Ousmane Sonko est un enfant capricieux qui veut devenir par tous les moyens illégitimes et methodes illégales président, voila pourquoi il est traité dans son univers comme un cas pathologique.
Ousmane Sonko par ses deux sociétés écrans Atlas et Mercalex en est un.
Par sa recherche effrénée de gains faciles, une commission de 12% sur 94 milliards de cfa, Ousmane Sonko a demontré sur la face de l’échiquier politique son manque notoire d’initiation et cela est triste et déplorable. Sa petite armée issue de son bureau politique composée en substance des inspecteurs de domaine et non moins chasseurs de commissions par des societes écrans parallèles, a peur du debat democratique et du pesage .
Pour débattre, il faut être au moins deux.
Cette petite armée d’escrocs et de menteurs est menaçante et déroge à toutes les règles d’élégance.

Ousmane Sonko et ses courtiers inspecteurs des domaines doivent subir la verité car le mensonge façonné ne triomphera pas.
Dès lors nous n’avons pas le droit en tant que patriotes, témoins de notre histoire démocratique si jeune, de confondre le fait et le mensonge et l’escroquerie érigés en mode de duperie politique politicienne.
Regarder Ousmane Sonko comme une alternative democratique relève de l’apologie à la prétention, une forme
« hérésique » de la pensée, loin de toute humilité.
Le processus de dégradation d’une nation commence par la prétention et le suicide solitaire des hommes sans repères et sans parcours politiques, qui ont à la main, le mépris, au cœur le mensonge , et aux faits, eux-mêmes, la duplicité , la République est loin de cette alchimie.

La démocratie est avant tout un projet de société et non un pilotage à vue teinté de mensonge, de supercherie, de haine, de vengeance et d’arrogance. La vitalité de notre démocratie est avant tout chevillée à un mouvement dynamique, porteur de croissance et de plus-value. Elle doit aussi atténuer les disparités et surtout lorsqu’il s’agit de construire des instruments de régulation et des règles du jeu politique et les fondamentaux de la République. Et cela n’est pas un jeu d’enfant. Et encore moins l’obtention de commissions faciles.
C’est de la République qu’il s’agit mon cher Ousmane Sonko.

En vérité, la solution de Sonko et de ses affidés souffre de la decouverte macabre de ses deux sociétés écrans Atlas et Mercalex , c’est un traumatisme.
Ousmane Sonko s’installe dans une morosité par le renforcement de ce qui peut aussi anéantir nos institutions républicaines.

Aujourd’hui avec cette nouvelle race d’hommes politiques prétentieux, aux actions dictées par des lobbies obscures, il est urgent de préserver nos acquis. La stabilité du développement est plus que jamais menacée, par des solutions incertaines, qui ne tiennent pas techniquement.
Techniquement, nous remercions le travail d’investigation abattu par notre compatriote Nguer Abdoulaye Ba sur sa page Facebook .
Les preuves de la culpabilité de Ousmane Sonko et cie ont été ainsi établies dont quelques éléments que voici:
Le 10 Avril 2018, Monsieur Ousmane Sonko adresse un courrier au Procureur de la République par le biais de son parti PASTEF eut égard à la forme administrative utilisée. Bien que reçu le vendredi 04 Mai 2018 par le bureau courrier du procureur, cette dite lettre fait mention en son objet « Plainte pour détournement présumé de derniers publics » et spécifie un montant de 94.783.159.000 FCFA (44.833.159.000 FCFA + 49.950.000.000 FCFA) qui serait spolié des caisses du trésor public. Le mardi 08 Mai 2018, le même courrier est adressé au Vérificateur Général de l’Inspection Général d’Etat (IGE) avec comme objet cette fois-ci : «Lettre de dénonciation».

