Il faut interdire le Daaka jusqu’ à ce que les conditions de sa tenue soient réunies. Voilà en substance les propos tenus par le président du groupe parlementaire de l’APR Moustapha Diakhaté sur un plateau de télévision. Quelle mouche a piqué le président du groupe parlementaire de l’APR pour tenir ces insanités ?. La question reste posée dans son fond. Oui dans son fond seulement puisque sur la forme le responsable APR ne manque pas d’arguments. Que dis-je ? Non restons poli. Oui arguments. l’incendie qui a eu lieu dans ce haut lieu et Ô combien sacré du Daaka faisant plus d’une vingtaine de morts et plusieurs blessés est le soubassement de l’argumentaire de Moustapha Diakhaté. Mais qui est donc ce Moustapha Diaklhaté ?. Un mouride Sadikh dont l’irruption en politique a neutralisé de sa foi toute empathie religieuse. Ces propos d’une violence inouïe émanent plus du coeur en béton de l’homme politique en quête de notoriété que de celui du religieux qui en pareille situation devait normalement être profondément touchée. C’est d’autant plus vrai que ces insanités viennent du coeur de Moustapha Diakhaté l’homme politique et non de Moustapha Diakhaté l’homme religieux. De toute façon en Moustapha Diakhaté il y a longtemps que l’homme religieux, celui-là qui tenait en hâleine des auditeurs par ses enseignements du Coran, des Hadith et autres savoureux Xasaid de Serigne Touba (RTA), est tout simplement mort. Cédant la place à l’homme politique prêt à tout pour acquérir de la notoriété. Et de la notoriété il en va acquérir quand il s’attaque à l’un des plus sacrés sites religieux de la Tijaniya du Sénégal fondé il y a soixante six ans par l’un des plus grands Waliy du Sénégal Thierno Alhadji Mohamadou Said Bâ (RTA). En s’attaquant au Daaka Moustapha Diakhaté s’attaque aussi à son fondateur dont l’investissement spirituel et physique pour le Daaka relève d’une mission divine. Il s’attaque aussi à d’autres figures emblématiques de la Wilaya, aujourd’hui disparues, auxquelles le Daaka tenait à coeur et qui ne le rataient pour rien au monde comme Thierno Ahmadou Boyinadji Niang, Thierno Aliou Yéro Baal, Thierno Mohamadou Mansour Baro etc….Il s’attaque aussi à ces millions de disciples de Ckheikh Ahmad Tidjane Chérif venant de plusieurs endroits du Sénégal, des pays limitrophes et bien au delà qui trouvent dans ces dizaine de jours de retraite spirituelle dans ce haut lieu sacré la quiétude et la sérénité de la foi pour une meilleure adoration de Dieu. Mais cette sortie de Moustapha Diakhaté appelle quelques questions. Le président du groupe parlementaire de l’APR est-il le seul à décider de cette intervention ?. Qui est derrière Moustapha Diakhaté ?. Autant de questions qui nous poussent à croire que le président du groupe parlementaire de l’APR s’en est sûrement ouvert à d’autres personnalités ou de l’APR ou de l’état pour tenir ces propos. en effet jusque là l’état, à commencer par son chef, n’a pas formellement condamné les propos de Moustapha Diakhaté et encore moins sorti un communiqué pour au moins se désolidariser des propos. Imaginons un instant si Moustapha Diakhaté avaient tenu ces propos à l’encontre du Gamou de Tivaoune ou du Magal de Touba. La réaction de l’état ne tarderait pas.

Abdoulaye Mbodji
Journaliste.
Promotion 2005 Ecole Supérieure de Journalisme de Paris (ESJ-Paris).

PARTAGER

3 Commentaires

  1. LE DAAKA N’EST PAS PERTINENT TANT AU PLAN DOCTRINAL QUE SECURITAIRE !!!
    Oui, Dieu a dit dans le Coran : “quand la prière est achevée, dispersez-vous sur terre, et recherchez quelques effets de la grâce d’Allah, et souvenez-vous beaucoup d’Allah afin que vous réussissiez (Cor. 62 : 9 – Al-Jumu’a – Le Vendredi). Le Prophète (PSL) qui est notre modèle parfait n’a jamais préconisé de retraite spirituelle (Cor. 33 : 21 – Al-Ahzâb – Les Coalisés) ; pour lui (PSL), il est plus louable d’être au service de la communauté que de s’enfermer dans la mosquée pour adorer Allah.
    Et au vu de la récurrence de ces catastrophes (incendies meurtriers), n’est-il pas temps de repenser l’organisation du ‘’daaka’’, dans une perspective de décentralisation, d’allégement et de facilitation, conformément à l’enseignement du Prophète Mouhammad (PSL) ? En effet, il faut toujours garder à l’esprit que l’Islam est une religion dynamique par essence et par excellence, qui s’adapte donc à tous les contextes ; oui, à chaque époque, le Prophète (PSL) nous a donné, par anticipation, la réponse la plus adaptée (la moins contraignante et la moins onéreuse) ; le Hadith est très explicite :
    Abû Hurayra rapporte ces paroles de l’Envoyé de Dieu – sur lui la grâce et la paix – : « Vous êtes dans une époque où celui qui aura négligé le dixième de ce qui lui a été ordonné périra. Mais viendra un temps (fin des temps) où celui qui aura fait le dixième de ce qui lui a été ordonné sera sauvé ». (Tirmidhî) … « La religion n’est que facilité, quiconque la rend difficile en sera la victime ». (Bukhari) … « Facilitez les choses et ne les rendez point difficiles ; annoncez la bonne nouvelle et ne faites pas fuir (les gens) ». (Bukhari).
    Et c’est dire qu’on pourrait légitimement discuter sur la pertinence d’une retraite spirituelle collective de dix jours, en pleine brousse, en cette ‘’fin des temps’’ (akhirou zaman) où la pratique religieuse est particulièrement difficile. En tout cas, cela n’est point conforme avec l’esprit de la Tidjaniya qui est inscrite dans une perspective ‘’christique’’ (Mission du Mahdi) – et donc d’allégement et de facilitation, permettant à ses adeptes de vivre pleinement leur spiritualité sans rompre avec la modernité.

  2. Dr que dites vous du MAGAL et des GAMOUS qui engloutissent des centaines de millions voire des millards dans un pays pauvre comme le Sénégal?
    Durant le Daaka il n’y a rien de contraire aux préceptes de l’Islam, en tout je n’en vois pas. Maintenant l’organisation peut connaitre des défaillances, à ce moment analysons les modalités de sa perfection. Pourtant les routes tuent chaque année des talités se rendant à Touba, à Tivaouane et ailleurs où il y a rassemblement de fidèles. Au moment où durant ces rencontres hommes et femmes sont côte à côte au Daaka les femmes sont censées restées dans leur cantonnement aménagé pour elles.
    Ne soutenez pas quelqu’un qui ne le mérité, vous êtes apprécié par la communauté musulmane.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here