Madame Mbow, je suis heureuse que nous soyons dans un pays de liberté où le débat est permis et heureuse que l’Islam m’ait enseigné ? nulle contrainte en religion ?(2-256, Coran) !
Justement, en parlant de liberté, je vous suggère d’étudier (vous qui êtes si prompte à rappeler votre parcours universitaire dont nous saluons la richesse au passage) la sociologie des populations féminines (oui, il n’y en a pas qu’une mais une multitude de populations) qui portent le voile au Sénégal/Afrique. Vous remarquerez alors, vous l’historienne, que le curseur du temps à bougé ! Nous sommes loin de l’époque pendant laquelle, supposément, les femmes qui portaient le voile ne seraient pas instruites selon vos codes importés ou seraient forcées de le porter!
Oui madame, sauf votre respect, les femmes qui vous apportent la réplique aujourd’hui n’ont nul besoin ni du patriarcat historique pour les défendre ni d’une interprétation approximative et douteuse pour leur éclairer la lanterne sur ces sujets ! Elles sont debout et bien droites dans leur hijab!
Vous n’êtes pas plus Africaine qu’elles, au point de les consigner dans des cases de votre matrice ! Oui, elles sont Africaines, Sénégalaises et n’attendent pas votre exégèse pour comprendre le Coran car, figurez-vous madame, elles savent faire un choix libre ! Celui de porter ou pas le voile islamique avec conscience et responsabilité mais surtout avec fierté !
Il ne s’agit nullement ici d’interdire le débat sur le voile (ou tout autre sujet ayant trait à la religion d’ailleurs). Qui sommes-nous pour imposer le dictat de la pensée !?
On interroge ici vos sources (vous, universitaire, nous le permettrez) à propos de la sourate ?hijab? que visiblement vous êtes la seule à connaître du haut de votre science ! On interroge votre analyse biaisée et bancale de nos convictions, car vous avez affirmé de manière péremptoire que dans cette (nouvelle) sourate ?hijab?, descendue, je ne sais où, il n’a jamais été question de voile ! On veut le verset! That’s our point ! Pour finir, merci de ne pas parler en mon nom ou à ma place, moi la Sénégalaise, moi l’Africaine, moi la Musulmane libre de mes choix !
Oui madame, nous aussi avons fréquenté les universités et nous aussi savons lire (et accessoirement écrire) dans plusieurs langues ! Nous savons lire le Coran en français, en anglais,… mais surtout en arabe, s’il vous plaît !
Hijabement vôtre!
Dr. Arame Gassama

2 Commentaires

  1. Mme Gassama, tu as tout faux ! C’est au contraire toi et tes semblables qui voulez importer dans notre pays des manières et des cultures venus d’ailleurs. Nous sommes des Sahéliens authentiques et votre idéologie de complexées acculturées n’y changera rien ! Le voile islamique est bel et bien une culture de la péninsule arabique depuis toujours portée par les femmes bédouines de cette région. Elle est totalement étrangère à notre culture négro-africaine et soudano-sahélienne. Nos mères, grand-mères et aïeules n’ont jamais porté de voile mais d’autres sortes de coiffures qui n’ont aucune connotation religieuse. Mme Penda Mbow a parfaitement raison, vous êtes des brebis perdues, alors revenez à vos vraies valeurs ! Des mourides aux tidianes, depuis toujours jamais aucun khalife n’a essayé d’imposer le voile aux femmes sénégalaises. Et c’est ça le vrai sénégal…

  2. L’école de la République du Sénégal permettrait-elle à nos élèves garçons de mettre un bonnet ou une casquette dans les classes ? Permettrait-elle que nos jeunes filles fassent de même avec un » moussor « à la Sénégalaise ou Antillais ? Je pense que non ! Pourquoi donc les musulmanes Africaines du continent devraient-elles adopter ce foulard de tête « Arabe » appelé voile ? Accepterait-on le mouchoir de tête Sénégalais dans les écoles Arabes, d’Arabie Saoudite ou du Liban, pour ne citer que ces deux pays Arabes ? La réponse à ces questions vous placerait dans un camp ou dans un autre qui se sont formés depuis cette polémique sur le voile à l’ISJA de Dakar.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here