2- Le lundi 06 Août 2018, Le Cabinet ATLAS, en présence de ses deux associés statutaires (Ousmane Sonko et Ismaila Ba), signe un protocole d’accord avec les héritiers du TF 1451/R. À préciser que Ce cabinet ATLAS est société enregistrée sous le RC SNDKR2017B27246 et créée le vendredi 03 novembre 2017 au rang des minutes du notaire Maître Mahmoudou Aly Touré avec 55 % des parts à M. Ousmane Sonko (via AFEX, un cabinet dont il associé unique) et 45 % à M. Ismaila Ba (gérant statutaire). À souligner que les personnes mandataires qui ont signé ce dit protocole ATLAS sont pratiquement les mêmes que celles qui avaient signé l’acte de cession des droits et créance au profit de SOFICO et encaissé les paiements y afférents deux ans au paravent.
Dans ce protocole ATLAS, il est mentionné, en son article 03 intitulé « honoraires », ce qui suit : « Les héritiers s’engagent à rémunérer le cabinet ATLAS sur la base des sommes ou valeurs recouvrées sur le titre foncier 1451/R. Cette rémunération est déterminée par une quote-part de 12 % hors taxe retenue à la source des sommes ou valeurs recouvrées directement ou indirectement par le cabinet ATLAS ». En faisant le rapport avec les sommes à recouvrir, on obtient précisément un honoraire d’environ 11.373.979.080 FCFA (94.783.159.000 *12% = ?). Ici, On peut tout de même, très clairement, constater une violation manifeste de l’article 30 de la loi n° 76-67 du 02 juillet 1976 en ce sens que ATLAS ne se pose pas en qualité de cessionnaire des droits et créances sur le TF 1451/R face aux héritiers comme le permet la loi mais plutôt en tant qu’intermédiaire pour un recouvrement de la créance moyennant rémunération.
Un extrait audio de 57 minutes de la réunion de négociation entre ATLAS et les familles des héritiers, en présence du sieur Ousmane Sonko et de son associé le sieur Ismaila Ba, est bien disponible sur YouTube à partir du lien ci-après : https://youtu.be/z7JdDHJrpYM (un lien qui était pourtant bien disponible sur la toile depuis janvier 2019, une période très tendue à l’approche de la présidentielle de février 2019).
Toutefois, il convient de remarquer que le sieur Sonko qui stipule, d’après son courrier au procureur de la république en mai 2018, un détournement de derniers publics de 94.783.159.000 FCFA sur une affaire dans lequel il est paradoxalement recherché, en aout 2018, un honoraire de 11.373.979.080 FCFA après son recouvrement. Ce qui est, en soi, difficilement compréhensible du fait de cette antilogie que consacrent ces deux actes totalement antinomiques.

3- Un mois après, précisément le mercredi 05 septembre 2018, ATLAS file ledit protocole au cabinet MERCALEX qui signe, à son tour, dans les mêmes termes, un accord avec les héritiers du TF 1451/R. Le MERCALEX dont le sieur Ismaila Ba est gérant statutaire, est une société créée sous le RC SNDKR2018B18236 le mardi 26 Juin 2018, c’est à dire un mois après les courriers adressés à la fois au procureur et à l’IGE par le Sieur Ousmane Sonko, Président de PASTEF et Honorable Député à l’Assemblée Nationale.
Il faut cependant noter qu’en se référant aux protocoles de ces deux cabinets, à savoir ATLAS et MERCALEX, on constate qu’ils ont des adresses physiques différentes mais disposent du même numéro de téléphone fixe (00221 33 827 31 51) et que le cachet de ATLAS figure bien dans la feuille de présence des signataires du protocole de MERCALEX.
Il est maintenant bien clair que, à compter de septembre 2018, il est à la charge de MERCALEX de conduire au règlement de ce contentieux moyennant un honoraire de 12 % (11.373.979.080 FCFA). Ce qu’il ne tarda nullement à faire.

