructrice en a choqué plus d’un, mais cette évolution était attendue depuis de nombreuses saisons. Pour autant, le développement du personnage a été raté dans cette saison 8, elle a vrillé beaucoup trop vite et il a manqué une vraie montée en puissance vers la rage, le désespoir, la solitude et la destruction.

TOP : les acteurs

Si le développement des personnages est en partie raté dans cette saison, les acteurs et les actrices de Game of Thrones n’y sont absolument pour rien et au contraire offrent des performances toujours aussi bonnes. Mais on en a l’habitude avec Peter Dinklage, Lena Heady, Maisie Williams ou encore Nikolaj Coster-Waldau. Même Emilia Clarke, qui dont le jeu a oscillé entre le moyen et le très bien au cours des sept saisons précédentes, est parfaite dans son « nouveau » rôle. Avec en point d’orgue, un discours intense et frissonnant devant son armée, après sa victoire contre Cersei.

FLOP : le récit en avance rapide

On en a déjà parlé dans les points précédents, notamment sur l’épisode 4 et l’évolution de Daenerys, mais c’est le plus gros défaut de la saison 8. En six épisodes, difficile de conclure un récit aussi riche, intense et complexe, il a donc fallu faire des sacrifices. Celui de faire passer le spectacle et l’émotion avant le récit et la cohérence. Mais c’est à double tranchant, puisque sans ce développement, LA scène entre Jon et Daenerys a manqué d’émotion et d’ampleur. Le couple entre les deux personnages en est le parfait exemple de ce récit beaucoup trop précipité. Jon – Dany ? On y a jamais vraiment cru.

TOP: un débat toujours aussi enflammé sur la série

Qu’on aime ou pas Game of Thrones, on ne peux pas nier la passion – et parfois la violence – qui anime les débats. Et cette saison 8 a peut-être encore plus déchaîné les passions. Entre l’épisode 3 trop sombre pour certains, un début de saison trop lent pour d’autres, un récit trop rapide, une utilisation et un développement des personnages féminins polémique, des erreurs grossières, des débats sur qui terminera sur le Trône : Twitter a passé six semaines entières à parler Game of Thrones. Et on ne va pas s’en plaindre.

FLOP : Les erreurs grossières

Oui, il y a bien eu un gobelet – qui n’est visiblement pas Starbucks – devant Daenerys et une bouteille d’eau aux pieds de Sam. Comment a-t-on pu les laisser là ? Sur une série si travaillée.

TOP (un peu amer) : les Stark, grands gagnants

La famille Stark a vécu beaucoup trop de tragédies au cours des 8 saisons de Game of Thrones. Ned se fait couper la tête à Port Real, Bran perd l’usage de ses jambes, Sansa est violée, Robb et Catelyn sont sauvagement assassinés lors des Noces Pourpres, Rickon est tué par ce sadique de Ramsay… Ils méritaient un peu de bonheur à la fin de la série, non ? C’est ce qui arrive… En partie. Si Arya, Sansa, Bran et Jon Snow sont bien vivants dans cette conclusion, c’est une vie de solitude et bien amère qui les attend. Sansa gouverne seule le Nord, Arya part explorer l’Ouest de Westeros, Bran devient Roi un peu par défaut, et Jon est condamné à aller derrière le Mur. On est content qu’ils soient en vie, mais on a quand même envie de pleurer pour eux.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here