La communauté des animateurs et publicistes du Sénégal s’est réveillée hier en deuil. Claude Guèye, le célèbre animateur et voix de midi de Radio Sénégal des années 80 et 90, a tiré sa révérence. Il laisse d’innombrables souvenirs à la nouvelle génération d’animateurs et de publicistes qu’il a inspirée et contribué à former. Alioune Diop, Michaël Soumah et Dj Prince témoignent.

Alioune Diop, journaliste à Radio Sénégal : «Il savait atteindre sa cible»
«Quand on parle de Claude Guèye, on fait toujours allusion à la publicité radiophonique qu’il a marquée. Il avait de ces expressions qui faisaient mouche qui lui permettaient d’atteindre sa cible. Je prête beaucoup plus attention à ses capacités à l’antenne. C’est un bon animateur, un bon présentateur d’émissions musicales. Je me souviendrai toujours de ses textes, l’une de ses émissions qui m’a marqué c’est celle où il parlait d’un album de Thione Seck ; c’était dans les années 80. Il avait ce don de bien faire ses publicités et d’assurer une bonne tenue d’antenne avec des textes bien réfléchis. Il a tenu les antennes vers les années 80 à 90 et faisait inévitablement allusion à Sonia (Ndlr : Sokhna Dia, une autre animatrice de Rsi, décédée il y a quelques années) qui était sa complice. Avec Sonia, il formait un charmant tandem et l’intégrait dans ses publicités. Dans les publicités de Claude Guèye, Sonia était devenue une marque distinctive. Il disait : «Mane Claude ak Sonia» (Ndlr : Sonia et moi) et le répétait souvent, même s’il n’était pas évident que Sonia assiste aux soirées.
Je me rappelle, à l’époque on entendait la voix de Claude sans le connaître. Un jour, Le Soleil a fait un reportage sur Claude Guèye avec sa photo et je me souviens toujours de la légende de l’illustration. Beaucoup l’imaginaient autrement, ndeketeyoo… Ce ton humoristique qui empruntait sa propre expression m’avait beaucoup marqué.»

Michaël Soumah, animateur à Dakar Fm : «Il a fait aimer le métier d’animateur à plus d’un»
«Claude Guèye, c’était mon aîné dans le métier. Quand j’étais à Rsi, on était encore très jeune. Donc, on a quelque peu suivi ses pas. C’est quelqu’un que nous admirions à l’époque parce qu’il avait une belle voix, une voix radiophonique. Il aimait ce qu’il faisait et était aussi très professionnel. C’était vers les années 80 et 90 et nous on venait juste de commencer dans ce métier. On le regardait faire, on l’admirait et je peux dire qu’il a eu à faire des émules. Il a fait rêver et aimer ce métier à plus d’un.
Aujourd’hui, que ce soit lui ou sa génération, la regrettée Sonia Dia, Demba Dieng, ce sont de grands animateurs et nous avons suivi leurs pas. Ses émissions qui se faisaient généralement à midi étaient bien suivies, mais les auditeurs en général l’ont connu à travers ses publicités. Il faisait beaucoup dans la publicité à l’époque. Toutes les pubs de soirées, des grands évènements au Sénégal, c’était lui. Si je peux me permettre l’allusion, c’était le Dj Boubs de l’époque».

Dj Prince, animateur à Radio Sénégal : «On a perdu une belle voix, un homme spontané qui savait surtout partager»
«Claude Ndiongane Guèye a toujours été mon mentor, parce que c’est la première voix que j’ai entendue comme publiciste à la radio. Il m’a marqué de par sa spontanéité. Il n’écrivait jamais ses… Il suffisait de lui donner un sujet : le Où, le Quand et le Comment et lui faisait le reste. Il lui arrivait même parfois d’intégrer dans sa publicité des éléments pris au vif. Et chose extraordinaire, ça marchait toujours. Vers les années 97, 98, 99, quand je faisais de la publicité, j’essayais toujours d’imiter Claude à 100%, mais je n’y arrivais pas. C’était quelqu’un d’inimitable, quelqu’un qui savait très bien vendre un produit. Sa voix avait cette chose de spéciale, ce plus qui faisait qu’il accrochait tout le monde dès les premiers instants. Lorsqu’il annonçait un événement, tous lui prêtaient une oreille attentive parce qu’on savait que quelque chose de grand était en train de se préparer. Il savait donner de la valeur à son sujet.
On a perdu une belle voix, un homme spontané qui savait surtout partager. Claude était une école, il nous a inspirés nous tous. Un père est parti, un mentor est parti, quelqu’un qui m’a donné la joie et le feeling de faire ce métier est parti. Tous les publicistes et les gens qui prêtent leur voix, ceux qui font les avant-premières, il n’y a pas un au Sénégal que Claude n’a pas inspiré. Toutes les voix qui annoncent des événements font automatiquement penser à Claude. Que ça soit moi, le regretté Dj Mike, Boubacar Diallo, qu’on le reconnaisse ou non, Claude nous a inspirés. Il y avait dans sa voix cette présence scénique qui accrochait tout le monde.
Dans ses pubs Claude Guèye faisait surtout parler sa générosité. Lorsqu’il annonçait un événement, on dirait qu’il n’y partait jamais seul. On l’entendait dire, «Koumafa deugg néma massa, mane akk Sonia» (Ndlr : nous serons les premiers à y être, Sonia et moi). Même si Sonia n’était pas au courant de cet événement. C’est un fait qui m’a vraiment marqué. De nos jours, tous les animateurs, présentateurs, publicistes et ceux qui prêtent leur voix veulent faire cavalier seul. Lui, rien que de par sa signature «koumafa deug néma massa, mane akk Sonia nio fay nekk», on devine qu’il aimait partager. Les animateurs du Sénégal pleurent une belle voix.  – Que la terre lui soit légère !»

Source: lequotidien.sn

PARTAGER

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here