4- Dans le même ordre, le cabinet MERCALEX conclut, le jeudi 13 Septembre 2018, un contrat de Mandat avec Monsieur Abdourahmane Baldé dans lequel il donne pouvoir à ce dernier à l’effet de jouer le rôle de conciliateur dans l’affaire 1451/R. L’objectif général du mandataire Baldé est d’obtenir, paradoxalement dans un dossier qui serait un détournement de derniers publics de 94 milliards FCFA, une résolution à l’amiable avec SOFICO dans l’affaire susvisée moyennant une rémunération de 10 % des sommes nettes perçues par le mandant dans le cadre de la résolution de l’affaire (Cf. Contrat de Mandat y afférent). À rappeler que le mandant (ATLAS via MERCALEX) avait, lui, tablé sur 12% des montants acquiescés à la suite de la cession de créances dûment signée entre les héritiers et SOFICO.
À préciser que le Sieur Abdourahmane Baldé, un homme réputé très proche du ministre de l’économie et des finances d’alors M. Amadou Ba, est non seulement le Propriétaire du Cabinet AB PARTNERS (Abdourahmane Baldé Partners) mais aussi, retenez bien, le Trésorier Général adjoint du Parti PASTEF (Cf. Bureau de PASTEF/Comité de Pilotage Provisoire du dit Parti).
Qu’à cela ne tienne, le sieur Baldé s’attèle immédiatement à exécuter sa mission car, à partir du jour d’obtention du mandat (jeudi 13 septembre 2018), il contacte directement le propriétaire des sociétés SOFICO et CFU, à savoir le sieur Seydou Sarr (Tahirou Sarr), par SMS (messagerie écrite par téléphone portable), respectivement en ces termes à différentes heures suivant les jours spécifiés ici :

  • Le jeudi 13 septembre 2018 : «Bonsoir Monsieur Sarr, je m’appelle BALDE, je vous contacte à propos du dossier d’acquiescement avec les familles Ndoye pour un règlement définitif après ma rencontre avec SONKO» ;
  • Le vendredi 14 septembre 2018 : « Bonjour j’ai tout ce qu’il faut et ce que vous aviez demandé … je suis aux finances publiques, dès que vous êtes disponible, je peux passer … Je suis toujours en ville. J’attends votre feu vert avant de rentrer … j’ai un message à vous transmettre. Je suis au ministère des finances pour donner au boss le document inchallah » ;
  • Le samedi 15 septembre 2019 : « j’ai remis une copie au ministre et vous en a fait copie. Demain je vous remets ça … Je suis en ville à vous attendre … Bon je vais devoir partir … Je suis là » ;
  • Le lundi 17 septembre 2018 : «Je déposerai le dossier vers 17h 30 si possible en raison d’engagement professionnel, j’aurai un petit retard … Rappelle urgent … Rappelle urgent … Je suis à votre bureau … J’ai besoin de votre confirmation» ;
  • Le vendredi 21 septembre 2018 : «Bonjour, je rencontre la famille aujourd’hui pour la continuité de l’affaire du TF 1451/R».
    Ces messages envoyés au sieur Seydou Sarr (propriétaire de SOFICO et de CFU) par le sieur Abdourahmane Baldé (trésorier général adjoint de PASTEF et propriétaire du cabinet AB PARTNERS) sont bien constatés à travers un procès-verbal par l’huissier de justice Me Abdoulaye Ba, le 26 octobre 2018, sur requête du sieur Sarr (Cf. PV de constat d’huissier).
    Ce qu’on peut retenir de ces écrits bien réels est que le sieur Baldé a tenté désespérément d’entrer en contact avec le détenteur légal de la créance sur le TF 1451/R (Seydou Sarr alias Tahirou) en usant subtilement de sa proximité connue avec le ministre de l’économie et des finances d’alors, Monsieur Amadou Ba, qu’il nomme à travers ces mots « le boss » ou « le ministre ». Hélas, le sieur Sarr qui répondait très certainement aux SMS reçus a dû probablement manœuvrer pour l’éviter tout en prenant la précaution de garder les dits écrits de septembre et de les faire constater par voie d’huissier en octobre 2018.
    D’ailleurs, le cabinet AB PARTNERS, informé de la constatation par voie d’huissier des SMS de son patron, avait produit un communiqué à cet effet via sa cellule de communication le lundi 03 décembre 2018. Ce communiqué qui en dit long, est bien disponible à travers le lien ci-après : https://m.ndarinfo.com/Toute-la-verite-sur-Ousmane-Sonko-et….
    À travers cette communication de AB PARTNERS, il est bien écrit ce qui suit : « … nous tenons à faire connaître qu’aucune proximité ni amicale, ni professionnelle ou politique ne lie M. Abdourahmane Baldé, notre directeur général, à une quelconque société liée à M. Ousmane Sonko ». Ce qui ne correspond pas à la réalité dans la mesure où le premier est non seulement le trésorier général adjoint du Comité de Pilotage de PASTEF mais aussi il détient un contrat de mandat écrit du Cabinet MERCALEX comme indiqué ci-haut (Partie 2 – Point 4), le Second est le Président dudit Parti Politique et associé statutaire du gérant légal de MERCALEX dans le cabinet ATLAS.

5- Le 05 Octobre 2018, après l’échec de la mission Monsieur Baldé, le cabinet MERCALEX reprend les affaires en main en faisant parvenir deux courriers, substantiellement avec le même contenu, aux sociétés SOFICO et CFU (Conciliation Financière de l’UEMOA) dont l’objet est le règlement de l’affaire TF 1451/R sur les deux parties distinctes du TF, l’une de 1.21 ha (1.211.707 m2) et l’autre de 135 ha (1.350.000 m2).
Dans les dits courriers, Mercalex qui dit agir pour les mêmes héritiers écrit : « Par mandat en date du 13 septembre 2018, nous venons par ordre et pour le compte des héritiers du TF 1451/R avec pour objectif principal de trouver un règlement définitif à l’affaire citée en objet au mieux des intérêts des héritiers. En effet, sur la base de nos instructions sur l’affaire, citée en objet, nous avons constaté un procès-verbal de conciliation en date du 19 juin 2016 par lequel certains héritiers titulaires des droits, actions et créances sur le titre foncier 1451/R d’une superficie de 258 hectares, ont cédé leur droit de créances à SOFICO SA en contrepartie d’une somme de deux milliards cinq cent millions de francs CFA (2.500.000.000 FCFA) en plus des frais d’honoraires et de commissions. ».
Toujours Mercalex qui poursuit dans son courrier : « En outre, dans le cadre de l’instruction du dossier, il apparaît qu’après l’acquisition de créances, la société SOFICO SA dont vous êtes le représentant légal, a acquiescé avec le bureau des domaines de Ngor Almadies sur une partie du titre 1451/R d’une superficie de 1.217.707 mètres carré à raison de 37.000 FCFA le mètre carré soit une valeur globale 44.833.159.000 FCFA, un montant que SOFICO affirme avoir accepté de payer aux héritiers afin de pouvoir acquiescer avec l’Etat du Sénégal pour le même montant. À ce jour, les héritiers n’ont pas reçu ledit montant mentionné dans l’acte d’acquiescement », accuse la lettre.
Après ce passage à l’allure de menace voilée, la brèche avec comme toile de fond la commission des 12% est ouverte en ces termes, toujours dans le dit courrier : « Vous rappelant l’objectif d’un règlement définitif au mieux des intérêts des héritiers, nous vous réaffirmons notre bonne volonté pour une conciliation afin de donner un privilège à la voie amiable dans la défense des intérêts des héritiers. À défaut d’un règlement à l’amiable sous huitaine à partir de la réception du courrier, nous allons recourir à tous moyens de Droit pour la défense des intérêts de nos mandats héritiers du titre 1451/R. »
Ainsi, on constate très nettement toute la subtilité afin de pouvoir capter sa part dans cette juteuse affaire sur fond de chantage tout en avouant inconsciemment que les droits et créances ont été cédés à SOFICO par les héritiers du titre 1451/R.
Face aux refus du sieur Seydou Sarr (Propriétaire de SOFICO et de CFU) de répondre favorablement aussi bien à Abdourahmane Baldé en septembre 2018 suite à ses nombreuses sollicitations et à MERCALEX suite à ses courriers d’octobre 2018, éclata, ainsi, aux yeux de l’opinion publique sénégalaise, via les propos de l’honorable député Monsieur Ousmane Sonko, ce qui sera le scandale du présumé détournement de derniers publics d’un montant de 94 milliards FCFA par Monsieur Mamadou Mamour Diallo (Directeur des Domaines d’alors), suite à un meeting politique du Parti PASTEF à Keur Massar, le mardi 16 Octobre 2018 aux environs de 18H.
L’opinion publique sénégalaise fut encore plus stupéfait lorsque le Sieur Ousmane Sonko, Président de PASTEF, déclare, devant un public complètement hystérique lors d’un meeting de précampagne présidentielle de février 2019 qui a eu lieu à la place de la nation le vendredi 18 janvier 2019, l’effectivité d’un décaissement de 46 milliards FCFA sur le dossier du TF 1451/R et qu’il détenait par devers lui toutes les preuves nécessaires dans ce qui serait un détournement de derniers publics de 94 milliards FCFA, celà malgré les implications très claires de ATLAS, de MERCALEX et de AB PARTNERS
Dans la mesure où les procédures de fixation de prix et de paiement de l’indemnisation suite à une expropriation pour cause d’utilité publique font intervenir de manière décisive plusieurs personnes dans la chaîne de responsabilités (de la gouvernance de Dakar au Trésor Public), comment Monsieur Mamadou Manmour Diallo (Directeur des Domaines d’alors) peut-il être seul coupable désigné urbi et orbi par Monsieur Ousmane Sonko si on admet l’hypothèse d’un détournement réel de derniers publics ?

2- Qu’est ce qui expliquent les présences de ATLAS, de MERCALEX et de AB PARTNERS, des cabinets privés appartenant ou liés à Monsieur Ousmane Sonko, par leur quête téméraire d’honoraires d’après des faits bien réels et bien prouvés, dans une affaire considérée comme un détournement de derniers publics par ce dernier ?

Ousmane Sonko est un enfant qui s’amuse avec son jouet, dupliqué en plusieurs exemplaires et qui ne mérite pas de gouverner un pays où de grands hommes ont tenu le flambeau, corps droits, sans jamais se courber pour une commission de 12% soit 11 milliards.
Un tel monstre est pire que tous les systèmes qui ont prévalu des indépendances à nos jours.
Ousmane Sonko est un monstre: Il faut le tuer .

Abdoulaye Mamadou Guissé
Secrétaire général National du parti politique MCSS FULLA AK FAYDA.

22 Commentaires

  1. Des gens ont été mis en prison pour beaucoup moins que cela
    C’est un véritable appel au meurtre.
    Sonko dénonce des faits criminels ou délictuels soit c’est vrai et la justice fait son travail ou c’est faux et il faut lui apporter la contradiction mais j’avais le tuer au propre comme au figuré.
    Quel pays, ces gens sont irresponsables

  2. Avec vos petit partis cabines téléphoniques, il vous est intolérable qu’un Parti comme PASTEF né à peine il 4 ans constitue la principale alternative à votre système corrompu de gouvernance qui nous vaut d’être parmi les 25 pays les plus pauvres au monde 60 ans après nos « indépendances ».

    La vague SONKO /PASTEF déferlera ET se débarrassera de toutes ces parasites et saletés sur son passage.

  3. Lingadoon sookobañee dafafekka ngageuncaañaaw sonido accii kofodnoowadde wadakofotaano wadde ñeeño mojjo haala mojja ñeeño bondo haala mbonka
    so haala ñaawii yoonade cellu nado kaahaalafof sonademum cellii maa andu kaadoohaala kohaala gaybinoowa daminidoheen kojakki kulee allá nuudon haysokoseeda

  4. C’est un rat palmiste qui mange à tous les rateliers. Sa femme immigrée en Italie et lui veulent un projet immobilier. L’article est sur le même site… Ces temps çi, ils s’attaquent à Sonko pour avoir des entrées au Cadastre et impots et domaines et être en bon parfum avec les aperistes hahaha. Le probleme de communication qui va Faire capoter votre Projet est que la clientèle que vous ciblez les immigrés sont TOUS des pro SONKHO. Personne ne mettra une copette dans vos combines de larbins à moins que vous allez en Afrique Centrale chez les toucouleurs et même là bas Farba Ngom avec sa meutte de courtiers vous a devancé. Pour votre projet faites alors un fidaw 11likhlass et faites des nak car c’est voué à un flop embrillonnaire.

  5. Le texte de ce monsieur et tous les documents du dossier des 94 milliards sont très accablants envers Sonko Fusilleur. Je lui lance ici un appel à lui et ses souteneurs : il ne faut pas prendre cette affaire à la légère et il ne faut surtout pas adopter une stratégie de défense dans la presse. Il faut aller plaider au tribunal et répondre aux convocations, car le juge aura à sa disposition de vraies pièces à conviction. Une enquête documentée est en train d’être menée sur cette affaire ! Sonko Fusilleur ne doit pas commettre l’erreur monumentale des avocats de Khalifa Sall et de Karim Wade qui ont passé leur temps à faire des conférences de presse au lieu d’aller défendre sérieusement leurs clients au tribunal. Et je constate que c’est presque la même bande d’avocats qui défend Sonko Fusilleur ! Ce sont des loosers ! Des mois avant j’avais prédit la culpabilité de Khalifa Sall et de karim Wade et leur emprisonnement et j’avais dit que malgré les menaces de leurs souteneurs le pays continuera à fonctionner normalement. Je ne le souhaite pas pour Sonko Fusilleur, mais il risque de suivre le même chemin s’il ne se défend pas juridiquement. Tu ne peux pas porter des accusations de détournement aussi graves sur un citoyen dans une affaire de gros sous dans laquelle toi-même tu es impliqué, puis refuser de répondre à l’Assemblée nationale (qui t’emploie et te paie) et refuser d’apporter des preuves irréfutables. C’est pas sérieux. Attention : la bulle peut sérieusement dégonfler…

  6. Cocu, tu ferais mieux de surveiller ton epouse qui se fait sauter en Europe…. elle a failli me faire commettre un peche tellement elle aime l’argent.

    • Il est malheureux de constater que face à des faits aussi précis, les souteneurs de Sonko n’apportent aucune réplique objective à part les invectives et les accusations sans preuve. Vous êtes tout simplement pathétiques !

  7. Ecoutez..cet homme est un corrompu ..cet texte kilometrique ne convaint aucun sénégalais qui ont suivi comment les cas de Karim et Khalifa ont été diligentées..ce n’est pas Sonko le probléme, mais, c’est probléme de détournement de gros sous..et donc, c’est à la justice de faire honorablement son devoir rendre justice..c’est tout. Ça n’a que trop duré…Avec tous ces insulteurs ..Sonko reste constant et le Peuple nacceptera plus les manigances de ce régimes décevant..les accusations contre Sonko sont simplement ubuesques et farfelues…Randormir un Peuple qui s’est reveillé!!!!c’est une oeuvre satanique qui vous emportera tous..Wassalam

  8. Au nom dé l impunite dont seuls beneficient les membres du cartel au pouvoir ce guignol peut appeler a tuer lé seul leader politique qui ose defendre les interets du peuple.Quelqu un d autre aurait fait un tel appel se retrouverait a Reubeuss.Le cas de Guy M. Sagnan est frais dans toutes les memoires.La police du « macky » est tres a l aise quand il s agit d honnetes citoyens.ce guignole lance certainement son inquisitoire contre Sonko a partir du TER que macky conduit en ce moment de Diamniadio vers Dakar ….mais lé reveil sera tout aussi brutal que son insquisitoire!Decidement la DIC n est qu aux seules trousses d oppposants et cela la laisse de marbre.La dictature du macky deraille faute dé rail!

  9. Appel au meurtre???
    Je ne sais vraiment plus jusqu’où ces larbins du palais en quête de pitance, iront juste pour se faire remarquer par ceux qu’ils vénèrent!
    Tiens tiens Moussé le procureur auto saisissez vous comme vous le faites quand ils s’agit d’innocents.
    Un rappel qui s’applique également à moi: RAGAL LEN YALLAH! Cette vie est très très éphémère et souvient toi, Le JUGE de tous ne dort jamais!

  10. C’est dommage de Trouver autant de nulles personnes au Senegal qui ne veulent ni voir la lumiere mais se battent que pour leurs rangs.Sonko est certes un monstre mais un monstre qu’il nous faut car le pays est pourri

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here